Selon une étude menée par Akamai, 50 % des internautes abandonnent l'idée de regarder une vidéo sur Internet lorsque le temps de chargement dépasse les 8 secondes.

Préférant régler ses conflits en privé plutôt que de faire appel aux pouvoirs publics, Google est toujours resté très discret sur l'impact financier des problèmes de connectivité entre YouTube et Free, qui rendent souvent YouTube très lent pour les freenautes. Pourtant, une étude américaine montre que les internautes sont particulièrement impatients lorsqu'il s'agit d'attendre qu'une vidéo se charge avant de pouvoir la regarder.

Il faut noter en préambule que l'étude (.pdf) est réalisée par Akamai, dont le métier est de proposer aux éditeurs des réseaux de distribution de contenus (CDN). Néanmoins, rien dans la méthodologie employée ,e permet d'avoir des doutes sérieux sur la sincérité des résultats présentés, même s'ils servent bien sûr le discours commercial d'Akamai. Les données ont été collectées depuis 12 plateformes de vidéo en ligne du monde entier, qui proposent notamment Akamai parmi leurs différents CDN, et couvrent 23 millions de vidéos vues par 6,7 millions d'internautes. Près de 80 % étaient en Amérique du Nord, et seulement 7,75 % en Europe.

Il ressort de l'étude relayée par GigaOM que 20 % des internautes abandonnent la lecture d'une vidéo si elle n'a pas commencé à être lue dans les 4 premières secondes. Puis, la vidéo est abandonnée par 6 pourcents supplémentaires de spectateurs toutes les secondes d'attentes en plus. Au bout de 8 secondes, la moitié des internautes a déjà quitté le player vidéo.

L'étude détaillée montre que les internautes sont plus patients sur les mobiles (parce qu'ils sont habitués à la lenteur et n'auront pas plus rapide ailleurs), et avec les vidéos de plus de 30 minutes, qui sont aussi celles que les internautes veulent réellement regarder.

En revanche, les plus impatients sont les abonnés à la fibre optique, qui exigent un temps de réaction très court des sites de vidéo.

En janvier 2012, Xavier Niel avait conseillé aux freenautes d'utiliser Dailymotion plutôt que YouTube, s'ils trouvaient le site de Google trop lent. Mais à la vue de ces données, beaucoup n'ont certainement pas attendu les conseils du fondateur de Free.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés