En refusant pour le moment d'intégrer Netflix sur sa Freebox, Free souhaite démontrer le pouvoir de nuisance de son boîtier utilisé par des millions d'abonnés. "Sans les box, les services over-the-top auront des difficultés", résume le patron de Free, Maxime Lombardini.

Il y a quatre ans, nous avions relevé les propos étonnamment honnêtes d'un haut responsable de Free, qui avait expliqué qu'Internet n'était qu'une option "proposée sans surcoût" aux abonnés, l'offre principale de l'opérateur résidant dans les services accessibles depuis la Freebox. Ce schéma commercial qui est commun à l'ensemble des opérateurs est essentiel à comprendre puisqu'il explique l'importance du nouveau paquet télécoms négocié actuellement à Bruxelles. L'un des aspects essentiels consiste en effet à savoir si les opérateurs pourront ou non proposer via leurs box des "services spécialisés" équivalents à ceux accessibles sur Internet, et jusqu'à quel point ils pourront donner la priorité à ces services spécialisés par rapport à Internet dans leur gestion des flux.

Dit autrement, il s'agit de savoir si le web pourrait un jour devenir tellement lent par rapport aux services équivalents sur les Freebox et consorts qu'il deviendra beaucoup plus agréable pour les internautes d'utiliser les services intégrés aux box, lesquels ne sont pas soumis aux règles de neutralité des réseaux. A quoi bon un internet neutre, s'il est bridé dans sa globalité.

Dans une note envoyée le 31 mars 2014, les autorités françaises se sont opposées à "l’imposition d’un principe de non-discrimination entre les services ou les applications équivalentes sur le plan fonctionnel", en expliquant qu'un tel principe serait "susceptible de mettre à mal le principe même de différenciation entre les services spécialisés et services d’accès à internet".

Pas de Netflix sur Freebox au détriment des services rentables

Netflix illustre parfaitement cette difficulté. A tort ou à raison, le service de vidéo en ligne a provoqué une attente inédite pour une offre légale en France, et a réuni dans les premières semaines plus de 100 000 abonnés en France, malgré une présence quasi inexistante sur les box. Lors de son lancement, Netflix France n'était qu'accessible qu'en "over-the-top" (OTT), c'est-à-dire en passant par le flux Internet normal, et non par un service spécialisé distribué dans les box. Depuis, Orange, SFR et Bouygues ont annoncé qu'ils intégreraient Netflix dans leurs box, moyennant une commission sur les abonnements, sans doute très faible au regard des marges limitées du service américain. Mais pas Free, qui donne la priorité à ses intérêts de longs termes plutôt que sur le confort à court terme de ses abonnés.

Comme le rapport BFM Business, le directeur général de Free Maxime Lombardini est intervenu ce week-end aux rencontres de Dijon pour se féliciter de ce que Free utilise l'accès à la Freebox comme moyen de pression dans ses négociations avec Netflix, au détriment des freenautes qui attendent une interface rapide pour regarder les contenus de Netflix sur leur téléviseur.

Vers un peering payant généralisé ?

"Nous avions une forte capacité à maîtriser notre futur", a-t-il ainsi expliqué en parlant de l'intégration de Netflix dans les box des opérateurs. "Sans les box, les services over-the-top auront des difficultés à aller chez les gens". Free acceptera de signer avec Netflix pour apparaître dans les menus de la Freebox, mais uniquement s'il obtient "un bon contrat". En attendant, l'opérateur préfère mettre en avant Canal Plus, qui rapporte davantage.

Pour la partie "Internet" qui ne rémunère qu'à la marge, Free milite depuis de nombreux mois pour un renversement du modèle tarifaire du peering, pour généraliser le peering payant, sur le modèle des "terminaisons d'appel" qui existent dans la téléphonie. Il sait qu'il reçoit beaucoup plus qu'il n'envoie, et qu'il sera donc très largement gagnant. Tous les services paieraient à due proportion de la consommation de bande passante qu'ils génèrent, quand bien même les internautes payent aussi pour avoir accès à ces services.

C'est dans cette optique que Free a signé un accord avec Hopus.net, qui se veut être une plateforme d'intermédiation rémunératrice entre les FAI et les hébergeurs de contenus. A la différence d'un transitaire traditionnel, Hopus rémunère les opérateurs en leur versant une commission sur les facturations d'interconnexion, et affiche des tarifs transparents. Orange, SFR et Bouygues ont également signé des accords avec Hopus. 

Si ce modèle s'impose, les opérateurs pourraient lâcher du lest sur la neutralité du net, qu'ils auraient moins d'intérêt à combattre, puisque le déséquilibre des flux serait enfin à leur avantage. Mais il reste encore un très long chemin à faire avant que des Google, Facebook ou Netflix acceptent de passer par un Hopus.net ou équivalent pour accéder aux abonnés. Est-ce même souhaitable ? Le débat est ouvert.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés