A partir du 1er juillet prochain, les adwares qui ne respectent pas des règles de transparence et de contrôle par l'utilisateur seront automatiquement bloqués par les outils de sécurité de Windows.

L'équipe de lutte contre les malwares de Microsoft a annoncé jeudi une modification majeure de ses outils de sécurité sous Windows. A partir du 1er juillet prochain, les outils de sécurité comme Microsoft Security Essentials interdiront l'exécution de logiciels qui ont pour effet d'afficher des publicités ailleurs que dans leur propre environnement, par exemple dans les navigateurs web ou par l'intermédiaire de petites fenêtres "pop-up" qui apparaissent sous Windows.

Ces logiciels souvent installés avec des utilitaires téléchargés par les internautes seront bloqués sauf s'ils remplissent des critères qui permettent à l'utilisateur de contrôler cet affichage. Ainsi, Microsoft prévient que les publicités affichées par les "adwares acceptables" doivent obligatoirement respecter deux critères :

  • Inclure de manière évidente un moyen de fermer la publicité ;
  • Inclure le nom du programme qui a généré l'affichage de la publicité.

Par ailleurs, le logiciel qui provoque l'affichage de publicités doit obligatoirement :

  • Fournir une méthode standard de désinstallation du logiciel en utilisant le même nom que celui montré sur les publicités affichées.

Jusqu'à présent, lorsqu'ils détectaient un adware, les outils de sécurité de Microsoft alertait l'utilisateur, mais laissaient le choix de l'action à entreprendre. S'il ne répondait pas, le logiciel était exécuté. A partir du 1er juillet prochain — un délai imposé pour permettre aux développeurs de s'adapter, l'adware sera bloqué sans attendre la réponse de l'utilisateur. Celui-ci ne pourra que demander que le logiciel soit tout de même exécuté, ce qui renverse la logique.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés