Google bloquera par défaut toutes les extensions basées sur NPAPI en janvier 2015. Quelques-unes sont encore tolérées dans le navigateur, parce qu'elles sont encore fortement utilisées. Mais l'entreprise américaine a d'ores et déjà prévu de refermer le chapitre de la technologie NPAPI dès que possible.

Les extensions basées sur l'interface de programmation NPAPI (Netscape Plugin API) vivent leurs derniers instants sur Chrome. En effet, Google prévoit de bloquer par défaut ces modules au mois de janvier 2015, et plus précisément ceux qui sont encore autorisés à fonctionner parce qu'ils sont utilisés massivement par les utilisateurs du navigateur web.

IL y a quelques mois, Google a en effet établi une liste blanche composée de six plugins ayant droit à une autorisation spéciale : Silverlight, Google Talk, Java, Facebook, Unity et Google Earth.

Mais dans deux mois, ces extensions seront à leur tour bloquées dans Chrome. Il faut dire que ces modules NPAPI ont vu leur popularité fortement décliner au cours de l'année écoulée, en particulier sous la pression de Google qui a poussé leurs concepteurs à s'adapter aux nouvelles règles du jeu. Parmi ces six logiciels, seuls deux d'entre eux (Silverlight et Google Talk) ont encore une part relativement significative.

Un arrêt progressif jusqu'à fin 2015

La firme américaine a profité de cette mise à jour sur la situation des plugins NPAPI pour préciser la suite des évènements. En avril 2015, le support NPAPI sera désactivé par défaut dans Chrome et les extensions requérant des plugins NPAPI seront retirées du Chrome Web Store. Les utilisateurs avancés et les entreprises bénéficieront cependant d'une astuce technique temporaire pour étendre le support NPAPI.

Cette dérogation spéciale prendra fin en septembre 2015. Google précise qu'à cette date l'astuce temporaire sera supprimée définitivement de Chrome. Les extensions installées et nécessitant des plugins NPAPI ne seront plus en mesure de les charger. Une page sera alors tournée dans l'histoire du navigateur de Google. Mais la présence des plugins dans le navigateur. perdurera, sur de nouvelles bases.

NPAPI, obsolète aux yeux de Google

Google est en effet en train de remplacer l'interface de programmation NPAPI par celle baptisée PPAPI (Pepper Plugin API), que l'entreprise présentait en 2012 avec Flash. Selon Google, cette transition vers l'API PPAPI améliore la sécurité, la vélocité et la stabilité de Chrome, tout en réduisant la complexité du code.

Un an plus tard, Google ajoutait : "aujourd'hui, les navigateurs sont plus rapides, plus sûrs et plus efficaces que leurs ancêtres. En parallèle, l'architecture NPAPI des années 90 est devenue la cause principale des blocages, des incidents de sécurité et d'une complexification du code. Nous estimons que le web est prêt à cette transition".

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés