Après les avoir multipliés pendant des années, Google veut désormais harmoniser ses services et supprimer ceux qui présentent le moins d'intérêt à ses yeux.

Google n’en finit plus de fermer ses services les moins rentables, pour se concentrer sur les activités qu’il souhaite développer davantage, ou avec plus de « cohérence éditoriale ». La firme de Mountain View a annoncé une série de fermetures ou de modifications de services :

  • Google Flu Vaccine Finder qui permettait aux Américains de connaître les lieux de vaccination contre la grippe est désormais intégré au sein de Healthmap, un outil beaucoup plus vaste de cartographie sanitaire. Il situe notamment en France les cas de tuberculoses ou de varicelle recensés ces derniers jours ;
  • Google Related, qui permettait sous la forme d’un add-on au navigateur Chrome de découvrir des sites « en relation » avec les pages visitées, est supprimé ;
  • Google Sync pour Blackberry sera supprimé le 1er juin 2012, au profit de BlackBerry Internet Service (BIS) ou le service Google Apps Connector pour BlackBerry Enterprise Server, jugés plus performants ;
  • L’application web mobile Google Talk est supprimée au profit du client Google Talk intégré à Android. Pour ceux qui utilisent une autre plateforme que celle de Google, il faudra utiliser un client XMPP (Jabber) compatible ;
  • Google Patent Search, qui permet de rechercher dans les brevets déposés, est désormais intégré à la recherche générale de Google. La firme précise qu’elle ajoutera bientôt les brevets d’autres pays à ceux des Etats-Unis qu’elle référence déjà ;
  • Picasa pour Linux est supprimé. Cette version se basait sur l’émulateur WINE, et Google estime qu’il était devenu trop compliqué de maintenir une version compatible à jour ;
  • L’uploader Picasa Web Albums pour Mac et le plug-in Picasa Web Albums pour iPhoto sont supprimés. Google souhaite que les utilisateurs sous Mac téléchargent Picasa 3.9, qui inclue les deux outils.

Par ailleurs, Google a annoncé une série de modifications de politiques de suivi de ses API pour les développeurs, dont le détail peut être lu sur cette page.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés