Pierre Lescure, dont la mission post-Hadopi avait été boudée par l'UFC-Que Choisir et la Quadrature du Net, a estimé que cette dernière n'avait aucune légitimité pour représenter le point de vue des internautes.

Présent sur le plateau de Médias Le Magazine sur France 5, Pierre Lescure s’est montré irrité par l’intervention pré-enregistrée de Jérémie Zimmermann, le porte-parole de la Quadrature du Net. Après s’être d’abord moqué du présentateur Thomas Hugues qui a eu du mal à prononcer le nom de l’association (sous l’angle : si vous n’arrivez pas à le dire, c’est parce qu’ils ne sont pas connus), l’ancien patron de Canal+ et auteur du rapport post-Hadopi a expliqué son agacement.

« Ce sont des gens, lui ou Philippe Aigrain qui est le grand prêtre de la Quadrature du Net, je ne sais pas exactement comment ils vivent ou combien ils représentent d’internautes… Mais les internautes c’est quasiment tout le monde aujourd’hui. Or quand il y a un sujet autour d’Internet, on va demander son avis à La Quadrature du Net« , a-t-il fait remarquer, pour critiquer l’importance accordée à l’association, véritablement centrale dans les questions de défense des libertés sur Internet, en France et en Europe.

« Ils sont intelligents, ils sont intéressants, ils ont beaucoup bossé, mais ils n’ont pas la science infuse« , a critiqué Pierre Lescure.

Lors de la préparation de son rapport, Pierre Lescure avait invité la Quadrature du Net à une audition. Mais celle-ci avait refusé, comme l’UFC-Que-Choisir ou le SAMUP, en critiquant une « caricature de débat démocratique« . Pierre Lescure, qui reproche aux autres leur « science infuse », avait refusé d’ouvrir véritablement le débat sur la légalisation des échanges entre particuliers, la jugeant par avance inacceptable.

Suite au rapport Lescure, la Quadrature du Net a publié son propre contre-rapport Lescure, riche de 14 propositions.

Sur son site, La Quadrature du Net montre qu’elle vit essentiellement des dons des internautes. Près de 1500 internautes ont fait don à l’association depuis début 2012.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés