Indisponible pendant une partie du week-end, Dropbox explique que le problème est né d'un bug dans une mise à jour de ses serveurs, et non d'un quelconque piratage.

Ce week-end, de nombreux utilisateurs de Dropbox n'ont pas pu accéder aux fichiers qu'ils stockaient sur l'espace d'hébergement en ligne, ou en envoyer de nouveaux. Le service "en cloud" a été victime d'une période anormalement élevée d'indisponibilité, de plus de 48 heures, qui a pu montrer à certains à quel point ils se rendaient dépendants d'un tiers lorsqu'ils faisaient reposer leurs usages numériques sur la disponibilité d'un prestataire.

Sur son blog, Dropbox s'est excusé du trouble occasionné par sa panne, et a démenti tout piratage. Samedi, un hacker méconnu avait diffusé sur Pastebin ce qu'il affirmait être un "leak partiel" de Dropbox, laissant entendre que les serveurs du service avaient été compromis, donnant l'accès à des données personnelles.

Selon Dropbox, c'est une "mise à jour de routine" de ses serveurs qui a provoqué une mauvaise réaction en chaîne, à partir de vendredi. "Malheureusement, un bug a installé cette mise à jour sur plusieurs serveurs actifs, ce qui a fait tomber l'ensemble du service", explique l'hébergeur. "Vous fichiers ont toujours été en sécurité, et malgré certaines informations rapportées, il n'y a eu ni hacking ni attaque DDOS".

Le problème a touché l'ensemble de Dropbox pendant trois heures, puis le problème a persévéré pour une partie des utilisateurs, jusqu'au rétablissement total du service dans la journée de dimanche.

"Nous savons que beaucoup d'entre vous reposent sur Dropbox chaque jour — nous vantons notre disponibilité, et chaque période d'indisponibilité est inacceptable. En réponse, nous construisons actuellement davantage d'outils et de vérifications pour s'assurer que ça ne se reproduise plus".

Pour ceux que le sujet intéresse, le responsable des infrastructures de Dropbox a publié des explications plus techniques sur la nature du bug, et les mesures prises pour éviter les mêmes conséquences à l'avenir.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés