Publié par Guillaume Champeau, le Vendredi 07 Septembre 2012

Steam : tu signes, ou tu perds tout !

Avec Steam, Valve oblige les joueurs à accepter n'importe quelle modification contractuelle sous peine de perdre le bénéfice de tous les jeux achetés depuis plusieurs années. Interrogée sur les possibilités de dédommagement en cas de désaccord, l'éditeur reste muet.

Cet été, Valve a modifié les conditions contractuelles de sa plateforme Steam, pour réduire les droits de ses clients. Désormais, les joueurs qui sont inscrits sur le service s'engagent contractuellement à ne pas porter plainte contre Valve, et à faire trancher tout litige éventuel par une commission d'arbitrage, que Valve paye (sous certaines limites) et choisit. Les utilisateurs s'engagent par ailleurs à ne pas s'associer à des recours collectifs, ce qui n'est de toute façon pas possible en France.

En soi, ces modifications n'ont pas une énorme importance, et ne sont pas une première. L'an dernier, suite au fiasco des données personnelles qu'il s'était fait pirater, Sony avait pris la même précaution en changeant les conditions d'utilisation du Playstation Network. Mais ceux qui n'acceptaient pas de signer ces nouvelles conditions contractuelles étaient toujours libres de jouer aux jeux qu'ils avaient achetés, minoré de l'accès aux parties multijoueurs.

Lorsqu'il a procédé à sa mise de à jour de contrat, Steam a fait connaître les modifications dans une fenêtre affichée au lancement du service, avec deux boutons : "Je suis d'accord", ou "je ne suis pas d'accord".

Taquins, nous avons décidé de ne pas être d'accord, et de voir ce qui allait se passer. Nous cliquons "Je ne suis pas d'accord". Steam se ferme. Sans aucune explication ni excuse. Au revoir. Bye bye. Adios. 

Et nos jeux vidéo, chèrement achetés sur la plateforme adorée depuis plusieurs années ?

Impossible de les lancer, même pour y jouer en solo. Il faut accepter le nouveau contrat de Steam, ou abandonner toute la ludothèque accumulée sous le régime de l'ancien contrat.

Pourtant, Steam ne se présente pas comme un service de location de jeux vidéo, mais bien comme une plateforme permettant d'acheter les jeux, ce qui supposer d'en conserver la jouissance ad vitam eternam. Le mot "acheter" est omniprésent sur la plateforme :

Toujours taquins, nous avons donc utilisé le service de support de Steam, pour poser une simple question, en qualité de client : "Peut-on être remboursé des jeux précédemment achetés si l'on ne peut plus y jouer parce que l'on refuse l'Accord de Souscription ? Si non, comment faire pour jouer aux jeux déjà achetés ?".

Deux semaines plus tard, alors que le support Steam répond habituellement très vite aux questions de ses clients, nous attendons toujours une réponse :

Compréhensifs, on se dit que le support Steam est peut-être dépassé par notre question. Après tout, il semble que Valve n'a pas prévu le cas où un client aurait un problème d'ordre contractuel à régler. Lorsqu'il faut choisir la catégorie de la question posée, aucune case n'est vraiment appropriée :

Nous décidons donc, en qualité de média, de contacter le responsable des relations presse de Valve, Doug Lombardi, pour lui poser la même question. Vous l'aurez deviné... sans réponse depuis une semaine :

Comme la quasi totalité des joueurs, nous aurions pu cliquer sur "Je suis d'accord" sans même lire le contrat. Ou comme beaucoup d'autres, cliquer sur le bouton sous la contrainte, parce qu'il n'y a pas d'autre choix pour continuer à jouer à des jeux qui, au total, ont parfois coûté plusieurs centaines d'euros, voire plusieurs milliers pour les plus gros consommateurs.

Mais il y a des questions de principe.

Qu'ajoutera Steam à ses contrats, demain, que l'on ne pourra pas refuser ? Et que vaut un contrat dont la signature est obtenue sous la contrainte (juridiquement, pas grand chose) ?

Avec cette politique, Valve crée un précédent des plus critiquables.

Et son silence montre soit de l'embarras, soit du mépris.

Publié par Guillaume Champeau, le 7 Septembre 2012 à 17h26
 
102
Commentaires à propos de «Steam : tu signes, ou tu perds tout !»
Inscrit le 19/08/2009
76 messages publiés
Perso je recommande plutot les ventes d'amazon.com aux personnes qui cherchent de bonnes affaires.

C'est normalement reserve aux americains, mais il suffit juste de mettre une adresse U.S dans son carnet d'adresse et de l'utiliser comme adresse de facturation pour pouvoir en profiter.

Et apres il n'y a que des avantages par rapport a Steam: pas de DRM supplementaire, jeu qui correspond 100% a la version retail...
Inscrit le 28/06/2013
1 messages publiés
Moi jais crk mon steam c'est plus simple est jais plus de probleme avec eux et voila jais perdu 200 euros a cause deux eux bas je vais leur faire perdre 200 euros de jeux grâce a eux cest bete est simple !
Inscrit le 07/11/2006
3331 messages publiés
tremble Valve tes jours sont comptes....
PS : a cause de TheBlackRedOps Valve tu viens de 260$ et tu ne va plus qu'avoir 2 499 999 740 de dollars de fond propre...

(Désolé c'était trop tentant )
Inscrit le 17/02/2012
161 messages publiés
Oui, l'un ou l'autre. Et tous ceux qui auront cliqués celle-ci auront perdu le droit de participer à une Class Action...
Inscrit le 11/04/2008
35 messages publiés
Et j'ajoute que Steam a eu énormément de problèmes ces dernières semaines, rendant inaccessibles certains jeux.
En revanche, pas du tout d'accord avec cette affirmation : "alors que le support Steam répond habituellement très vite aux questions de ses client". Je les ai contacté plusieurs fois pour des problèmes : le délai c'est 7/8 jours en moyenne.
Inscrit le 13/08/2002
24554 messages publiés
Neska, le 07/09/2012 - 17:35
le délai c'est 7/8 jours en moyenne.


D'après un sondage express sur Twitter, c'est plutôt 2/3 jours. Mais même 7/8 jours, c'est mieux que deux semaines sans réponses
Inscrit le 04/09/2002
2742 messages publiés
un bon avocat et donc un procès gagné facilement.

attitude totalement inacceptable de la part de valve, et ce n'est pas possible, mais oui, de toute évidence, ils n'ont pas envisagé une seule seconde que les gens ne soient pas d'accord...

de toute façon, il me semble qu'en france, tout changement de contrat impose obligatoirement une nouvelle validation.
Inscrit le 05/09/2012
4 messages publiés
C'est très moche. Curieux de lire la réponse du support et/ou celle du responsable des relations presse de Valve, si réponse il y a.

J'avoue (honteusement) faire partie de la quasi totalité des personnes qui clique sur "Je suis d'accord" sans même lire le contrat des outils que j'utilise. Je vais sérieusement penser à reconsidérer mes (mauvaises) habitudes.
Inscrit le 23/12/2011
375 messages publiés
Sous la contrainte ou pas, un contrat ne peut de toute façon interdire les actions en justice. Donc leur contrat vaut rien du tout.
Inscrit le 26/01/2012
628 messages publiés
étonnant?

vus les antécédents de steam pas tant que cela.

bien content de ne pas être chez eux.
Inscrit le 12/08/2011
1165 messages publiés
Neska, le 07/09/2012 - 17:35
Et j'ajoute que Steam a eu énormément de problèmes ces dernières semaines, rendant inaccessibles certains jeux.
En revanche, pas du tout d'accord avec cette affirmation : "alors que le support Steam répond habituellement très vite aux questions de ses client". Je les ai contacté plusieurs fois pour des problèmes : le délai c'est 7/8 jours en moyenne.


Pour avoir eu plusieurs soucis c'est plus de l'ordre de 2/3 jours.

Quand aux CLUF : Blabla tl;dr / Accept.
Ca ne vaut rien juridiquement ce torchon.
[message édité par Bretwalda le 07/09/2012 à 18:12 ]
Inscrit le 12/04/2012
14 messages publiés
De toute manière à partir du moment où il faille se connecter sur la plateforme steam pour jouer, il est clairement dit que que ces jeux ne nous appartiennent pas.

J'ai d'ailleurs posé la question au support avant achat, et c'est pour cette raison que je n'achète que très rarement. C'est désolant de devoir cracker des copies "légales"..
[message édité par Jwice le 07/09/2012 à 18:21 ]
Inscrit le 24/03/2009
916 messages publiés
Ca ne change rien dans le fond. Un utilisateur mécontent passera par un arbitrage et sera remboursé par Valve s'il respecte ces nouvelles clauses. Si aucun accord n'est conclu ou si le plaignant s'estime lésé, il pourra toujours aller en justice et faire sauter cette clause abusive.

Au final, il perd du temps avec l'arbitrage, mais peut gagner le coût d'une procédure si Valve se montre réceptif à ce genre de requêtes... ou alors il pourra aller directement en justice, il n'aura rien à perdre, à ce niveau là, si on va en justice, c'est que notre compte est déjà foutu et le juge décidera de ce qu'il en sera fait et se foutra totalement du "ne nous attaquez pas en justice".

Edit: j'ajouterais que le titre de l'article est trompeur, on ne "signe" rien. Ce sont des "accords de souscription" qu'on accepte ou non. Mais on ne demande aucune signature, ce n'est pas un contrat (loin de là ).
[message édité par Warp le 07/09/2012 à 18:37 ]
Inscrit le 11/09/2009
26 messages publiés
Je connais des gens qui après avoir acheté des jeux steam se retrouvent à les pirater car les drm obligeant à se connecter à internet pour lancer son compte et jouer au jeux en solo les empêchent de jouer en déplacement.
Ici, si après avoir acheté des jeux je me retrouve à ne pas pouvoir y jouer pour ce genre d'entourloupe, je crois que le piratage et la solution de désobéissance civile la plus acceptable.

Enfin, acheter ses jeux en dur et les pirater ensuite pour y jouer est une pratique d'avenir :/
Inscrit le 28/07/2013
1 messages publiés
Ben non, tu peux jouer à tes jeux sans internet, il suffit de lancer steam en offline (mode sans connexion)
Inscrit le 03/09/2012
2 messages publiés
J'ai été aussi très surpris quand j'ai lus ( en travers) le nouveau contrat. J'ai environ 30 ? de jeux sur steam et elle est pour l'instant la meilleur façon d'acheter des jeux demat sur le net par apport a la concurrence, ne serait ce que le prix et le nombre de jeux disponible.

De toute façon si je devais avoir un litige avec Steam je pense pas que ce contrat ait une valeur plus que legal.

@
skalpa le 07/09/2012 à 17:35


Ouais mais amazon y'a des délais de livraison et un prix sur le delais si c'est moins de 3 jours. De plus je doute que tu trouves des blockbuster de moins de 2 mois a 75% de reduc.
Inscrit le 03/08/2012
5 messages publiés
Oui les joueurs on protestés en vain, pour rappel cela fait également pieds de nez à la décision UE d'autoriser la revente de contenu acheté de manière digital.
Précisant aussi que Steam au final ne facture que l'accès aux jeux, et peut le supprimer à tous moment sans justification ni dédommagement.

Je n'aime pas la contrainte ou la suspicion porté sur nous ...
Inscrit le 06/02/2009
269 messages publiés
Depuis le temps que je suis convaincu que steam c'est de la merde en barre, ce n'est donc pas cet article, aussi édifiant soit-il, qui va me faire changer d'avis.

Le support technique ne sert à rien, et il faut savoir que si vous avez un problème avec cette plate forme elle n'a aucune représentation légale en France il faut donc saisir le FBI aux USA (lol) c'est en tout cas ce que m'a répondu la DGCCRF lorsque je l'ai saisie pour faire cesser les pratiques que j'estime illégales de la part de steam, j'ai saisi ensuite l'ufc que choisir qui m'a poliment, mais assurément envoyé balader au motif qu'il ne sont pas compétents en la matière

Bref c'est l'impunité absolue, que font les politiques, au lieu de nous casser les burnes avec hadaubie, que fait l'ufc que choisir aussi, cette soi-disant assoc de consommateurs ?!
[message édité par Thnos le 07/09/2012 à 18:54 ]
Inscrit le 05/04/2009
39 messages publiés
Idem pour diablo3, ils ont encore mis à jour leurs conditions pour la nième fois et j'ai refusé puis je les ai contacté en leur demandant un remboursement même partiel car j'en ai profité tout en sachant que je ne peux pas en jouer hors ligne et la réponse que j'ai eu :

"...
Merci de nous avoir contactés.

Vous nous voyez au regret de vous annoncer que, toutes recherches effectuées, nous ne pourrons malheureusement pas donner suite à votre demande de remboursement. Nous constatons en effet des temps de connexion significatifs sur le compte et celui-ci a été acheté il y a de cela plusieurs mois.

Merci de votre compréhension.
..."

et en insistant

Bonjour,

"Le fait de ne pas accepter une modifications des conditions d'utilisation ne donne pas droit à un remboursement si la licence a été utilisée. Cela aurait pu être possible si vous ne les aviez jamais acceptées, ce qui n'est pas le cas.
..."
[message édité par papy67 le 07/09/2012 à 21:18 ]
Inscrit le 13/10/2008
1735 messages publiés
Solution : pirater tout les jeux que l'on a acheté !
Inscrit le 25/01/2014
1 messages publiés
bonjour
comment tu fais pour pirater ?
j'ai acheté total war rome 2
et j'ai le meme probleme que tous ces potes !!!
apres plantage de l'ordi j'ai formaté et remis windows 7
mais bien sur le jeu etait parti avec
impossible de le reinstaller steam me dis qu'il est dejas installé avec le meme clé
comment je fais
merci
nico
Inscrit le 12/08/2011
1165 messages publiés
papy67, le 07/09/2012 - 18:57
Idem pour diablo3, ils ont encore mis à jour leurs conditions pour la nième fois et j'ai refusé puis je les ai contacté en leur demandant un remboursement même partiel car j'en ai profité et sachant que je ne peux pas en jouer hors ligne et la réponse que j'ai eu :

"...
Merci de nous avoir contactés.

Vous nous voyez au regret de vous annoncer que, toutes recherches effectuées, nous ne pourrons malheureusement pas donner suite à votre demande de remboursement. Nous constatons en effet des temps de connexion significatifs sur le compte et celui-ci a été acheté il y a de cela plusieurs mois.

Merci de votre compréhension.
..."

et en insistant

Bonjour,

"Le fait de ne pas accepter une modifications des conditions d'utilisation ne donne pas droit à un remboursement si la licence a été utilisée. Cela aurait pu être possible si vous ne les aviez jamais acceptées, ce qui n'est pas le cas.
..."


Je ne vois pas ce qu'il y a d'abusif là dedans.

La connexion c'est écrit sur la boîte (et partout sur le net avant donc bon c'est un peu une excuse de merde (surtout pour demander un remboursement des mois après la sortie du jeu ...) ).
Ensuite que tu n'acceptes pas les conditions, ils s'en foutent, tu as payé donc ça leur passe au dessus de la tête. Toutes les boîtes le font donc ils ne vont pas se gêner ...
[message édité par Bretwalda le 07/09/2012 à 19:16 ]
Inscrit le 07/05/2004
891 messages publiés
Steam ce n'est pas la loi.

Si leurs clauses sont abusives elles sont illégales.

Les signer n'engage en rien si c'est illégal.
[message édité par ol7 le 07/09/2012 à 19:10 ]
Inscrit le 08/02/2003
98 messages publiés
Et on s'étonne en lisant ça que les jeux soient "piratés" et plus simples à utiliser que les jeux achetés....

Perso, j'attends de pied ferme Crysis 3... enfin sa version "pirate" bien entendu...
Inscrit le 12/08/2011
1165 messages publiés
heavenvibes, le 07/09/2012 - 19:19
Et on s'étonne en lisant ça que les jeux soient "piratés" et plus simples à utiliser que les jeux achetés....

Perso, j'attends de pied ferme Crysis 3... enfin sa version "pirate" bien entendu...

Vu le 2 t'attend pas à grand chose [/troll]
Inscrit le 16/01/2009
868 messages publiés
petitepoupee, le 07/09/2012 - 18:59
Solution : pirater tout les jeux que l'on a acheté !



Je ne pense pas qu'on puisse vraiment parler de piratage si on a une license. Légalement parlant, j'entend.
Inscrit le 10/03/2009
503 messages publiés
juridiquement: est ce que qq'un peut m'expliquer comment steam peut modifier un contrat d'utilisation ayant effet sur des produit deja acheté ?
Inscrit le 26/11/2003
1840 messages publiés
le piratage augmente cher monsieur ... normal
il doivent pas avoir compris , que , un client flouer c'est un client perdu

arnaque moi une fois honte a toi , arnaque moi 2 fois honte a moi
depuis il ne m'arnaque plus , mais qu'est-ce qu je les entube
Inscrit le 21/12/2013
1 messages publiés
BONJOUR JE VIENS D ETRE PIRATER DE 29.99e VIENS DE VOIR CA SUR MON COMPTE ALORS QUE JE NAI RIEN COMMENDER CHEZ EUX J ATTEND DE LA BANQUE LE SUIVIE ET ARRETTER A L AVENIR TOUT PAIMENT
Inscrit le 19/09/2009
85 messages publiés
L'addiction, c'est la perte de contrôle face à un produit où une situation (ex. : accro au sport).

Si on prend le tabac et qu'on se demande les causes de l'addiction, très rapidement on en vient à évoquer 3 éléments "responsables" :
- le sujet, qui fait un choix (ou qui a du mal à en faire un...)
- la substance (nicotine), qui crée une demande "physique" que le "mental" à du mal à contrer
- le dealer, qui met les 2 premiers en relation pour faire de l'argent sur cette relation fusionnelle (et parfois toxique)

Dans le cas du jeu vidéo, force est de constater que le dealer, ici steam, met tout en ?uvre pour limiter la marge de man?uvre du joueur. Il s'agit de s'approprier le plus de contrôle possible en donnant le moins de champ au joueur.

A quand une règle de responsabilisation des distributeurs/éditeurs de jeux? On fait bien la même chose pour le tabac (plus toxique certes mais le jeu peut aussi poser problème).

Le jeu devrait rester une possibilité, un plaisir et le joueur devrait pouvoir garder ce triple choix :
- jouer
- mettre en pause
- ne plus jouer
Donc les jeux solo devraient pouvoir être toujours joués en solo, sans avoir à se connecter à un serveur qui les contrôle, ils devraient pouvoir acheter et revendre librement, transmettre à leur décès,...
Évidement, les jeux en réseaux passent forcément par une structure mettant en relation les joueurs, mais ne pourrait-on pas aller vers plus de décentralisation pour redonner de la liberté au joueur?
Inscrit le 12/08/2011
1165 messages publiés
hahaha, le 07/09/2012 - 19:30
juridiquement: est ce que qq'un peut m'expliquer comment steam peut modifier un contrat d'utilisation ayant effet sur des produit deja acheté ?

http://www.jeuxonlin...ortee-juridique un papier sur le CLUF (entre autre) si tu veux te renseigner.
Inscrit le 02/04/2010
1049 messages publiés
ColtyColt, le 07/09/2012 - 19:35
Évidement, les jeux en réseaux passent forcément par une structure mettant en relation les joueurs, mais ne pourrait-on pas aller vers plus de décentralisation pour redonner de la liberté au joueur?

Tu veux dire "revenir vers plus de decentralisation"?
En effet, la centralisation a marche forcee est un phenomene qui a succede a des annees de jeux decentralises. Diablo 1 et 2? LAN available. Battle.Net servait juste a trouver des joueurs sur Internet. Les FPS, counter strike en tete? Serveurs persos. Et j'en passe. La plupart du temps, les serveurs centraux existaient comme moteurs de recherche, mais on pouvait s'en passer quand on connaissait les personnes avec qui on voulait jouer.
De nos jours, on se dirige vers une centralisation a outrance, y compris pour le jeu solo ce qui est inacceptable a mes yeux. (Et je ne suis pas le seul a le penser, je crois.)
Il reste encore, heureusement, de nombreux jeux solo jouables hors ligne, mais cela signifie de ne pas passer par des plate-formes de "location a duree indeterminee" comme Steam (qui annonce a tort faire de la "vente").
Une definition legale exacte de "vente" devrait etre un jour rappelee... ou redefinie si elle est trop floue... pour eviter ce genre d'abus.
Inscrit le 18/03/2008
778 messages publiés
Dois-je rappeler à tout le monde que les logiciels ne sont pas achetés mais licensés?

Question à tous les anti steam, c'est quoi vôtre vision du jeu vidéo qui respecte les drois du client et permet aux studios de développement de vivre de leur travail? Parce que je vois beaucoup de "moi moi moi", mais je vous vois pas présenter des solutions atractives aux développeirs. Vous voulez des licenses inaliénables et transférables sur demande avec un CLUF inaltérable après la première signature. Vous êtes prets à les payer combien?

Dois t-on revenir aux prix des débuts des consoles de jeu avec des cartouches extrèmement chères?
Inscrit le 03/10/2011
6298 messages publiés
En soit, ces modifications n'ont pas une énorme importance, et ne sont pas une première.
Excuse-moi Guillaume, mais un contrat qui te signifie qu'en l'acceptant, tu perds tout droit juridique, c'est pas ce que j'appelle une modification mineure.
Il faudrait voir avec un avocat, mais à mon avis le contrat n'a aucune valeur, car on ne peut pas considérer qu'un contrat est supérieur aux lois, et les lois disent que si j'ai un problème, je peux faire un procès.
Inscrit le 02/04/2010
1049 messages publiés
dieangel, le 07/09/2012 - 20:29
Dois-je rappeler à tout le monde que les logiciels ne sont pas achetés mais licensés?

Question à tous les anti steam, c'est quoi vôtre vision du jeu vidéo qui respecte les drois du client et permet aux studios de développement de vivre de leur travail? Parce que je vois beaucoup de "moi moi moi", mais je vous vois pas présenter des solutions atractives aux développeirs. Vous voulez des licenses inaliénables et transférables sur demande avec un CLUF inaltérable après la première signature. Vous êtes prets à les payer combien?

Dois t-on revenir aux prix des débuts des consoles de jeu avec des cartouches extrèmement chères?

Pour ma part, je ne suis pas exactement "anti-Steam". Je n'accepte pas leur systeme et ne l'utiliserai que si c'est le dernier modele de "vente" de jeu au monde. Les concernant, je demande juste que soit retire (ou redefini) le terme "acheter".
Sinon, le modele que j'utilise est le bon vieux modele de choisir un jeu (beaucoup de lecture pour me faire un avis, et si possible en parler avec des vendeurs de magasins physiques, mieux encore le tester quand c'est possible) puis achat d'un jeu utilisable independamment d'un douteux serveur central. Je ne fais d'entorse a ce choix que pour les jeux multijoueur: quite a necessiter une connexion pour jouer, il m'importe peu qu'il soit centraliser... Du moins, je choisirai si possible autre chose, mais le choix est fait avec des amis qui n'ont pas necessairement ce genre de critere "technique" en tete.
J'apprecie aussi beaucoup le modele "Humble Bundle" qui propose des jeux (pre-selectionne, c'est le cote negatif) a un prix totalement arbitraire... entre les mains du joueur. Le jeu est reellement "vendu", le joueur peut fixer le prix y compris apres coup (ce qui permet de les tester puis de decider de leur valeur en connaissance de cause).
Inscrit le 13/08/2010
7614 messages publiés
Juridiquement, que Steam change en cours de contrat les conditions unilatéralement, et en forte défaveur du client, ça ne doit pas résister bien longtemps. Le point de vue d'un juriste dans la salle ?
Inscrit le 21/11/2011
621 messages publiés
Une société qui fait signer un contrat qu'on ne peut pas refuser dont les clauses sont de ne pas porter plainte contre eux pour quelque motif que ce soit est une clause abusive. Sauf erreur de ma part, dans un contrat, toute clause floue ou abusive est considérée comme non écrite. Je conseillerai aux joueurs d'être ok avec le contrat et de les attaquer à la moindre entourloupe. Ils ne peuvent pas brandir le cluf comme ça avec ce genre de clauses, du moins, en France. On appuie également sur un bouton "achat", pas "droit d'accès", ce qui implique donc une propriété sur le produit (ou plutôt une propriété sur son utilisation) pour lequel un contrat ne peut pas être rétro effectif, l'achat ayant été effectué sur les termes d'un autre contrat dont les règles sont les mêmes. Même Sony ne s'y est pas frotté avec l'affaire Linux et à simplement "contourné" le problème en proposant un remboursement de la console sous certaines conditions. Si cela était aussi facile, tous nos contrat d'assurance, de garantie, de sav et je ne sais quoi encore changeraient de semaines en semaines. Pour cela, je suis encore content d'être en France.

Maintenant, entre la théorie et la pratique...
Inscrit le 21/11/2011
621 messages publiés
En tous cas, Steam c'est pour le moment mieux que le Cloud Gaming ... Quand on ne pourra plus rien acheter, ni physiquement, ni en dématérialisé, on en reparlera... t'iras attaquer un société basée dans un autre pays dont les serveurs sont encore dans un autre... bonne chance tiens.
Inscrit le 27/05/2009
143 messages publiés
Condition de vente : J'ai toujours raison et vous toujours tord, signez la.
Si y a un problème c'est la faute du client, c'est dans le contrat !
Inscrit le 23/06/2009
159 messages publiés
Bretwalda, le 07/09/2012 - 19:07
papy67, le 07/09/2012 - 18:57
Idem pour diablo3, ils ont encore mis à jour leurs conditions pour la nième fois et j'ai refusé puis je les ai contacté en leur demandant un remboursement même partiel car j'en ai profité et sachant que je ne peux pas en jouer hors ligne et la réponse que j'ai eu :

"...
Merci de nous avoir contactés.

Vous nous voyez au regret de vous annoncer que, toutes recherches effectuées, nous ne pourrons malheureusement pas donner suite à votre demande de remboursement. Nous constatons en effet des temps de connexion significatifs sur le compte et celui-ci a été acheté il y a de cela plusieurs mois.

Merci de votre compréhension.
..."

et en insistant

Bonjour,

"Le fait de ne pas accepter une modifications des conditions d'utilisation ne donne pas droit à un remboursement si la licence a été utilisée. Cela aurait pu être possible si vous ne les aviez jamais acceptées, ce qui n'est pas le cas.
..."


Je ne vois pas ce qu'il y a d'abusif là dedans.

La connexion c'est écrit sur la boîte (et partout sur le net avant donc bon c'est un peu une excuse de merde (surtout pour demander un remboursement des mois après la sortie du jeu ...) ).
Ensuite que tu n'acceptes pas les conditions, ils s'en foutent, tu as payé donc ça leur passe au dessus de la tête. Toutes les boîtes le font donc ils ne vont pas se gêner ...


La connexion c'est marqué oui, mais il n'est pas spécifié "vous devrez accepter à vie le bon vouloir de Blizzard pour conserver votre jeu."

Tu achète un jeu, tu as l'accès internet, tu accepte les conditions en les lisant une fois (c'est déjà mieux que la plupart de gens), et tu joue.
Jusque là à la limite ça va (et encore, si tu accepte pas, t'ira chercher à te faire rembourser tiens...)
Mais du jour au lendemain on te dit par exemple "voilà maintenant tu devra jouer en étant nu, et laisser ta webcam allumée en permanence, et Blizzard aura le droit de faire ce qu'il veut de cette vidéo" (enfin bref n'importe quelle connerie quoi)
T'as quel choix ? Tu accepte, ou tu perds ton jeu.
Ou bien tu accèpte à vie les conditions arbitraires de l'éditeur, ou bien tu perd ton jeu, et t'as donc dépensé ton argent pour rien (ou quelques semaines de jeu, le temps pour Blizzard de changer les conditions)

Les gens cliquent pas sur "j'accepte les conditions", ils cliquent sur "je veux pas avoir perdu mon argent pour rien"


Je vous conseille au passage un très bon article sur le sujet :
http://canardpc.com/...s_legaux__.html
Inscrit le 27/05/2009
143 messages publiés
+1 pour l'article de canardpc.

Du purement illégale de bout en bout, mais bon quand on est au dessus des lois ce n'est pas important lol.
Inscrit le 18/03/2008
778 messages publiés
Lathaine, le 07/09/2012 - 22:47
+1 pour l'article de canardpc.

Du purement illégale de bout en bout, mais bon quand on est au dessus des lois ce n'est pas important lol.


C'est la magie du business international, tu t'en cogne des lois des pays ou tu n'es pas basé physiquement. Je précise que ça marche dans les deux sens.
Inscrit le 24/02/2009
358 messages publiés
dieangel, le 07/09/2012 - 20:29
Dois-je rappeler à tout le monde que les logiciels ne sont pas achetés mais licensés?

Question à tous les anti steam, c'est quoi vôtre vision du jeu vidéo qui respecte les drois du client et permet aux studios de développement de vivre de leur travail? Parce que je vois beaucoup de "moi moi moi", mais je vous vois pas présenter des solutions atractives aux développeirs. Vous voulez des licenses inaliénables et transférables sur demande avec un CLUF inaltérable après la première signature. Vous êtes prets à les payer combien?

Dois t-on revenir aux prix des débuts des consoles de jeu avec des cartouches extrèmement chères?


Ma vision du jeu vidéo c'est celle de l'époque PS1 : t'achètes ton jeu neuf à 50?, 20? s'il est platinum, tu n'acceptes pas de CLUF et tu es libre d'y jouer quand tu veux, de le prêter à un pote ou même de le vendre. Ce genre de modèle fonctionnait parfaitement bien et d'ailleurs fonctionne toujours, j'imagine donc que c'est parfaitement attractif pour les développeurs.
Inscrit le 28/04/2010
133 messages publiés
heavenvibes, le 07/09/2012 - 19:19
Et on s'étonne en lisant ça que les jeux soient "piratés" et plus simples à utiliser que les jeux achetés....

Perso, j'attends de pied ferme Crysis 3... enfin sa version "pirate" bien entendu...


Steam difficile à utiliser ? Je ris !

"Version pirate" oui oui, c'est tellement mieux de faire confiance à un crack dont tu ne connais pas la provenance... Et après on s'étonne !
[message édité par wartelle le 07/09/2012 à 23:55 ]
Inscrit le 18/04/2009
37 messages publiés
Personne n'a donc lu en entier la page au démarrage de DarkSiders II ?!!!
Allez y, c'est bluffant.
Inscrit le 31/03/2009
507 messages publiés
wartelle, le 07/09/2012 - 23:52
Steam difficile à utiliser ? Je ris !
Quand tu n'as pas de connec et que steam a décidé que c'est maintenant qu'il voulait sa mise à jour et que tu ne jouera point, tu fais comment facilement ?

wartelle, le 07/09/2012 - 23:52
"Version pirate" oui oui, c'est tellement mieux de faire confiance à un crack dont tu ne connais pas la provenance... Et après on s'étonne !
Oui bah au moins, elle marche. Et on en connaît la provenance, on l'habitude d'utiliser leurs fichiers à skidrow, razzor et autres. Et si ya des trucs moisis dedans, d'une part c'est un bien maigre prix à payer, et d'autre part c'est pas plus moisis que les drm de connec et autres pourritures certes légales signées et certifiées, mais autrement plus handicapantes.
Inscrit le 06/11/2005
601 messages publiés
moi j'ai accepté parce que j'avais envie de jouer (c'est dur d'avoir des principes 24h/24) mais ça me saoule, quand je pense que ça faisait 10 ans avant steam que j'avais pas acheté un jeu PC, et ils deviennent de plus en plus ce genre de sociétés qu'on déteste
Inscrit le 31/03/2009
507 messages publiés
Oui enfin pour moi, Steam depuis ses début, c'est le prototype du DRM de connec, bien avant de devenir la plateforme que l'on connaît aujourd'hui. Rien que pour ça ils n'auront pas un centime.

Ce qui ne m'empêche pas par ailleurs d'acheter les jeux qui me plaisent. Mais j'y joue en version hackée. Les versions piratées sont meilleurs, même quand tu as la version légales, alors que voulez vous...
Inscrit le 19/05/2011
1237 messages publiés
Skidrow et Reloaded ne changent jamais leurs conditions d'utilisation...
Inscrit le 18/08/2009
39 messages publiés
On est pas propriétaire de ses jeux, on paye une licence d'utilisation qui permet d'y jouer. C'est quelque chose qui est à blâmer je suis d'accord, mais ils sont dans leur droit. Pour la clause de ne pas porter plainte, elle est peut-être abusive. Et si vraiment elle l'est, vous pouvez la signer, parce qu'elle sera réputée "non-écrite".
Inscrit le 15/08/2008
2851 messages publiés
Mais où est il possible d'acheter légalement des jeux pas chers sans passer par steam (amazon.co.uk ?) ?
Je préfère avoir ma version physique justement pour pouvoir revendre au cas où.
Inscrit le 19/03/2009
174 messages publiés
Apparement personne ici n'a lu le fameux accord de souscription. Je n'ai pas la vf sous les yeux mais:


SECTION 12 CONTAINS A BINDING ARBITRATION AGREEMENT AND CLASS ACTION WAIVER. IT AFFECTS YOUR LEGAL RIGHTS. PLEASE READ IT. IF YOU LIVE OUTSIDE OF THE UNITED STATES, SOME OR ALL OF SECTION 12 MIGHT NOT APPLY TO YOU.


C'est sur la premiere page, en majuscule.
Steam ne fait qu'appliquer ce que permet le droit federal US depuis 2009 et cette clause n'est valable que pour les utilisateurs US de Steam.

Pour l'Europe c'est ca:


For EU Subscribers:

You agree that this Agreement shall be deemed to have been made and executed in the Grand Duchy of Luxembourg and that it is subject to the laws of Luxembourg, excluding the law of conflicts and the Convention on Contracts for the International Sale of Goods (CISG). However, where the laws of Luxembourg provide a lower degree of consumer protection than the laws of your country of residence, the consumer protection laws of your country shall prevail. In any dispute arising under this Agreement, the prevailing party will be entitled to attorneys’ fees and expenses.


Les europeens n'achetent pas les produits/services aupres de Valve US mais de Valve s.a.r.l basee au Luxembourg.
Et la ce sont les lois locales qui avantagent le plus le consommateur qui s'appliquent, point.
Inscrit le 26/11/2003
1840 messages publiés
wartelle, le 07/09/2012 - 23:52
heavenvibes, le 07/09/2012 - 19:19
Et on s'étonne en lisant ça que les jeux soient "piratés" et plus simples à utiliser que les jeux achetés....

Perso, j'attends de pied ferme Crysis 3... enfin sa version "pirate" bien entendu...


Steam difficile à utiliser ? Je ris !

"Version pirate" oui oui, c'est tellement mieux de faire confiance à un crack dont tu ne connais pas la provenance... Et après on s'étonne !


LOL , a ça le noob ce fait facilement avoir , mais c'est comme ça qu on apprend
et rappel moi , c'est qui deja qui a mis un rootkit sur ces cd ? hein ?
Inscrit le 15/12/2008
203 messages publiés
Pour chipoter c'est àternam et non eternam (ah le
caractère
n'est pas bien pris en compte)

Sinon je trouve ton article très intéressant, j'espère que tu ne lâcheras pas et que tu feras des mises à jour régulières.
[message édité par HPL le 08/09/2012 à 10:31 ]
Inscrit le 31/03/2009
625 messages publiés
Juridiquement je doute que ce contrat ai une quelconque valeur. Ils peuvent bien me demander contractuellement d'accepter de vendre mon âme au diable. Le plus beau dans tout cela c'est la clause qui indique que le client renonce à son droit de porter plainte contre valve. :-) Q'un contrat donne le droit à une entreprise de supprimer un droit inaliénable d'un citoyen me laisse perplexe. Un juriste dans la salle ?
Inscrit le 25/07/2011
805 messages publiés
Et nos jeux vidéo, chèrement achetés sur la plateforme adorée depuis plusieurs années ?


Euuu, "chèrement achetés" ?
A 5 ou 10? les jeux, je vois pas ce qu'il y a de cher là dedans...

Concernant le fait de vouloir jouer hors ligne, si je me souviens bien, c'est possible avec steam. Supposant que la plupart des "rageux" reste une bande de geek qui ont quasiment tout le temps une connexion à Internet, prévoir les période sans internet (vacances, voyage chez sa grand mère etc...) et configurer Steam pour le rendre dispo hors connexion, je vois pas ce qu'il y a de compliquer.
Pour les cas où c'est la box qui merde. Passer quelques jour sans être devant son PC est si dur que ca ?

Comme la quasi totalité des joueurs, nous aurions pu cliquer sur "Je suis d'accord" sans même lire le contrat. Ou comme beaucoup d'autres, cliquer sur le bouton sous la contrainte, parce qu'il n'y a pas d'autre choix pour continuer à jouer à des jeux qui, au total, ont parfois coûté plusieurs centaines d'euros, voire plusieurs milliers pour les plus gros consommateurs.

Mais il y a des questions de principe.

Qu'ajoutera Steam à ses contrats, demain, que l'on ne pourra pas refuser ? Et que vaut un contrat dont la signature est obtenue sous la contrainte (juridiquement, pas grand chose) ?

Avec cette politique, Valve crée un précédent des plus critiquables.


Cette politique, aussi critiquable soit elle, tu l'as acceptée de plein gré lorsque tu as souscrit à un compte Steam (cf art. 9).
Le contrat, il ne faut pas que le lire lors des modifications.

De plus, la mesure qui a été ajouté (a propos des plaintes et recours collectifs) ne concerne que les utilisateurs résidant aux Etats Unis.
Inscrit le 23/06/2008
1633 messages publiés
En fait, ça me parait simple, vos trucs...
Soit tu pirates et t'es un sale voleur...C'est illégal...
Soit tu achètes a des escrocs... Et c'est légal!

Après,hein,chacun voit midi a sa porte...Perso ça fait longtemps que j'ai fais mon choix...
Inscrit le 23/06/2008
1633 messages publiés
golem, le 07/09/2012 - 19:32
le piratage augmente cher monsieur ... normal
il doivent pas avoir compris , que , un client flouer c'est un client perdu

arnaque moi une fois honte a toi , arnaque moi 2 fois honte a moi
depuis il ne m'arnaque plus , mais qu'est-ce qu je les entube


Je peux pas dire mieux !
Inscrit le 12/10/2004
556 messages publiés
Passez par une assistance juridique.

Si vous avez un contrat de protection juridique (avec votre assurance ou votre banque), vous avez la possibilité que le dossier soit pris en charge par un juriste et par un avocat en cas de nécessité, dans mon cas il faut que le montant du préjudice soit supérieur à 150 euro, ce qui peut facilement être le cas d'un compte steam plein.

Je ne sais pas si ça peut marcher, mais ça peut valoir le coup d'essayer.
Inscrit le 25/08/2009
1140 messages publiés
Comment ça il y a pas d'autres solutions pour jouer aux jeux ? ça fait presque 10 ans depuis la mort de WON que je les cracks et ça marche très bien.
Inscrit le 23/09/2006
3245 messages publiés
Dois-je rappeler à tout le monde que les logiciels ne sont pas achetés mais licensés?

Question à tous les anti steam, c'est quoi vôtre vision du jeu vidéo qui respecte les drois du client et permet aux studios de développement de vivre de leur travail?


indie bundles, gog, certaines offres des studios eux meme directement sans intermediaire ou plateforme tierce entre toi et le studio/l'editeur initial
Inscrit le 20/01/2011
603 messages publiés
J'ai 6437 euros de jeux Steam,j'ai peur,ça fait flipper.
Inscrit le 12/08/2011
1165 messages publiés
Komun, le 09/09/2012 - 14:26
J'ai 6437 euros de jeux Steam,j'ai peur,ça fait flipper.


Tu as cramé 6 500 euros en jeux Steam ? oO
Inscrit le 09/09/2012
1 messages publiés
Whouuaaa vous aurez mis le temps pour la pondre celle là !! Ca fait depuis le jour où est parue cette modif de contrat que j'ai fait circuler l'info sur tweeter/facebook, sans aucune réaction de personne... Bon sauf numerama un moi apres maintenant que tout le monde a signé...
Inscrit le 25/07/2011
805 messages publiés
Kinkin, le 09/09/2012 - 16:41
Whouuaaa vous aurez mis le temps pour la pondre celle là !! Ca fait depuis le jour où est parue cette modif de contrat que j'ai fait circuler l'info sur tweeter/facebook, sans aucune réaction de personne... Bon sauf numerama un moi apres maintenant que tout le monde a signé...


En même temps, la modification concernant les Etats Unis, je vois pas en quoi cela concerne l'Europe directement.
Inscrit le 10/11/2008
3926 messages publiés
J'ai toujours dis et je le redis acheter un fichier informatique c'est acheter du vent!

Pour ce qui est de cet article comme le dit si bien son auteur le mot "achat" "acheter" me semble bien dire ce que il doit vouloir dire cet a dire un acte d'achat prise de possession d'un bien contre le paiement du prix indiquer.

Il ni a pas stipulé "souscription a un service en ligne sur abonnement" car la location de jeu vidéo en ligne cela existe et le fournisseur de ce type de service le dit bien dans son offre commerciale.

Et c'est ça "l'offre légale"? vendre du vent? certains ont compris et ils proposent des services et non des fichier/produits ou au final on paille pour du flan puisque le fichier en lui même n'a pas de valeur il est quoi que on en dise ou fasse disponible gratuitement sur internet.
Inscrit le 12/08/2011
1165 messages publiés
jbsorba, le 09/09/2012 - 18:31
J'ai toujours dis et je le redis acheter un fichier informatique c'est acheter du vent!

Pour ce qui est de cet article comme le dit si bien son auteur le mot "achat" "acheter" me semble bien dire ce que il doit vouloir dire cet a dire un acte d'achat prise de possession d'un bien contre le paiement du prix indiquer.

Il ni a pas stipulé "souscription a un service en ligne sur abonnement" car la location de jeu vidéo en ligne cela existe et le fournisseur de ce type de service le dit bien dans son offre commerciale.

Et c'est ça "l'offre légale"? vendre du vent? certains ont compris et ils proposent des services et non des fichier/produits ou au final on paille pour du flan puisque le fichier en lui même n'a pas de valeur il est quoi que on en dise ou fasse disponible gratuitement sur internet.


Tu achètes une licence d'exploitation. C'est exactement la même chose que tu ais une galette ou pas pour faire tourner ton soft.

Et puis personne n'oblige les gens à payer du démat' plein pot, suffit d'attendre les offres Steam.

Edit: "On paille pour du flan"? WTF ...
[message édité par Bretwalda le 09/09/2012 à 22:17 ]
Inscrit le 13/08/2011
440 messages publiés
cela s'appelle de l'ARROGANCE ...
tres typiquement francais
Inscrit le 24/03/2006
16 messages publiés
Tu achètes une licence d'exploitation. C'est exactement la même chose que tu ais une galette ou pas pour faire tourner ton soft

Sauf que dans les licences pour galettes:
- d'une part elles sont valables à vie, du moins tant que tu ne violes pas les conditions d'utilisation (c'est la formulation habituelle).
- l'éditeur peut toujours allez se brosser pour venir chez toi t'enlever ta licence. Concrètement, à part te coller un procès aux miches, il ne peut rien faire.

Avec Steam:
- dans leur contrat, il prévoit de pouvoir te retirer ta license (ou plutôt ta souscription) n'importe quand sans justification, et sans dédommagement (cf section 10.C)
- ils ont les moyens techniques de le faire (ahah, le mode offline, essayer d'installer sur une autre machine avec ça). Ils poussent un bouton et pouf, bye bye tes jeux. Ils sont peut-être dans leur tort, mais si tu dois pour ça aller poursuivre une obscure filiale luxembourgeoise, bon courage.

Que ce soit une licence ne justifie pas la haute volatilité qu'impliquent les systèmes d'activation en ligne.
Et vive GOG et Humble Bundle !
Inscrit le 23/03/2013
1 messages publiés
Vous avez parfaitement résumé le problème !

J'ai Civilisation III et je garde un disque sous Xpro pour pouvoir y jouer quand je veux et où je veux (j'ai acheté un deuxième portable d'occasion rien que pour être tranquille longtemps) ce qui m'oblige en déplacement à transporter deux portable, le vieux et celui sosu windows 7.
Je trouve lamentable cette obligation de se connecter !
Inscrit le 19/02/2009
37 messages publiés
il y a quelque chose que je ne comprend pas ... Je monte une boite et je fais signer un papier a mes clients qu'il ne peuvent pas m'attaquer même si je suis en tord ,je peux ainsi me permettre de détourner l'argent de mes clients ... c'est légal en France ce genre de contrat ??? oO
Inscrit le 01/08/2007
1 messages publiés
Ca date un peu, mais il y a deux mois, certains ont eu la réponse à la question que vous avez posé au SAV de Steam : http://i.imgur.com/YM7Hq.png
Inscrit le 31/12/2010
209 messages publiés
De toute façon, en France, on appelle ça le Dol. àa équivaut à une nullité du contrat.

Après, Steam peut faire le malin, menacer "oui, mais vous avez signé", mais non.

Devant un tribunal de droit français, ça tiendra pas.

Cela dit, je ne PENSES pas (pas certain 100%) qu'il y ai un équivalent du Dol aux US.

EDIT : Je viens de voir la close sur le Luxembourg. J'y connais rien en droit civil luxembourgeois. J'espère juste que c'est un peu différent du droit "Corporate", sinon, ça va pas être très sympa de poursuivre une obscure filiale là bas. La règle corporate, là-bas, c'est un peu "tant que t'es pas terroriste, tu fais ce que tu veux, et si t'es terroriste, te fais pas chopper chez nous. Sinon, bienvenue"
[message édité par Thrawninioub le 10/09/2012 à 10:46 ]
Inscrit le 20/06/2008
77 messages publiés
Tiens, je viens de gagner 4,5 Go sur mon disque dur. CQFD.
Inscrit le 10/09/2012
1 messages publiés
Alors c'est bien simple si un contrat n'est pas signer, et quand je dis signer c'est avec un stylo et sur du papier, cela n'as aucune valeur juridique.

De plus, si un CLUA ou accord de souscription diminue les droit des consommateurs, il n'as aucune valeur juridique également.

Ce n'est pas parce que vous cliquer "j'accepte" que vous etes foutus.
un clique sur un " j'accepte " quelque qu'il soit n'as AUCUNE valeur juridique.
Inscrit le 21/03/2012
2 messages publiés
jeanphilippe74, le 10/09/2012 - 12:15
Alors c'est bien simple si un contrat n'est pas signer, et quand je dis signer c'est avec un stylo et sur du papier, cela n'as aucune valeur juridique.


http://www.legifranc...eTexte=20120910

Internet, c'est la jungle, le vide juridique, c'est bien connu. =)
Inscrit le 25/07/2011
805 messages publiés
raoulsana, le 10/09/2012 - 09:39
il y a quelque chose que je ne comprend pas ... Je monte une boite et je fais signer un papier a mes clients qu'il ne peuvent pas m'attaquer même si je suis en tord ,je peux ainsi me permettre de détourner l'argent de mes clients ... c'est légal en France ce genre de contrat ??? oO


Au USA c'est légal.
Et... Oh miracle ! Cette clause ne concerne que les utilisateurs résidant aux USA...
[message édité par Jed le 10/09/2012 à 17:59 ]
Inscrit le 30/03/2010
98 messages publiés
raoulsana, le 10/09/2012 - 09:39
il y a quelque chose que je ne comprend pas ... Je monte une boite et je fais signer un papier a mes clients qu'il ne peuvent pas m'attaquer même si je suis en tord ,je peux ainsi me permettre de détourner l'argent de mes clients ... c'est légal en France ce genre de contrat ??? oO


Au USA c'est légal.
Et... Oh miracle ! Cette clause ne concerne que les utilisateurs résidant aux USA...

et cette partie là :

Désormais, les joueurs qui sont inscrits sur le service s'engagent contractuellement à ne pas porter plainte contre Valve, et à faire trancher tout litige éventuel par une commission d'arbitrage, que Valve paye (sous certaines limites) et choisit.


Elle ne concerne pas la France ? (pas d'ironie c'est une vrai question)
Inscrit le 25/07/2011
805 messages publiés
atttchoum, le 10/09/2012 - 18:26

et cette partie là :

Désormais, les joueurs qui sont inscrits sur le service s'engagent contractuellement à ne pas porter plainte contre Valve, et à faire trancher tout litige éventuel par une commission d'arbitrage, que Valve paye (sous certaines limites) et choisit.


Elle ne concerne pas la France ? (pas d'ironie c'est une vrai question)


Et bien les accord de souscription de Steam étaient disponible (car apparemment en ce moment la page ne l'est pas), en temps normal tu peux voir en deux endroits (au début du contrat, et juste avant l'article en question) que cette clause n'est effective que pour les USA.
Inscrit le 18/03/2008
778 messages publiés
SI un contrat est jugé comme nul
c'est comme sil il n'y avait jamais eu de contrat, donc en théorie tu récupère ton argent (j'imagine que c'est pas aussi simple que de se faire rembourser le prix d'achat), mais tu ne gardes pas le jeu.

Donc que tu refuse le contrat ou que tu le fasse juger comme illégal, tu perds dans les deux cas les droits sur ta copie du jeu.
[message édité par dieangel le 11/09/2012 à 00:34 ]
Inscrit le 10/09/2012
11 messages publiés
On achète une licence d'utilisation, jamais "un jeu", il faut arrêter de s'accrocher au mythe du "mais j'ai acheté ce jeu comme j'achète une pomme ou une chaise en bois".

La licence d'utilisation comprend *généralement* un support physique (cartouche, disque CD/DVD/BR) ou digital (serveur Steam), mais ce support ne sert qu'à permettre au licencié d'exercer sa licence, rien d'autre.

On le voit sur les sites vendant des clés ou les e-store des développeurs: la version "Steam" (clé à activer) est vendue à part, parfois à un prix différent, car ce n'est PAS le même produit.

Les licences d'utilisation des jeux "achetés" sur Steam sont liées à la licence d'utilisation de Steam, si Steam décide de modifier la licence d'utilisation de Steam on ne peut plus jouir des licences d'utilisation des jeux "achetés" sur Steam. C'est ce que le publisher vous a proposé et que vous avez accepté.

-

* Concernant la Section 12 du SSA, elle ne vaut que pour les États-Unis (elle ne serait de toute façon pas valide dans la très grande majorité (sinon tous) des États européens), et peut de toute façon être remise en cause par le plaignant (le SSA l'admet lui même plusieurs fois), et ne sert qu'à favoriser un règlement "à l'amiable" avant d'aller directement à un procès au civil. Valve cherche à éviter que des personnes profitent d'une exception légale au fin fond d'un État (des USA) pour réclamer plusieurs millions de dollars pour un litige de faible ampleur.

* Concernant le remboursement (refund) dans le cas où on refuse la modification du contrat de licence de Steam (SSA), elle devra être faite en deux temps : en refusant le nouveau SSA, on refuse également les contrats de licences des éditeurs (publishers) ayant publiés les jeux (= les licences permettant de jouer aux jeux) sur Steam, car ce contrat de licence est spécifique à la plateforme Steam (Steam est au moins compris dans les clauses couvrant la forme de support fournis, la protection anti-piratage, etc).

Si je veux me faire rembourser le jeu "Sleeping Dogs" car je suis en désaccord avec le nouveau SSA de Steam, en théorie il faut que je contacte Square Enix pour obtenir le remboursement, car ce sont eux qui ont acceptés de déléguer la distribution du support (digital) et la protection anti-piratage à Steam.

Généralement, les demandes de remboursement sont gérées par Steam qui les transmet aux différents éditeurs et s'occupe de négocier avec eux, dans le but de faciliter la démarche pour les utilisateurs de Steam (et pour l'éditeur), mais en théorie il pourrait très bien refuser de gérer ce genre de problèmes et répondre aux utilisateurs "See that with the publisher, we only provide distribution and anti-piracy services to them".

Il faut comprendre que le produit "acheté" est un ensemble : [licence publisher [licence Steam]]
=> Refuser une clause (et ainsi refuser le contrat) du contrat SSA de Steam, c'est refuser la partie du contrat avec le publisher concernant la distribution, le support et la protection anti-piratage.
=> Le désaccord porte ainsi sur le contrat du publisher et peut être la base d'une demande de remboursement du prix payé, une somme qui correspond à l'octroi de la licence publisher (qui contient elle-même la licence Steam).

Il faut comprendre que même si Steam est l'intermédiaire qui reçoit le paiement, il n'est pas la partie principale au contrat de licence du "jeu", et n'est ainsi pas à même de décider si un remboursement peut avoir lieu.

Aussi paradoxal que celui puisse paraître, si l'on ignore tout ce qui est du droit de la consommation et des contrats dans chaque pays (par exemple, une responsabilité limitée du vendeur/distributeur, même si seul le fabricant est en cause) :
- Steam est responsable si une licence publisher pose problème (si l'on perçoit le système comme [licence Steam [licence publisher]]), comme il a déjà été le cas pour différents jeux ayant des DRMs très contraignants (on pense notamment à From Dust, quelques refunds ont eu lieu avant l'aval d'Ubisoft) ou des incompatibilités manifestes non-mentionnées sur la page du jeu.
- tandis que le publisher est responsable si la licence Steam pose problème (=> [licence publisher [licence Steam]]), du fait que chacun "vend" la licence de l'autre au sein de la sienne. On pense à quelques jeux indépendants ayant finalement choisis la plateforme Steam, au grand désarroi de quelques pré-commandeurs qui ont alors demandés un remboursement (si aucune alternative n'était offerte).
Inscrit le 01/08/2011
25 messages publiés
il suffit de se déconnecté d'internet, de lancer steam en mode non connecté et de se reconnecté a internet.
Tu peux alors jouer en local.
Inscrit le 11/04/2008
35 messages publiés
Guillaume, le 07/09/2012 - 17:37
Neska, le 07/09/2012 - 17:35
le délai c'est 7/8 jours en moyenne.


D'après un sondage express sur Twitter, c'est plutôt 2/3 jours. Mais même 7/8 jours, c'est mieux que deux semaines sans réponses


Ils ne doivent pas beaucoup m'aimer alors
Inscrit le 25/06/2009
21 messages publiés
J'ai lu et refusé le nouveau contrat. Même expérience que l'auteur de l'article, donc j'ai cliqué sur "Accepté" puis j'ai envoyé un mail au support client de Steam pour leur dire que je refusais les modifications du contrat et que j'ai cliqué sur Oui uniquement parce qu'ils ne me laissent pas le choix. Aucune réponse.

Si je passe en justice pour une raison X et Y, je suis persuadé qu'ils n'ont aucune chance de défendre leurs CGUs.


@Ay_Caramba : Toi tu n'as rien compris à la vie. J'ai honte de te lire. Soit on achète une license d'utilisation, soit on achète un support physique. Dans le premier cas, Steam décide unilatéralement de couper votre accès à VOTRE license d'utilisation. Et tu trouves ça normal ? Dans le deuxième cas, on achète un support physique, mais on nous oblige quand même a être lié par un compte et une license d'utilisation. Donc on à le désavantage des deux. C'est encore pire d'acheter un support physique, on se fait arnaquer par les deux bouts.

Je veux bien que le piratage soit un problème, mais là les companies de jeux-video abusent très largement de leur position pour s'inventer des droits sur ce que le client achète.
[message édité par OzoneGrif le 11/09/2012 à 11:25 ]
Inscrit le 31/03/2009
507 messages publiés
PleXi, le 11/09/2012 - 10:30
il suffit de se déconnecté d'internet, de lancer steam en mode non connecté et de se reconnecté a internet.
Tu peux alors jouer en local.
Sauf si steam a décidé qu'il voulait une mise à jour, ou que tu as mal configuré steam en offline. Quand ya plus de bidouille pour du légal que pour du piraté, c'est que le service légal est mal conçu.

Alors oui, on a bien compris, ce que l'on achète, c'est une licence d'utilisation. Mais si lesdites licence changent tout les quartes matins, font 10 pieds de longs, et sont a chaque fois plus restrictive, bah moi je vais voir ailleurs hein.

C'est pourtant pas compliqué : on veut juste jouer à ce qu'on à payé sans être emmerdé par quelque limitation stupide que ce soit.
Inscrit le 25/07/2011
805 messages publiés
OzoneGrif, le 11/09/2012 - 11:20
J'ai lu et refusé le nouveau contrat. Même expérience que l'auteur de l'article, donc j'ai cliqué sur "Accepté" puis j'ai envoyé un mail au support client de Steam pour leur dire que je refusais les modifications du contrat et que j'ai cliqué sur Oui uniquement parce qu'ils ne me laissent pas le choix. Aucune réponse.

Si je passe en justice pour une raison X et Y, je suis persuadé qu'ils n'ont aucune chance de défendre leurs CGUs.


Pour quelles raisons as tu voulu refuser le nouveau contrat ?
Car je le redis encore une fois, la principale modification ne s'applique qu'aux utilisateurs résidents aux Etats Unis...


@Ay_Caramba : Toi tu n'as rien compris à la vie. J'ai honte de te lire. Soit on achète une license d'utilisation, soit on achète un support physique.


Toi j'ai l'impression que tu mets les bien physiques et les bien logiciels dans la même catégorie.
Or ils sont totalement différent.

Dans le premier cas, Steam décide unilatéralement de couper votre accès à VOTRE license d'utilisation. Et tu trouves ça normal ?


Dans quel cas Steam as décider de couper l'accès à ta licence ?
Car si je me trompe pas c'est toi qui as décider de ne pas accepter le nouveau contrat et donc de perdre ta licence d'utilisation.

Dans le deuxième cas, on achète un support physique, mais on nous oblige quand même a être lié par un compte et une license d'utilisation. Donc on à le désavantage des deux. C'est encore pire d'acheter un support physique, on se fait arnaquer par les deux bouts.


Non, tu achètes une licence d'utilisation livré avec le logiciel.
Cela a toujours fonctionner de cette manière. C'est un abus de langage de dire que on a toujours acheter uniquement le jeu.

Si la licence t'impose la création d'un compte connecté, alors tu as le choix de ne pas y souscrire

Je veux bien que le piratage soit un problème, mais là les companies de jeux-video abusent très largement de leur position pour s'inventer des droits sur ce que le client achète.


Qu'elles abusent sur les DRM à outrance je suis d'accord.
Mais elles restent dans leur droit. Ce n'est pas parce que ca fait chier tout le monde que ca devient illégitime.
Inscrit le 31/03/2009
507 messages publiés
Jed, le 11/09/2012 - 12:02
Qu'elles abusent sur les DRM à outrance je suis d'accord.
Mais elles restent dans leur droit. Ce n'est pas parce que ca fait chier tout le monde que ca devient illégitime.
Qu'elle restent dans leur droit reste à prouver, je ne crois pas qu'il y ait une jurisprudence en la matière, et comme ça a été souligné, de nombreuses clauses sont tout simplement incompatible et donc nulles en droit français. Quand à la similitude entre le jeu et le logiciel, il me semble en revanche qu'il a été tranché que le jeu n'était pas qu'un logiciel... a vérifier.

Mais même si c'est légale, ça ne les rends pas acceptables pour autant. Que ce soit par les DRM ou par les CLUF, les éditeurs sont largement responsable de la migration vers des solutions illégales de leurs anciens clients. Pourquoi achèterions nous une licence si on peut la perdre à tout moment, et qu'on a aucune garantie ?

A ce compte là, je préfère acheter un livre (un vrais) : je peux le prêter, le vendre, faire des annotations, le donner, le léguer, etc. Et tant que je pourrais pas faire la même chose avec des jeux, je sortirai ma carte bleue le moins souvent possible.
Inscrit le 25/07/2011
805 messages publiés
Morigan, le 11/09/2012 - 12:35
Qu'elle restent dans leur droit reste à prouver, je ne crois pas qu'il y ait une jurisprudence en la matière, et comme ça a été souligné, de nombreuses clauses sont tout simplement incompatible et donc nulles en droit français.


Le droit français est la ramasse en ce qui concerne le numérique.


Quand à la similitude entre le jeu et le logiciel, il me semble en revanche qu'il a été tranché que le jeu n'était pas qu'un logiciel... a vérifier.


Si je me souviens bien de mes cours de droits (sous entendu je suis peut etre en train de dire une énorme connerie), le moteur du jeu en lui même est classé comme étant logiciel, contrairement à la partie graphique.
Or on ne peut pas dissocier dans un jeu le graphique du reste. Donc le droit français ne reconnait pas un jeu vidéo comme un logiciel à part entière.

Cependant, en vulgarisant un peu le jargon de juriste, et en faisant deux trois amalgame, on peut couramment considérer le jeu comme tel

Mais même si c'est légale, ça ne les rends pas acceptables pour autant. Que ce soit par les DRM ou par les CLUF, les éditeurs sont largement responsable de la migration vers des solutions illégales de leurs anciens clients. Pourquoi achèterions nous une licence si on peut la perdre à tout moment, et qu'on a aucune garantie ?


Tu as raison sur le fait que les DRM et autres monstruosités ne favorise pas le passage vers une solution légale (enfin cela dépend des cas. Depuis que j'ai un salaire je ne télécharge plus de jeu, je les achète a 5 ou 10? sur steam).
Mais je suis persuadé que c'est à cause du piratage que ces solutions ce sont démocratisées. (Quant à leur utilité je préfère ne pas en parler)

A ce compte là, je préfère acheter un livre (un vrais) : je peux le prêter, le vendre, faire des annotations, le donner, le léguer, etc. Et tant que je pourrais pas faire la même chose avec des jeux, je sortirai ma carte bleue le moins souvent possible.


La encore cela dépend des personne je suppose.
M'acheter un livre me revient plus cher que de m'acheter un JV. Pourtant j'hésite pas à m'acheter un livre qui me parait intéressant contrairement à un JV.

Je pense que c'est une erreur de autant considérer les JV.
Ca reste au final que des moyens de distraction qui t'enchainent à ton ordi (ou a ta console).

Beaucoup de gens critique la société de consommation et les grosse entreprise qui profitent de ce système. Mais le piratage n'est pas mieux. Car au final, on consomme de tout à outrance sans jamais se poser la question : est ce que j'en ai besoin ? A quoi ca va me servir ?
Inscrit le 25/06/2009
21 messages publiés
@Jed : Quand un contrat évolue et que tu refuses l'évolution, tu conserves le droit d'utiliser ce que tu as acheté avec ton ancien contrat. Hors Steam, dans notre cas, t'interdit de continuer à utiliser tes jeux avec ton ancien contrat. C'est une décision unilatéral et incontournable qui la rend complètement abusive.

Donc soit Steam te laisse accéder à tes jeux sous l'ancien contrat, et libre à eux de te bloquer les ventes de nouveaux jeux (mais pas de te bloquer ce que tu as déjà payé). Soit Steam passe en mode abonnement : tu payes l'accès à des jeux tous les mois (que tu n'achètes donc plus). Et dans ce cas un changement de CGUs fait sauter l'abonnement.

Et le fait que je refuse les modifications me regarde. Je ne vois pas en quoi ça change les arguments d'abus de leurs CGUs.
Inscrit le 12/08/2011
1165 messages publiés
[HS] Tiens au fait soit dit en passant, ça me rappelle les CLUF abusives d'Origin (scan du disque dur, suppression des jeux achetés si non joués depuis 90 jours, ...)

Dommage du coup je ne jouerai jamais à BF3
[/HS]

@OzoneGrif : Il me semble que dans le CLUF quand tu créer ton compte c'est indiqué qu'ils peuvent mettre à jour Steam et que pour des raisons de sécurité tu dois le mettre à jour pour accéder à ton contenu ...
Inscrit le 10/09/2012
11 messages publiés
Sauf si steam a décidé qu'il voulait une mise à jour, ou que tu as mal configuré steam en offline. Quand ya plus de bidouille pour du légal que pour du piraté, c'est que le service légal est mal conçu.
+1, on aimerait tous que les publishers nous lâche la grappe avec leurs DRM, au moins pour les vieux jeux.

Pour les mises à jour, le client Steam ne se met pas à jour s'il est lancé en mode hors-ligne (du moins pendant les 3 ans durant lesquels j'ai utilisé le mode hors-ligne en semaine).

Si l'on veut passer en mode hors-ligne malgré un accès à Internet (il faut avoir choisi de sauvegarder le mot de passe préalablement), il faut se déconnecter le temps du lancement ou bloquer Steam avec un pare-feu. Pour les MAJ des jeux, il faut malheureusement aller dans les Propriétés de chaque jeu et sélectionner "Ne pas mettre à jour...".

De nombreuses personnes (en majorité de nationalité australienne) ont fait savoir qu'un mode "bande passante limitée", bloquant toute mise à jour (les mettant en opt-in : l'utilisateur choisit ses mises à jour et décide de leur téléchargement) est indispensable, cependant il semblerait que ce genre de fonction ne voit pas le jour avant de nombreux mois : le système actuel est déjà difficile à gérer et doit constamment être rectifié.

Alors oui, on a bien compris, ce que l'on achète, c'est une licence d'utilisation. Mais si lesdites licence changent tout les quartes matins, font 10 pieds de longs, et sont a chaque fois plus restrictive, bah moi je vais voir ailleurs hein.

C'est pourtant pas compliqué : on veut juste jouer à ce qu'on à payé sans être emmerdé par quelque limitation stupide que ce soit.
+1, c'est que tous les gamers répètent depuis des années : il faut arrêter les DRM et refaire confiance aux gens. Vouloir arrêter le piratage c'est comme vouloir arrêter la pluie, dans le vain espoir que la sécheresse fera vendre plus d'arrosoirs.

Vis à vis des licences, ce n'est pas tant qu'elles changent souvent ou qu'elles soient de plus en plus restrictives (même si c'est le cas), c'est surtout leur "application" qui pose problème : depuis les 90s les licences permettent tout et n'importe quoi, le problème est que depuis les mi-00s ils font effectivement n'importe quoi.
Inscrit le 10/09/2012
11 messages publiés
J'ai lu et refusé le nouveau contrat. Même expérience que l'auteur de l'article, donc j'ai cliqué sur "Accepté" puis j'ai envoyé un mail au support client de Steam pour leur dire que je refusais les modifications du contrat et que j'ai cliqué sur Oui uniquement parce qu'ils ne me laissent pas le choix. Aucune réponse.

Si je passe en justice pour une raison X et Y, je suis persuadé qu'ils n'ont aucune chance de défendre leurs CGUs.


La section 12 ne s'applique qu'aux consommateurs américains, et prévoit tout à fait qu'elle soit écartée au profit des juridictions locales, nationales ou fédérales.

De plus, jamais une juridiction française n'acceptera ce genre de clause lui subtilisant sa compétence - sans parler de la CJUE qui adore ce genre d'occasions pour défier les USA (au travers de leurs entreprises, cf Microsoft).

@Ay_Caramba : [...] Soit on achète une license d'utilisation, soit on achète un support physique.


=> comme précisé par Jed, on achète toujours une licence d'utilisation. On n'achète pas "un jeu", on ne possède aucun droit de propriété sur les données contenues sur le disque (les graphismes, les sons, le code, tous les fichiers appartiennent au publisher/dev), on n'est qu'un simple utilisateur.

La licence d'utilisation est toujours présentée durant l'installation du logiciel (le "End-User License Agreement" (EULA) ou "Contrat de Licence Utilisateur Final" (CLUF) en français), et est présent au niveau de l'installation dans la très grande majorité des cas (sous la forme d'un fichier .txt le plus souvent). Même les logiciels gratuits ont une licence d'utilisation, afin d'éviter leur complète appropriation par n'importe qui : GNU GPL, Creative Common, Copyleft, etc.

-

Sans licence d'utilisation, l'utilisateur n'a pas le droit (au sens juridique) d'utiliser un logiciel - à moins que celui-ci soit parfaitement libre de toute propriété intellectuelle, bien évidemment.

Ce type de fraude est justement la composante la plus répandue du "piratage" : au départ on a le "cracking" (contournement/neutralisation des mesures de protections anti-piratage), ensuite la "contrefaçon" (fourniture d'une copie d'un logiciel : image iso/installeur), la participation à la distribution de cette contrefaçon sur les réseaux d'échanges (seed/upload), et enfin l'utilisation "frauduleuse" (= sans licence d'utilisation) du logiciel par les simples utilisateurs.

-

La différence entre le support physique (disque) et le support digital (numérique) réside surtout dans le contrôle de la licence d'utilisation : jusqu'en 2003-2004, le support physique se contentait d'un contrôle (local) d'authenticité du disque et de l'installation (surtout l'exécutable du logiciel), alors qu'aujourd'hui en 2011-2012 la quasi-totalité des jeux (au format physique comme numérique) requiert une connexion aux serveurs du publisher à l'installation et pour certains, une connexion continue à ces fameux serveurs.

Le fait que les disques CD-R/DVD-R ne pouvaient pas être re-gravés pour contenir une information changeante (les RW coûtent plus cher à produire et nécessitent un graveur à disposition, tandis qu'une gravure ratée est toujours possible) a obligé les publishers à "laisser faire" les consommateurs : ainsi on pouvait revendre/prêter/donner ses jeux, la licence d'utilisation restait liée au support physique (le disque) quoi qu'il advienne.

On pouvait dire "j'achète un jeu" sans que cela soit vraiment faux : l'achat du support physique allait toujours de pair avec l'achat de la licence d'utilisation.
=> Le publisher n'avait aucun contrôle sur les licences une fois qu'elles étaient lâchées dans la "nature".

Puis l'accès à Internet est devenu de plus en plus répandu, et les "validations" des licences utilisateur par Internet (ou par téléphone, pour Microsoft Windows par exemple) sont devenues de plus en plus courantes. Pour les jeux vidéos, ce fut la période des clés CD (cd key) nécessitant une validation par le serveur du publisher/dev, et donc la quête, pour les pirates, de clés CD valides à l'aide des fameux keygen (et leur excellente musique chiptune de la demoscene), que soit pour activer le logiciel complet (Trial -> Full) ou accéder à l'expérience en ligne du logiciel (multijoueur pour les jeux).
=> On a toujours un support physique et une licence d'utilisation, mais le publisher a dorénavant un contrôle plus accru sur les licences : elles sont à présent individualisées et authentifiées par une clé CD (visible ou cachée).

Le publisher décide librement du délai pour la révocation d'une clé (délai nécessaire pour enregistrer la clé de nouveau) et des conditions (révocation uniquement lors de la désinstallation ou pas), ainsi que les conséquences de l'utilisation d'une même clé simultanément (invalidation de la clé, blocage du logiciel, déconnexion, etc ... temporaire ou définitif).

Les publishers vont ensuite subir de plein fouet la communication diaboliquement efficace des entreprises vendant des "solutions" anti-copie comme Starforce et Securom ("solutions" forts coûteuse !) et vont passer à la vitesse supérieure : analyse du disque de l'utilisateur, blocage du jeu selon diverses raisons (comme avoir certains logiciels "suspects" installés), nombre limité d'installations avant de devoir enclencher une procédure complexe pour récupérer ce droit, etc.

=> Tout cela sur le support physique, dans le but de contrôler la licence d'utilisation vendue avec, afin d'empêcher quiconque d'utiliser le logiciel sans une licence, c'est à dire avec seulement le support physique.

=> Les plateformes comme Steam ne font que changer le support physique (CD/DVD/BR) par un support numérique, la question de la licence d'utilisation (et de son contrôle !) reste la même.

Par exemple, le publisher peut décider d'interdire la revente d'occasion de la licence (par un système de compte personnel), comme il peut décider de la limiter (les "online pass", supplément à payer pour obtenir l'équivalent d'une clé CD de l'époque : accès au multijoueur/à du contenu additionnel), ou il peut tout simplement l'autoriser pleinement (très rare de nos jours, à cause de l'inadaptation des publishers face au phénomène Gamestop).

Exemples d'assouplissements du contrôle de la licence :
- CD Projekt a fournit une copie (licence + support numérique) du jeu The Witcher 2 sur leur plateforme gog.com (sans DRM) à tous les possesseurs d'une licence The Witcher 2 Steam, car ils estiment que Steam, bien que pouvant être bien pratique pour les joueurs, peut également être trop contraignant.
- Des jeux "anciens" comme ceux de id Software (Doom, Quake, etc) ne sont pas verrouillés (avec tous les fichiers regroupés dans un seul fichier inaccessible) et il est tout à fait possible de récupérer les fichiers du jeu (le contenu) pour utiliser un "source port", et ainsi jouer à ces jeux sans subir les contraintes du DRM de Steam.

Dans le premier cas, Steam décide unilatéralement de couper votre accès à VOTRE license d'utilisation. Et tu trouves ça normal ?


Steam coupe, suite à votre désaccord (plus ou moins forcée, il est vrai), l'accès à sa plateforme de DRM (Digital Rights Management) et de distribution ; cela vous empêche de profiter de vos licences d'utilisation pour les différents jeux activés sur votre compte Steam. Moralement et commercialement, je trouve cela anormal et injuste. Juridiquement et professionnellement, je trouve cela malheureusement nécessaire.

Il ne faut pas oublier que Steam est dans l'obligation de fournir un système de DRM et de distribution aux publishers, c'est pourquoi Steam est rémunéré et existe. Dans cette optique, si Steam estime qu'il est nécessaire d'avoir un contrat d'utilisation plus restrictif pour fournir ces services, et que les publishers n'émettent aucune objection, ce contrat pourra légitimement évoluer pour permettre à Steam de continuer de fonctionner.

Concernant vos licences d'utilisation des jeux, elles nécessitent l'acceptation du contrat d'utilisation de Steam car le publisher en a décidé ainsi, et dans le cas des licences acquises sur la plateforme Steam également parce que vous l'avez accepté de plein gré et en toute connaissance de cause.

Je veux bien que le piratage soit un problème, mais là les companies de jeux-video abusent très largement de leur position pour s'inventer des droits sur ce que le client achète.


C'est malheureusement le problème depuis le début des années 2000 et l'arrivée des StarForce/SecuROM puis des divers DRM :/

Voilà pourquoi je n'achète plus aucun jeu au prix fort à sa sortie, et que j'attends les promos sur Steam : une licence d'utilisation aussi limitée que celles vendues aujourd'hui ne vaut pas plus de 25% ou 33% du prix habituel.
[message édité par Ay_Caramba le 11/09/2012 à 19:17 ]
Inscrit le 25/06/2009
21 messages publiés
@Ay_Caramba : Merci de ces précisions. Je suis d'accord avec quasiment tous ce que tu dis ci-dessus.

Tu dis que juridiquement et professionnellement, tu trouves la coupure d'accès à la plateforme DRMs nécessaire. Mais de nombreuses sociétés sur Internet fonctionnent avec un système multi-contrat/CGU. Tant que tu n'as pas validé le dernier contrat/CGU, tu continues de tourner sur l'ancien. Pourquoi Steam ne fait-il pas la même chose ?

Là, et comme tu le précises, les dernières modifications de leur contrat concerne principalement les USA. Interdire aux utilisateurs de porter une action en justice sans médiation préalable existe déjà chez certains assureurs Américain. Ce filon est exploité pour épuiser les clients jusqu'à ce qu'ils abandonnent l'action sans obtenir compensation. On se croirait dans un univers Cyberpunk où les mégacorporations contrôlent la police et la justice eux-même... Heureusement en France ce genre de condition n'est pas autorisé, même si l'utilisation d'un médiateur est conseillé pour la simplicité d'action en justice.

Maintenant imaginons (imaginons) que Steam décide d'ajouter dans leur contrat que tous les jeux vieux de 6 mois sont automatiquement bloqués et il faut les racheter pour y rejouer 6 mois. Est-ce que ce sera toujours normal et nécessaire ? C'est une question rhétorique, mais je crois qu'autoriser une société à faire des modifications unilatérales est le début de la fin. La question "J'accepte" ou "Je refuse" n'est qu'une facade pour laisser un semblant de choix.
Inscrit le 10/09/2012
11 messages publiés
OzoneGrif, le 11/09/2012 - 14:26
@Jed : Quand un contrat évolue et que tu refuses l'évolution, tu conserves le droit d'utiliser ce que tu as acheté avec ton ancien contrat


Sauf que tu n'as pas "acheté" au sens *classique* du terme avec ton ancien contrat : tu as acheté des licences d'utilisation (avec son support) liées à ta licence d'utilisation de Steam.

Sans la licence de Steam, les autres licences d'utilisation ne "valent" rien : ces licences n'autorisent pas l'utilisation des jeux sans passer par la plateforme Steam. Or celle-ci, par définition et afin de remplir ses différentes fonctions (dont la protection anti-piratage), est dynamique.

Steam pourra argumenter qu'il n'est pas possible pour eux de continuer à fournir ces services (aux publishers comme aux consommateurs) en conservant les anciennes licences d'utilisation.

Mettons qu'un changement dans la législation expose Steam à des demandes de remboursement/compensation difficilement gérable (je pense à des compensations pour le défaut d'information du consommateur, du remboursement au prix du marché plutôt qu'au prix d'achat, alors qu'au moment de l'achat, cette législation n'était pas encore en place), comment Steam peut continuer à fonctionner s'il ne peut pas mettre à jour son CLUF pour encadrer la nouvelle situation ?

Idem si Steam lance de nouveaux services, s'il doit garder tous les anciens contrats et garder chaque utilisateur dans sa "bulle" et ne leur accorder l'accès qu'aux éléments compatibles avec leur version du contrat, Steam va se rapidement retrouver avec 4 ou 5 différents pools d'utilisateur, qu'il va falloir gérer et dont il va falloir veiller à ce qu'ils ne deviennent pas des risques juridiques en puissance.

Un véritable cauchemar à gérer, autant pour Steam que pour les utilisateurs, car personne ne saura si une solution/un droit est spécifique à un pool d'utilisateur donné ou concerne l'ensemble des utilisateurs de Steam.

Or Steam, dans notre cas, t'interdit de continuer à utiliser tes jeux avec ton ancien contrat. C'est une décision unilatéral et incontournable qui la rend complètement abusive.

Donc soit Steam te laisse accéder à tes jeux sous l'ancien contrat, et libre à eux de te bloquer les ventes de nouveaux jeux (mais pas de te bloquer ce que tu as déjà payé. Soit Steam passe en mode abonnement : tu payes l'accès à des jeux tous les mois (que tu n'achètes donc plus). Et dans ce cas un changement de CGUs fait sauter l'abonnement.

Et le fait que je refuse les modifications me regarde. Je ne vois pas en quoi ça change les arguments d'abus de leurs CGUs.


Le fait est que la licence d'utilisation des jeux acquis sous l'ancien contrat nécessite d'avoir une licence d'utilisation de Steam valide (et à jour). La licence d'utilisation de Steam (le SSA) est en réalité une forme d'abonnement gratuit à durée indéterminé à la plateforme Steam (et son système de DRM) : tant que l'éditeur (publisher) du jeu ne modifie pas la licence d'utilisation du jeu pour y enlever la nécessité d'avoir une licence d'utilisation de Steam, il faudra avoir son "abonnement" à Steam.

Tous les jeux ayant un DRM nécessitant une activation ou un connexion constante à un serveur, géré par le publisher (ou par une entreprise tierce pour le compte du publisher), sont lié à cet "abonnement" au système de DRM.

nb: par le passé, il faut noter que les publishers ont généralement veillés à publier un patch supprimant le DRM en question (parfois en copie-collant l'exécutable cracké par une team de pirates) lorsque ce dernier n'était plus géré.
[message édité par Ay_Caramba le 11/09/2012 à 19:16 ]
Inscrit le 02/04/2010
1049 messages publiés
dieangel, le 10/09/2012 - 23:55
SI un contrat est jugé comme nul
c'est comme sil il n'y avait jamais eu de contrat, donc en théorie tu récupère ton argent (j'imagine que c'est pas aussi simple que de se faire rembourser le prix d'achat), mais tu ne gardes pas le jeu.

Donc que tu refuse le contrat ou que tu le fasse juger comme illégal, tu perds dans les deux cas les droits sur ta copie du jeu.

Sauf qu'il y a une troisieme option: une clause "abusive" est "reputee non ecrite".
Cela n'invalide pas le contrat entier, seulement la clause specifique en question.
De cette facon, l'editeur garde les sous, tu gardes la licence, mais tu n'as pas a te conformer a la clause jugee nulle.
Inscrit le 10/09/2012
11 messages publiés
OzoneGrif, le 11/09/2012 - 18:12
@Ay_Caramba : Merci de ces précisions. Je suis d'accord avec quasiment tous ce que tu dis ci-dessus.

Tu dis que juridiquement et professionnellement, tu trouves la coupure d'accès à la plateforme DRMs nécessaire. Mais de nombreuses sociétés sur Internet fonctionnent avec un système multi-contrat/CGU. Tant que tu n'as pas validé le dernier contrat/CGU, tu continues de tourner sur l'ancien. Pourquoi Steam ne fait-il pas la même chose ?


Le système de multi-contrat/CGU est possible pour une entreprise qui fonctionne par version régulière (une par an ou tous les 6 mois) et qui fournit un service définis peu fluctuant, le problème de Steam est qu'il fournit toute une galaxie de services : DRM, distribution numérique, mise à jour, paramètres perso, plateforme sociale, échange de contenu, et récemment crowd-promoting de Greenlight, PC de salon avec Big Picture, etc...

Un peu à l'instar de Google en fait (maintenant qu'on évoque le sujet), et la complexité juridique et commerciale à gérer différents contrats en même temps, alors que tous ces services changent d'un mois sur l'autre, fusionnent, se complètent, communiquent entre-eux, oblige à avoir un seul contrat central qui sert de "pilier".

Justement Google a fusionné la plupart de ses contrats d'utilisation depuis 1 ou 2 ans, et en mars 2012 a remodelé sa politique de confidentialité (dont la protection de la vie privée de ses utilisateurs) en un seul texte, pour justement mettre fin à la galaxie de contrats qui flottaient autour du noyau "Google".

Le seul moyen d'avoir plusieurs contrats en simultané serait :

- soit d'avoir différents "éditions" du client Steam : une "Lite" avec seulement le DRM pour lancer ses jeux (mais là Steam y perdrait car les utilisateurs ne resteraient pas sur sa plateforme et ne la ferait pas vivre), une "Full" avec toute la panoplie de services. Personnellement, je pense qu'une version Lite sera pas vraiment pas mal pour les ordinateurs portables/netbook et les ordis assez vieux, tandis que la version Full resterait sur l'installation par défaut - mais bon, pour Steam c'est se créer 2 "fronts" à suivre.

- avoir un développement de Steam qui fonctionne par grandes mises à jour, avec un Steam 2.0, 3.0, 4.0, 4.5. Le problème est que le client Steam a déjà dépassé les 200 mises à jour (sans compter les hotfixes), qu'il change de plus en plus rapidement : dans les 3 derniers mois, on a eu la nouvelle interface Community (avec les hubs), Greenlight, Big Picture, quelques mois avant on avait la nouvelle interface de l'update Mac et le Workshop. Avec Origin et le Microsoft Store en embuscade, le rythme ne risque pas de ralentir, au contraire.
OzoneGrif, le 11/09/2012 - 18:12
Là, et comme tu le précises, les dernières modifications de leur contrat concerne principalement les USA. Interdire aux utilisateurs de porter une action en justice sans médiation préalable existe déjà chez certains assureurs Américain. Ce filon est exploité pour épuiser les clients jusqu'à ce qu'ils abandonnent l'action sans obtenir compensation. On se croirait dans un univers Cyberpunk où les mégacorporations contrôlent la police et la justice eux-même... Heureusement en France ce genre de condition n'est pas autorisé, même si l'utilisation d'un médiateur est conseillé pour la simplicité d'action en justice.


C'est le fonctionnement choisis par les États-Unis pour contre-balancer les abus des class-actions, où les plaignants inscrits sans leur consentement gagnent $10 ou des coupons tandis que les avocats empochent des millions, parfois sur des jugements à l'éthique douteuse.

C'est loin d'être parfait et il est bien vrai que cela fait penser à Syndicate (celui de 1993), mais il est tout à fait possible pour les citoyens américains de faire jouer des exceptions à cette clause d'arbitrage et de faire voter au niveau local/étatique une exception : tout n'est pas perdu (pour le moment).
OzoneGrif, le 11/09/2012 - 18:12

Maintenant imaginons (imaginons) que Steam décide d'ajouter dans leur contrat que tous les jeux vieux de 6 mois sont automatiquement bloqués et il faut les racheter pour y rejouer 6 mois. Est-ce que ce sera toujours normal et nécessaire ? C'est une question rhétorique, mais je crois qu'autoriser une société à faire des modifications unilatérales est le début de la fin. La question "J'accepte" ou "Je refuse" n'est qu'une facade pour laisser un semblant de choix.


Quand je dis "nécessaire", c'est uniquement dans l'objectif de faire tourner le business, pas d'arnaquer et exploiter ses clients, la légitimité de ces modifications unilatérales s'arrête là où l'intérêt du consommateur est mis en danger dans un seul but de nuisance ou de profit.

Dans le meilleur des mondes, ces modifications unilatérales seraient *intelligemment* encadrées : ne pas empêcher les entreprises de fonctionner, mais protéger le consommateur. Le problème est que ces CGUs ont rarement fait l'objet d'une analyse globale au sein de procès (il doit exister quelque cas, mais jusqu'à maintenant les juristes (dont des avocats) interrogés sur la question parlent de situation relativement incertaine et restant à définir), il faut alors espérer que les juges sauront interpréter le droit positif avec finesse d'esprit et que le législateur saura résister tant aux lobbys qu'à la tentation populiste.

Concernant la crainte (fort légitime) de perdre des droits, des licences sur des jeux, après un délai ou à certaines conditions relevant d'un comportement que l'on pourrait qualifier de "normal" et ne mettant pas gravement en péril la pérénité de la plateforme de distribution de contenu en ligne, je pense que la perte est trop importante pour être une simple adaptation du contrat, elle devra proposer une alternative raisonnable (permettant de conserver les droits pour un coût nul ou faible, ou un simple aménagement par la mise en place de quota de bande passante par mois), ou donner lieu à une compensation (remboursement).

Il ne faut pas oublier qu'il existe un système judiciaire en France, avec des lois, des juges et des policiers, qu'il existe un droit de la consommation, et qu'il ne suffit pas à Valve de décreter quelque chose dans ses CGU pour que cela devienne la règle.

(ps : étant en manque de sommeil, il est possible que ma syntaxe et grammaire fasse momentanément défaut, désolé pour le dérangement)
[message édité par Ay_Caramba le 12/09/2012 à 00:44 ]
Inscrit le 18/03/2008
778 messages publiés
superbe post Ay_Caramba ça dit tout ce que j'étais incapable de dire sur le fonctionnement des
licences.
Inscrit le 24/03/2006
16 messages publiés
Ay_Caramba, le 11/09/2012 - 18:34

Tous les jeux ayant un DRM nécessitant une activation ou un connexion constante à un serveur, géré par le publisher (ou par une entreprise tierce pour le compte du publisher), sont lié à cet "abonnement" au système de DRM.

nb: par le passé, il faut noter que les publishers ont généralement veillés à publier un patch supprimant le DRM en question (parfois en copie-collant l'exécutable cracké par une team de pirates) lorsque ce dernier n'était plus géré.

C'est ça le problème. Steam et les autres parlent à longueur de pub d'"achat" de jeu, alors que leur offre est plus proche de la location, tant d'un point de vue contractuel que technique. Une location bâtarde dont on ne sait pas trop quand elle se termine, ça en devient une pure question de foi dans le fournisseur. Quand il n'y avait pas d'activation en ligne, on était beaucoup plus proche de l'achat. Une fois qu'on a compris ça, on a fait un grand pas pour apprécier ce type de DRM à sa juste valeur (voire les fuir).
Pour ma part, tant que mon argent ne sera pas DRMisé de la même manière (annulation de paiement possible même 3 ans après sans justification à fournir), ce sera sans moi.
Et il ne faut pas rêver, les éditeurs qui suppriment officiellement leur DRM sont extrêmement rares (je pense à Egosoft et ses X, mais à part ça ? The Withcher 2 était sans DRM plus ou moins dès le départ). Les équipes de dev sont vite éparpillés, les sources paumées ou qu'ils ne savent plus compilés, et si les affaires vont mal, ils ont d'autres chats à fouetter. Certes, il y a des fournisseurs "externes", mais pour des jeux plus confidentiels, ça marche pas toujours. Et s'il faut au final tomber dans l'illégalité, quel est l'intérêt des système dit légaux au départ ?
Inscrit le 12/09/2012
2 messages publiés
Bonjour à tous.

Je découvre cet article après des recherches sur le net suite au problème Steam.

Je suis dans le cas que vous décrivez. A savoir que j'ai refusé l'accord. Et... plus de jeux depuis quelques jours. C'est assez aberrant.
Je viens d'écrire au support pour demander s'il existe une procédure pour au moins jouer aux jeux que j'ai acheté. Surtout que la majorité d'entre eux n'a même pas été acheté sur Steam. Je possède quasiment tous les jeux en version boite mais j'ai été obligé de passer par Steam pour les activer...

Y a-t-il d'autres personnes concernées?
Et vos demandes ont-elles enfin reçues une réponse?

Bohe
Inscrit le 12/09/2012
2 messages publiés
Voici la réponse de Steam à ma demande :

Hello B,

Thank you for contacting Steam Support.

We currently are unable to assist you in your preferred language. In the meantime, we will continue to support you in English.

Our Steam Subscriber Agreement describes the conditions under which we agree to do business with our customers.

As indicated in the previous SSA, Valve retains the right to change these terms periodically.

We believe the new SSA is good for our customers. We've included a link with a description of how this benefits you:

http://store.steampo....com/news/8523/

If you do not agree to use our service on these terms then you will not be able to access your Steam account.


Apparemment on est vraiment pieds et poings liés. J'apprécie de moins en moins Steam...
Inscrit le 17/05/2013
1 messages publiés
bonjour, pouvez vous me renseigner?
j’étais avec orange, et depuis quelque mois je suis passé bbox,
ayant un compte Steam et une adresse orange, j'ai essayé de changer d'adresse, ne me souvenant pas du mot de passe, j'ai désinstallé Steam et créer un nouveau compte avec adresse bbox
impossible de jouer, j'ai désinstallé mes jeux, mais a la réinstallation, est refusée car mes numéros de licence sont enregistré sur l'ancien compte
comment faire pour que le compte vp47 soit effacé et que je puisse réinstaller mes jeux
merci de bien vouloir m'aider.
Inscrit le 07/11/2006
3331 messages publiés
le seul moyen c'est de contacter Valve.

Avec Steam tu ne peux m^me pas changer le nom du compte

J'ai une question : Est que tu a encore accès à ta boite e-mail Orange ??
Répondre

Tous les champs doivent être remplis.

OU

Tous les champs doivent être remplis.

FORUMS DE NUMERAMA
Poser une question / Créer un sujet
vous pouvez aussi répondre ;-)
Numerama sur les réseaux sociaux
Septembre 2012
 
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
1 2 3 4 5 6 7