Jean-Louis Debré, le président de l'Assemblée Nationale, aurait dit à propos du ministre de la Culture Renaud Donnedieu de Vabres qu'il est "un nul qui nous a mis dans la merde et qui, depuis le début, nous a embarqué dans une aventure".

Cités mercredi par le Canard Enchaîné, les propos de Jean-Louis Debré sur la conduite du débat sur le projet de loi sur le droit d’auteur dans la société de l’information (DADVSI) ont été repris ce matin dans le quotidien 20 minutes. Mais qu’il nous soit permis de douter que M. Donnedieu de Vabres soit un nul.

Il ne faut pas être nul pour faire voter sans fronde parlementaire un texte aussi répressif, liberticide, anti-économique, qui ne garantie ni les intérêts des internautes ni les intérêts des artistes, mais uniquement ceux des industries de la culture et des grands groupes informatique. Il ne faut pas être nul pour faire de la France le seul pays à adopter une disposition qui tue l’innovation nationale, alors même qu’au royaume des MPAA/RIAA une disposition similaire avait été vivement rejetée par le Congrès. Il ne faut pas être nul pour faire passer en deux mois et demi d’un texte qui légalisait le téléchargement et assurait une rémunération aux artistes à un texte qui pénalise la copie privée et remplace la rémunération par des amendes pénales au seul bénéfice du budget de l’Etat.

Il ne faut pas être nul surtout, pour être resté en place malgré le ridicule des procédures, l’insulte répétée à la démocratie, le désastre de la communication à 180.000 euros, …

Il ne faut pas être nul, il faut être dangereux.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés