C'est un tweet en apparence neutre, mais qui en dit long. En publiant "#FrenchTechForever" sur son compte Twitter, la mission officielle du label créé par Fleur Pellerin a manifesté son soutien à l'ancienne ministre qui l'a créée.

En début d'année, l'ancienne ministre de l'économie numérique Fleur Pellerin avait créé le label French Tech, coordonné par une mission constituée au sein de son ministère, en lien avec les directions de Bercy et avec le Commissariat Général à l'Investissement. Porté par différentes institutions, dont la Caisse des Dépôts, la Banque Publique d'Investissement, ou encore UBIFrance, La French Tech constitue le principal fait d'armes de Fleur Pellerin pour l'économie numérique.

La création du label French Tech a été très appréciée par les entrepreneurs du numérique en France, qui y voient — à raison — une opportunité de faire connaître et reconnaître le savoir-faire français, et de bénéficier d'une exposition internationale avec tous les moyens d'appui de l'Etat.

Ainsi à défaut de s'être impliquée dans les dossiers touchant aux droits et libertés des internautes, Fleur Pellerin a su être une ministre active pour l'économie numérique, et nombre de professionnels du secteur le lui rendent bien ces dernières heures en ayant créé et fait prospérer le hashtag #KeepFleur sur Twitter, pour la soutenir et demander son retour aux affaires.

Avant la publication de la composition du Gouvernement de Manuel Valls, qui confirme Arnaud Montebourg comme ministre du numérique, Fleur Pellerin avait modifié sa biographie Twitter pour supprimer la mention de son ancien titre gouvernemental, et la remplacer par une promesse : "#FrenchTech forever !" :

Or ce mercredi, la mission officielle French Tech a publié sur son propre compte Twitter ce qui ressemble fort à un encouragement à un retour de la ministre qui l'a créée, sans pour autant trahir le devoir de réserve qui s'impose aux fonctionnaires :

Selon toutes vraisemblances, Fleur Pellerin devrait conserver son portefeuille sur le numérique lors de l'annonce de la liste des secrétaires d'Etat, la semaine prochaine. Elle restera alors sous la tutelle d'Arnaud Montebourg, et pourra continuer à développer le label.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés