Certains traquent les extra-terrestres, d'autres les voyageurs du temps. Des chercheurs du Michigan ont tenté de trouver sur Internet les preuves de l'existence de visiteurs du futur. Sans succès... pour l'instant.

Existe-t-il quelque part sur Terre des hommes venus du futur ? La question peut paraître idiote, mais elle est prise suffisamment au sérieux pour avoir fait l'objet de travaux de recherche réalisés par une équipe du département de physique de l'Université Technologique du Michigan. Même Stephen Hawking avait réalisé une expérience amusante en 2012, en invitant les voyageurs du futur à une petite fête qu'il organisait, mais en publiant son invitation seulement après le jour de la fête — étonnamment personne n'est venu en disant venir du futur.

L'étude (.pdf) des chercheurs du Michigan conclut qu'ils n'ont encore trouvé aucune preuve de l'existence de voyageurs du temps, mais que cela ne doit pas rayer toute possibilité qu'ils existent. Ils assurent en effet que d'un point de vue théorique, le voyage dans le temps est une possibilité scientifique, notamment du fait du principe de la relativité restreinte qui veut qu'il est possible d'aller vers le passé en allant plus vite que la lumière.

Pour faire leurs recherches, les scientifiques sont partis de l'idée qu'un voyageur du futur pourrait laisser des traces sur Internet. Ils ont donc décidé d'utiliser les archives de Twitter, Google, Bing, Facebook et Google+ pour détecter des expressions qui, au moment où elles ont été utilisées, n'auraient pu l'être que par des personnes qui avaient connaissance de l'avenir.

Il leur fallait ainsi trouver des expressions qui sont apparues entre janvier 2006 et septembre 2013, qui ne pouvaient pas retourner de nombreux faux positifs, et qui étaient suffisamment importantes pour laisser d'éventuelles traces.

Les termes choisis ont été la "comette ISON", découverte le 21 septembre 2012, et le "Pape François", élu le 13 mars 2013. Plus spécifiquement, les auteurs ont cherché les tags #cometison et #popefrancis, et seul un résultat a été découvert sur Twitter. Il s'agissait d'un message spéculant sur un éventuel "Pape François", avec un lien vers un billet de blog émettant cette hypothèse. Vu le caractère spéculatif du message, il a été écarté. Rien n'a été trouvé sur les autres services utilisés.

Les chercheurs ont aussi tenté, en septembre 2013, de lancer un appel sur Twitter, en demandant à d'éventuels voyageurs du futur de créer un message daté d'août 2013, portant le tag #IcanChangeThePast2 ou #ICannotChangeThePast2. Rien.

"Bien que les résultats négatifs rapportés ici peuvent indiquer que les voyageurs du futur ne sont pas parmi nous et ne peuvent pas communiquer avec nous au cours d'une journée internet modene, ils ne sont nullement une preuve. Il y a plusieurs raisons à cela. Tout d'abord, il peut être physiquement impossible pour les voyageurs du temps de laisser des traces durables de leur séjour dans le passé, y compris même des traces d'informations non-corporelles sur Internet", concluent les scientifiques. "Ensuite, il peut être physiquement impossible pour nous de trouver des informations puisque cela violerait une loi encore inconnue de la physique, peut-être similaire à la Protection de la Conjecture de la Chronologie. En outre, les voyageurs du temps peuvent vouloir ne pas être trouvés, et peuvent être doués à couvrir leurs traces".

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos