Comme Facebook avec son initiative Internet.org, Google espère lui aussi développer un accès à internet mobile pour les zones les plus reculées du monde , grâce à son programme Google Loon. Plutôt que d'utiliser des drones ou des satellites, le projet se concentre pour le moment sur l'emploi de ballons-sondes qui flottent à très haute altitude, dans la stratosphère, et qui fourniront dès 2015 un accès 4G aux zones survolées.

Le laboratoire Google X qui coordonne le projet avait d'abord déployé ses premiers ballons en 2013 en Nouvelle-Zélande, avant d'étendre ses tests au Brésil, à la Californie, et plus récemment à l'Afrique du Sud. En principe, les ballons doivent s'élever jusqu'à atteindre la stratosphère à plus de 18 km de hauteur, bien au dessus des vols d'avion, puis ils dérivent avec les courants aériens pendant une centaine de jours avant d'entamer une descente contrôlée.

C'est en tout cas la théorie et l'objectif. En pratique, il peut se produire des ratés. C'est ainsi qu'un fermier d'Afrique du Sud a découvert sur ses terres ce qu'il croyait être un ballon météo. Il a alors contacté sans succès le centre météorologique du coin, avant de décider de plier le ballon et de l'embarquer chez lui à l'aide de son pick-up. 

Arrivé chez lui, l'homme a gardé l'immense ballon en plastique pour s'en faire une bâche, et a confié les composants électroniques à sa fille de 20 ans, qui en a pris des photos envoyées à ses frères. Ce sont eux qui ont découvert qu'il était écrit "Made In USA" et "Google X", et qui ont découvert qu'il s'agissait d'un des ballons du Project Loon. Google a décidé de venir le récupérer.

Ce n'est pas la première fois qu'un ballon de Google s'échoue, puisqu'en juin dernier un crash dans le Nevada avait déjà endommagé un poteau électrique.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés