Free ne veut pas prendre à sa charge le coût en bande passante engendré par le succès de YouTube. Xavier Niel demande aux freenautes qui se plaignent des lenteurs sur le service de vidéos de Google de se rendre sur Dailymotion.

Xavier Niel a décidé de pousser jusqu’au bout le bras de fer qu’il livre avec Google, dont le service YouTube est d’une incroyable lenteur pour les abonnés à Free. Depuis plusieurs mois, les freenautes ne peuvent plus utiliser YouTube de manière normale, le service souffrant d’un sous-dimensionnement de la bande passante disponible entre Free et les serveurs de YouTube.

L’opérateur français reproche à Google de ne pas assez investir dans les infractures, c’est-à-dire de ne pas signer un assez gros chèque pour compenser la dissymétrie entre le volume de données envoyées vers YouTube et le volume (beaucoup plus important) de données reçues par les freenautes. De son côté, Google estime que le prix des abonnements payé par les abonnés à Internet devrait servir à financer les coûts engendrés par les pratiques de ces mêmes abonnés.

Interrogé par Le Nouvel Obs, Xavier Niel a confirmé que Free ne souhaitait pas bouger le petit doigt. « Effectivement, il y a un problème« , reconnaît-il, ce qui n’avait jamais été le cas en 2010 lorsque de nombreux sites de streaming et de téléchargement direct souffraient des mêmes lenteurs. « Les tuyaux entre Google et nous sont pleins à certaines heures, et chacun se repoussent la responsabilité de rajouter des tuyaux. C’est un problème classique qui arrive partout, mais plus souvent avec Google« , explique l’homme d’affaires.

Même s’il appartient désormais à Orange, Xavier Niel pousse les freenautes à utiliser le concurrent Dailymotion, avec lequel Free n’a aucun problème de peering. « En comparaison, le trafic avec Dailymotion -avec qui tout se passe bien- ne pose pas de problème. Donc j’invite les gens qui ont des problèmes avec YouTube de s’apercevoir que sur Dailymotion souvent il y a les mêmes vidéos. J’espère que la solution arrivera sous peu« .

Google, de son côté, va-t-il imiter la stratégie de MegaVideo et inviter les freenautes à quitter Free pour aller chez SFR, Orange ou Bouygues ? A ce petit jeu, pas sûr que Free soit le plus puissant.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés