Contrairement à Google et l'acquisition de Motorola Mobility pour 12,5 milliards de dollars, Samsung n'a officiellement aucun projet de la sorte, et encore moins un qui concernerait Research In Motion. Des rumeurs avaient laissé entendre que la firme sud-coréenne avait des vues sur la société canadienne.

Leader dans la téléphonie mobile, Samsung a rejeté les rumeurs selon lesquelles l'entreprise sud-coréenne projette de mettre la main sur Research In Motion (RIM), la société canadienne à l'origine des smartphones BlackBerry. Le chaebol a expliqué à Reuters n'être ni intéressé par l'entreprise ni par une licence d'exploitation pour exploiter le Blackberry 10.

Le désintérêt de Samsung à l'égard de RIM est-il vraiment étonnant ? Samsung est actuellement sans véritable rival sur le marché des smartphones, et seul Apple peut encore l'inquiéter avec ses iPhone. À l'inverse, BlackBerry a perdu de son éclat ses dernières années. Très courus chez les professionnels, les téléphones intelligents de RIM ont été rattrapés par les offres concurrentes.

Interrogé par l'agence américaine, un analyste de Meritz Securities a eu une analyse plus cruelle encore. Selon lui, même les brevets détenus par RIM ne valent pas le coup. Or, le secteur de la téléphonie mobile est le théâtre de nombreuses actions en justice sur fond de propriété intellectuelle. Samsung est notamment engagé dans de nombreux procès à travers le monde contre Apple.

Et quand bien même Samsung aurait le moindre intérêt pour RIM, les gigantesques acquisitions sont par ailleurs plutôt rares, car risquées. Dans le secteur de la téléphonie mobile, la dernière opération spectaculaire a été le fait de Google, qui a mis sur la table 12,5 milliards de dollars pour récupérer Motorola Mobility.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés