Lancée ce printemps, l'offre publique d'achat d'Atos sur Bull a été couronnée de succès. Les deux groupes vont entamer leur rapprochement et le premier doit détenir 84,25 % du capital et des droits de vote du second.

Opération réussie pour Atos. Le groupe français de services informatiques a annoncé ce lundi le succès de son offre publique d'achat (OPA) sur Bull, une société concurrente spécialisée dans les supercalculateurs, l'informatique en nuage (cloud computing), la sécurité informatique et le Big Data. Désormais, l'essentiel du capital et des droits de vote de Bull (84,25 %) seront dans les mains d'Atos.

C'est ce printemps que les ambitions d'Atos sont apparues au grand jour, lorsque l'OPA amicale a été lancée. Objectif de l'entreprise ? Donner "naissance au numéro un du cloud en Europe et à l'un des principaux leaders dans la cybersécurité", annonçait-elle dans un communiqué publié en mai.

Outre les domaines cités plus haut, le rapprochement entre Bull et Atos va permettre aussi un renforcement "dans l'infogérance et l'intégration de systèmes", a indiqué Thierry Breton, le PDG d'Atos et ancien ministre de l'économie et des finances. "Nous pouvons démarrer sans plus attendre la phase d’intégration pour procéder au regroupement des opérations et générer les synergies prévues".

Il y a trois ans, Bull avait traversé une zone de turbulence causée par l'affaire Amesys, du nom de sa filiale poursuivie en justice pour complicité d'actes de torture du fait de la livraison à la Libye de moyens technologiques capables d'espionner et de traquer les opposants au régime mis en place par l'ancien dictateur Mouammar Kadhafi. La filiale a depuis été revendue.

Bull a vu le jour dans les années 30. Soutenue dans le cadre du Plan Calcul lancé par le général De Gaulle en 1966, l'entreprise a été pendant de longues années en concurrence avec IBM sur le marché des ordinateurs, avant de s'orienter vers des domaines plus spécifiques.

Pour la France, Bull est une entreprise de grande valeur avec des compétences notables en matière de sécurité informatique (à l'image du smartphone Hoox m2) ou d'informatique en nuage à dimension nationale (ou "cloud souverain"), en partenariat avec SFR.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés