Régulièrement attaqué sur la vie privée, Google a entrepris de renforcer son équipe chargée de vérifier la conformité de ses produits et services avec les règles en matière de données personnelles. Une décision qui survient peu après l'accord conclu avec la Commission fédérale du commerce (FTC) dans lequel Google s'est engagé à payer une amende de 22,5 millions de dollars.

Le 9 août dernier, la Commission fédérale du commerce (FTC) a déclaré avoir conclu un accord à l'amiable avec Google pour solder les actions judiciaires lancées à son encontre. Il avait été découvert que le géant américain pistait des internautes en utilisant le navigateur web Safari afin de connaître leur habitude de consommation. De cette façon, Google pouvait adapter les annonces publicitaires les ciblant.

En échange de la levée des poursuites, la firme de Mountain View a accepté de payer une amende de 22,5 millions de dollars et de neutraliser les cookies litigieux. Pour le moteur de recherche, le montant de l'amende ne représente qu'une simple épine dans le pied. Les activités économiques du groupe se situent en effet à un tout autre niveau. En 2011, son chiffre d'affaires a frôlé la barre des 38 milliards de dollars.

Mais ce n'est pas parce que Google a largement les moyens de payer l'amende qu'il souhaite en payer une ribambelle d'autres. Désireuse d'utiliser son argent à meilleur escient, la société a décidé de renforcer son équipe dont le rôle est de détecter et corriger d'éventuels soucis liés à la vie privée des utilisateurs de Google et à la confidentialité de leurs données.

ZDNet signale que Google cherche un ingénieur spécialisé dans la protection des informations personnelles apte à rejoindre l'équipe, qui joue le rôle de "red team". Comme le souligne Wikipédia, une "red team" est "un groupe indépendant qui cherche à tester une organisation dans le but d'améliorer son efficacité". En particulier, il s'agit de vérifier que les produits et services de Google respectent les règles de la FTC.

Cet ingénieur aura pour tâche "d'identifier, chercher et corriger les éventuels risques en matière de vie privée, de façon indépendante, à travers l'ensemble de nos produits, services et processus actuellement en place", explique l'offre d'emploi. "Vous contribuerez à assurer que nos produits sont conçus avec les standards les plus hauts et sont mis en œuvre d'une façon qui protège la vie privée de nos utilisateurs".

La tâche de cet ingénieur et plus généralement de la red team promet d'être ardue. En Europe, les nouvelles règles de l'entreprise américaine ont été très fortement critiquées par les autorités de contrôle. La CNIL a en particulier souligné que le nouveau règlement "ne respecte pas les exigences de la directive européenne sur la protection des données en termes d'information des personnes concernées", vu les "nouvelles possibilités de croisements de données entre les services".

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés