S'estimant trop dépendante de Microsoft, la Corée du Sud a donné le coup d'envoi d'un plan en faveur des solutions open-source, qu'elle espère achever d'ici 2020.

La Corée du Sud a fait connaître son intention de ne plus dépendre du système d'exploitation Windows de Microsoft, et se donne six ans pour préparer sa transition vers des solutions Open Source. L'année 2020 a été choisie comme objectif parce qu'il s'agira de la date à laquelle Microsoft cessera de fournir des mises à jour de sécurité pour Windows 7, comme il l'a fait cette année avec Windows XP.

Présenté la semaine dernière, le "Plan pour la Vivification des Logiciels Open Source" réalisé par un groupe de chercheurs et d'industriels sud-coréens prévoit d'interdire à l'administration l'utilisation de formats propriétaires, et leur fait obligation de basculer leurs sites internet vers les standards HTML5. L'Active X de Microsoft va être banni, et les documents officiels devront être publiés dans des formats ouverts.

Cette décision s'inscrit dans une stratégie plus large de la Corée du Sud, en faveur des solutions open-source.

A partir de 2018, le gouvernement de la Corée du Sud réalisera un premier audit pour vérifier si le plan de transition vers les logiciels libres et open-source a permis de réaliser des économies effectives dans l'administration, avant de le généraliser. L'une des objections régulièrement formulées par Microsoft est que les administrations arriveraient effectivement à réaliser des économies de licences lorsqu'elles basculent vers Linux et des solutions comme LibreOffice, mais qu'elles seraient obligées de dépenser beaucoup plus en assistance technique et en formation du personnel.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés