Selon de nouveaux documents internes révélés par Edward Snowden, les services de renseignement américains auraient la possibilité d'être avertis en temps réel de certaines activités de leurs "cibles" sur les services d'entreprises privées.

Les révélations s'enchaînent concernant le programme PRISM mis en place par la NSA avec la collaboration active des géants du web américains. Le Washington Post a publié de nouveaux documents ce week-end, qui laissent entendre que la NSA disposerait de ses propres serveurs, avec interfaçage direct avec certaines fonctions de Google, Hotmail, Yahoo, Facebook, etc.

On y découvre, non seulement (ce qu'on savait déjà) que la NSA peut accéder aux e-mails, photos, vidéos, conversations téléphoniques, etc., mais aussi qu'elle dispose de notifications en temps réel. Sur le graphique du dessus, nous voyons que chaque donnée interceptée est classée notamment selon sa source (Microsoft, Yahoo, Google, Facebook, YouTube, Skype, Apple, etc.), et le type de données. Or, pour les types de données, le document indique entre autres :

  • RTN-EDC (notifications en temps réel d'un évènement d'e-mail tel qu'un login ou un message envoyé)
  • RTN-IM (notification en temps réel d'une login de chat, ou un événement de logout)

Ainsi, la NSA recevrait directement certaines informations lorsque l'une de ses "cibles" se connecte sur un serveur de messagerie pour collecter ses messages, ou se connecte et se déconnecte de Skype. Selon le document, l'interception serait réalisée grâce à des serveurs installés directement chez les fournisseurs de services. 

Au 5 avril, 117.675 "cibles" étaient activement surveillées par le programme PRISM, officiellement pour des enquêtes anti-terroristes.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés