Beyoncé Knowles a sorti son cinquième album, sobrement baptisé "Beyoncé". La chanteuse de R&B a toutefois créé la surprise, car celui-ci n'était absolument pas attendu : aucun plan marketing n'a été mis en place pour préparer cette sortie. La peur du piratage de l'album avant sa commercialisation a manifestement joué.

Cela a été une vraie surprise pour les fans de Beyoncé Knowles. Le cinquième album studio de la chanteuse de R&B (simplement intitulé "Beyoncé"), également connue pour sa carrière avec les Destiny's Child, est en effet arrivé ce vendredi dans le commerce sans aucune promotion ni annonce particulière. Et ce n'est d'ailleurs pas la seule particularité de l'album.

Le communiqué de presse indique en effet que sa commercialisation numérique ne se fera exclusivement que sur l'iTunes Store d'Apple. Sa vente sur une autre boutique légale n'est pas prévue, pas plus que sa diffusion sur une plateforme de streaming comme Deezer ou Spotify. En revanche, la mise en vente de l'album sous forme de CD / DVD est bien programmée.

Autre curiosité, il n'est pas possible d'acquérir un titre à l'unité : il faut acheter l'album dans sa totalité ou passer son chemin. Composé de 14 titres, il est vendu 14,99 euros mais chaque chanson est accompagnée du clip pour, nous explique-t-on, "créer un album visuel". Ce qui est un atout qualitatif certain du point de vue de l'offre légale.

Reste une question : pourquoi avoir commercialisé un album sans aucun battage médiatique au préalable, alors que les enjeux financiers sont loin d'être anodins ? Citée dans le communiqué, Beyoncé Knowles explique ne plus vouloir sortir sa musique comme auparavant. "Je suis lasse de tout ça", dit-elle. Et puis, elle souhaite tisser un lien plus direct avec son public, sans tout le ramdam marketing.

La démarche de la chanteuse est peut-être sincère. Mais une lecture attentive du communiqué révèle que les désirs de la chanteuse ne sont pas l'unique motivation de cette sortie très discrète. Il s'agit aussi d'un plan de lutte contre le piratage, afin d'empêcher la fuite de l'album sur Internet avant sa commercialisation à la date prévue.

Il faut en effet se souvenir que le précédent album, "4", a été diffusé sur les sites de liens BitTorrent quelques semaines avant sa disponibilité dans les bacs. L'affaire a évidemment provoqué la colère de Sony, le propriétaire de Columbia Records, le label de la chanteuse, car elle est indéniablement l'une des artistes les plus rentables de l'industrie du disque.

"Pour une artiste qui a été la cible de fuites, c'est un plan de prévention entièrement conçu [pour éviter que cela ne se reproduise]", indique le communiqué. Il semble en effet que le silence radio sur cet album a empêché son piratage avant sa sortie. En revanche, on le trouve aujourd'hui sans grande difficulté sur de nombreux sites spécialisés.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés