Facebook va imposer Messenger à tout le monde, en supprimant les fonctionnalités de discussion au sein de sa principale application mobile. Jusqu'à présent, seule l'Europe était concernée.

Ce printemps, Facebook a fait le choix de mutiler son application mobile afin d'imposer son service de messagerie instantanée. Depuis lors, les usagers qui souhaitent continuer à converser, depuis leur téléphone, avec leurs proches sur le réseau social doivent utiliser Messenger. En effet, c'est désormais ce programme qui rassemble les fonctionnalités de discussion du site communautaire.

Or il s'avère aujourd'hui que cette amputation était jusqu'à présent limitée au continent européen, visiblement pour tester son accueil auprès des utilisateurs. En effet, Facebook a fait savoir dans un commentaire adressé à TechCrunch que le téléchargement de Messenger sera désormais obligatoire pour l'ensemble des membres, s'ils veulent continuer à deviser entre eux.

Facebook a expliqué avoir constaté des "résultats positifs" en termes d'engagement ce qui justifierait, à lire le réseau social, d'étendre la mesure à l'échelle mondiale. C'est évidemment un argument spécieux, puisque les usagers n'ont pas eu le choix : l'adoption de Messenger a été forcée en retirant de l'application mobile principale les fonctionnalités de discussion.

Si cette nouvelle orientation n'a pas fait que des heureux, et agacera sans doute de nombreux utilisateurs qui n'étaient jusqu'à présent pas concernés, elle est toutefois justifiée, d'un point de vue stratégique, par la montée en puissance des services de messagerie instantanée. Leur popularité croissante est en effet considérée par Facebook comme une menace.

C'est d'ailleurs l'une des raisons qui a conduit à l'achat de WhatsApp ( 400 millions d'utilisateurs actifs, 10 milliards de messages échangés quotidiennement).

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés