À des années-lumière des statistiques de Google Livres, le projet Gutenberg poursuit son bonhomme de chemin. L'initiative lancée il y a plus de quarante ans par Michael Hart compte désormais plus de 40 000 ouvrages numérisés.

La numérisation du patrimoine littéraire et culturel n’est pas l’apanage de Google, même si l’entreprise américaine fait figure de rouleau-compresseur dans ce domaine. Il existe une multitude d’autres projets, certes plus modestes, comme celui dirigé par la BNF. Sa bibliothèque virtuelle, Gallica, compte ainsi pas moins de 1,5 million de documents.

Moins connu que ses deux illustres concurrents, et disposant de moyens beaucoup plus limités, le projet Gutenberg est lui aussi très actif dans le domaine de la numérisation. Lancée en 1971, l’initiative de Michael Hart pour créer des versions électroniques gratuites d’
?uvres littéraires et les diffuser dans le monde entier a bien évolué puisque le seuil des 40 000 ouvrages scannés a été franchi ce week-end.

Dans un billet de blog publié ce dimanche, et signalé par Actualitté, le projet Gutenberg annonce que l’ouvrage en question est un livre d’ornithologie sur les oiseaux disparus écrit par Lionel Walter Rothschild. La page Wikipédia explique que seuls 300 exemplaires ont été publiés à sa sortie, en 1907. Tous ont été signés de la main de l’auteur.

Le projet Gutenberg s’est spécialisé dans la distribution de livres électroniques libres droits, en tout cas aux États-Unis. Le site précise en effet que la situation d’un ouvrage peut varier d’un pays à l’autre. Totalement gratuit, le projet se maintient grâce à la générosité de donateurs et à la participation de contributeurs.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés