Des chercheurs ont mis au point une solution de routage des données, qui permet de transmettre une clé inviolable d'un point à l'autre du réseau, par des procédés de cryptographie quantique.

La sécurisation parfaite des échanges de données peut-elle exister ? Oui, si l'on en croit les promesses de la cryptographie quantique, basée sur des propriétés physiques qui font qu'à la lecture du message transmis par photons, ce message est immédiatement modifié. Il est ainsi possible de transmettre une clé de chiffrement secrète, aléatoire, entre deux systèmes distants, en assurant sa sécurisation. Ou en tout cas, en s'assurant d'avoir une preuve de la compromission, si elle est réalisée.

La technologie intéresse beaucoup les banques, l'armée et d'autres organisations qui sont en recherche perpétuelle de sécurité parfaite dans la transmission de leurs communications.

Mais appliquée à Internet, la cryptographie quantique a une limite de taille. Il n'est en effet possible d'assurer l'intégrité de la clé transmise que d'un point A à un point B, puisque le fait de relayer un message vers un point C obligerait à lire ce message pour le copier, et donc à le modifier. Physiquement, la contrainte oblige aussi à limiter les transmissions à quelques dizaines de kilomètres au mieux.

Mais Technology Review rapporte que des chercheurs du Los Alamos National Labs, dans le Nouveau Mexique, ont mis au point une solution de routage quantique peu coûteuse, qui assure la sécurisation d'une information de n'importe quel point d'un réseau vers un autre. Elle fonctionnerait dans leur laboratoire depuis deux ans et demi.

Le système est néanmoins très loin d'un Internet rigide tel que l'ont imaginé les créateurs d'Arpanet. En effet, le système repose sur un hub centralisé, qui est le seul capable de lire les photons des messages quantiques. Par souci d'économie, chaque noeud du réseau peut envoyer une clé sécurisée (un "masque jetable", qui ne sera utilisé qu'une fois) grâce à des transmetteurs quantiques, mais seul le hub est équipé d'un détecteur de photons. Ainsi, même si chaque noeud peut communiquer avec un autre, il faut toujours passer par un point centralisé. Il doit être néanmoins possible de multiplier ces noeuds, plus coûteux, pour assurer un minimum de résilience au réseau.

Selon Technology Review, les chercheurs ont déjà mis au point un module d'émission des photons de la taille d'une boîte d'allumettes, et prévoient de le réduire encore. Il pourra alors être installé dans tous les équipements reliés à des fibres optiques, comme les routeurs des FAI, ou même les TV connectées.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos