30,8 %. C'est le taux de couverture de la population en France métropolitaine mesurée par l'Autorité nationale des fréquences (ANFR) pour le réseau Free Mobile. Autrement dit, le nouvel entrant respecte ses obligations légales pour le service voix et celui de la transmission de données.

Dans un communiqué diffusé vendredi, l’Agence nationale des fréquences (ANFR) a annoncé la publication d’un rapport (.pdf) synthétisant les résultats des mesures relatives à la couverture effective des réseaux de l’opérateur Free Mobile sur le territoire métropolitain. Il en ressort que le quatrième opérateur titulaire d’une licence 3G couvre 30,8 % de la population, soit un peu moins d’un tiers des Français en métropole.

« Fin mars, Free Mobile disposait au total de 1770 stations en projet ou en service. L’ANFR a contrôlé 979 stations, soit l’intégralité des stations qui avaient été déclarées mises en service auprès de l’Agence à la date du début de la mission. Parmi les stations contrôlées, 781 d’entre elles ont rendu à la fois un service de voix et un service de transmission de données » explique l’ANFR.

« Ce nombre apparaît cohérent avec celui communiqué par l’opérateur à l’ARCEP, selon lequel 735 de ses stations étaient opérationnelles à la fin du mois de février. Le réseau de téléphonie mobile de troisième génération constitué par ces 781 stations apparaît fonctionnel » ajoute l’organisme, qui se base sur ces contrôles pour simuler le potentiel de couverture de Free Mobile.

D’après l’ANFR, Free Mobile dispose d’un réseau constitué d’un réseau d’au moins 800 stations 3G fonctionnelles (sur les 979 examinées). Ces installations sont par ailleurs relativement dispersées sur le territoire et 1800 projets de stations sont prévus dans le cadre d’un plan de déploiement. Cela étant, l’ANFR constate qu’Orange est indispensable à Free Mobile

« Le réseau de Free Mobile sollicite l’itinérance en 3G en tout point du territoire, au-delà des zones frontalières ou des zones blanches mutualisées. Au stade actuel du déploiement de son réseau, la plus grande part des appels des abonnés de cet opérateur apparaît prise en charge par Orange« . Et de prévenir que cette situation durera tant que Free Mobile n’aura pas une couverture équivalente à celle de son partenaire.

La participation de l’ANFR à l’évaluation du taux effective de couverture de la population par Free Mobile fait suite aux critiques concernant la méthodologie employée par l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP). L’ANFR a estimé que le gendarme des télécommunications n’a pas pris suffisamment en considération l’aspect hybride du réseau de Free Mobile.

Reste que les obligations de couverture ont été respectées par Free Mobile, quand bien même la méthodologie choisie par l’ARCEP pour les contrôler aurait été imparfaite. Celles-ci imposent au nouvel entrant de couvrir 27 % de la population pour le service de voix et 25 % pour celui de la transmission de données. Dans les deux cas, l’ARCEP et l’ANFR estiment que Free Mobile respecte ses obligations.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés