En Russie, Google n'est pas le premier moteur de recherche : c'est Yandex, et de loin. Cependant, un groupe de télécommunications contrôlé par Moscou compte lancer début 2014 un nouveau moteur de recherche étatique qui devrait notamment être imposé dans les administrations du pays. Il sera baptisé Spoutnik.

Rares sont les pays où Google n'est pas en situation de domination dans la recherche en ligne. Dans les pays européens ou en Amérique, la firme de Mountain View a conquis la très grande majorité des utilisateurs. Mais sous d'autres latitudes, les internautes préfèrent passer par d'autres moteurs de recherche : Baidu en Chine, Yahoo au Japon ou encore Yandex en Russie.

L'omniprésence de Google en Occident ne suscite pas l'enthousiasme de la classe politique en Europe. Récemment encore, les députés français manifestaient le souhait de voir apparaître un "Google français" pour contrebalancer l'entreprise américaine, qui traite plus de 90 % des requêtes dans l'Hexagone. Même son de cloche outre-Rhin, avec la suggestion d'Angela Merkel de créer un "Google européen".

Du côté de la Russie, l'idée d'un moteur de recherche soutenu par Moscou chemine également même si deux solutions locales (Yandex et Rambler) existent déjà. D'ailleurs, Yandex traite environ 60 % des requêtes du pays selon LiveInternet, cité par La Russie Aujourd'hui. C'est nettement plus que Google (environ 26 %), même si l'écart entre les deux services s'est quelque peu réduit par rapport à 2010.

Selon Reuters, qui rapporte l'information, ce moteur de recherche étatique serait baptisé Spoutnik, en hommage aux dix satellites lancés par l'URSS au début de la conquête spatiale et dont l'un d'eux (Spoutnik 2) a permis de placer en orbite le tout premier être vivant, la chienne Laïka. Le moteur de recherche Spoutnik serait imposé par défaut dans les administrations russes.

Les motivations ayant conduit à la naissance de Spoutnik ne sont pas totalement limpides. Quel sera l'objectif de ce moteur de recherche, dans la mesure où une solution nationale est déjà devant Google ? Les révélations d'Edward Snowden concernant la surveillance électronique ont-elles pesé dans la balance ? Ou est-ce une manœuvre du pouvoir pour accroitre sa mainmise sur l'information en ligne ?

Selon la presse russophone, le projet Spoutnik a d'ores et déjà coûté 20 millions de dollars ; le moteur de recherche devrait être lancé au cours du premier trimestre 2014.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés