En Hongrie, le gouvernement souhaite taxer le trafic Internet à hauteur de 50 centimes d'euro par gigaoctet (Go) consommé. L'exécutif veut officiellement dégager de nouvelles ressources financières, mais ce projet provoque une levée de boucliers.

Si vous prévoyez de passer vos vacances en Hongrie, sachez que vous devrez peut-être vous acquitter d'une taxe en fonction de votre usage d'Internet. En effet, un texte de loi signalé par le Wall Street Journal souhaite mettre en place un nouveau type de prélèvement pour renflouer les caisses de l'État et dégager de nouvelles ressources. Le principe ? Plus vous utilisez Internet, plus vous serez imposé.

En l'état, le projet propose de facturer chaque Go consommé à hauteur de 150 forints hongrois (environ 0,5 euro). Si l'utilisateur transfert 10 Go dans le mois, le prélèvement sera à hauteur de 5 euros. S'il télécharge 100 Go, il faudra payer 50 euros de plus. Dans un pays où le salaire mensuel brute moyen est de 777 euros, il faudra y réfléchir à deux fois avant de télécharger le dernier film à la mode en HD.

Selon le Wall Street Journal, cette imposition sera appliquée sur les fournisseurs d'accès à Internet. Cependant, il est très probable que ce sont les abonnés qui paieront au final, par répercussion. Le fournisseur d'accès à Internet jouera en quelque sorte le rôle d'intermédiaire chargé de collecter ce nouvel impôt.

Des experts interrogés par Reuters ont indiqué que le trafic dans l'Internet fixe en Hongrie a atteint 1,15 milliard de Go en 2013. Dans l'Internet mobile, la consommation a atteint 18 millions de Go. Le montant total d'une telle taxe aurait pu atteindre 570 millions d'euros pour l'année dernière. Et avec la hausse continue du trafic Internet, celle-ci ne peut que grossir d'année en année.

Sauf à établir un plafond mensuel, la taxe ne pourra être que répercutée sur les abonnés à Internet car elle ne pourra pas être assumée seule par les opérateurs, car l'équation est impossible. Selon l'office central des statistiques, le chiffre d'affaires annuel de l'ensemble du secteur des services Internet a atteint 164 milliards de forints à la fin de l'année 2013, soit environ 533 millions d'euros.

Du coté des Hongrois, cette proposition de loi n'est évidemment pas du tout appréciée, qu'une limite maximale soit fixée ou non. Des pages sur Facebook ont été lancées (comme celle-ci ou celle-là) demandant au gouvernement de revoir ses projets en la matière. Des manifestations devant le ministère de l'économie sont également au programme, afin de pousser l'exécutif à reculer.

Un tel prélèvement, s'il est effectivement mis en place, signera de fait la fin de l'Internet illimité en Hongrie. Les moins fortunés seront en tout cas contraints de limiter drastiquement leur utilisation du réseau pour éviter de se retrouver avec des mensualités trop élevées. Cette mesure s'inscrit dans un cadre plus général en Europe, où les assauts contre l'Internet illimité sont de plus en plus marqués.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés