Les révélations d'Edward Snowden sur le programme PRISM et les activités de surveillance massive de la NSA ont fortement entamé la confiance des ménages dans l'économie numérique. Selon un sondage réalisé pour la société ESET, spécialisée dans les logiciel de sécurité, 50 % des Américains interrogés disent avoir "désormais moins confiance dans les entreprises technologiques, telles que les fournisseurs d'accès à internet et les entreprises de logiciels", et cela aurait un impact direct sur leurs pratiques.

Ainsi, près de 20 % des sondés affirment qu'ils utilisent moins les services bancaires en ligne suite aux révélations de Snowden, et 14 % déclarent acheter moins qu'avant sur Internet.

"Ca ne veut pas forcément dire moins d'achats au total, mais cela sape les stratégies et la logistique qui accompagnent la plus forte période de ventes de l'année, qui est désormais bien entamée", commente Stephen Cobb, analyse chez ESET.

Les réseaux sociaux, bien sûr, sont aussi touchés par la perte de confiance des internautes. Ainsi, 47 % des sondés déclarent avoir changé leur façon d'utiliser Facebook, Twitter, Google+ ou YouTube, à cause de la conscience accrue d'être potentiellement surveillé, observé, jugé. Près d'un Américain sur deux assure ainsi être "plus prudent avec ce que je partage sur les médias sociaux".

Néanmoins, et c'est peut-être le plus intéressant de l'étude, l'affaire PRISM pourrait relancer la concurrence sur Internet par de nouveaux acteurs plus soucieux de protéger la vie privée de leurs utilisateurs. 74 % des sondés déclarent ainsi qu'ils regarderaient avec beaucoup d'intérêt les services d'une entreprise qui "prend position contre l'accès illimité du gouvernement à mes informations personnelles".

De quoi expliquer sans doute pourquoi Google tente de hausser la voix contre la NSA. Pour une fois, les convictions rejoignent les intérêts commerciaux.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés