MegaUpload, la MPAA et l'Electronic Frontier Foundation s'accordent à penser que les fichiers stockés sur les serveurs autrefois loués par MegaUpload à la firme Caparthia Hostings doivent être conservés. Le gouvernement n'est pas de cet avis. Le bras-de-fer se poursuit pour déterminer si les données seront détruites ou conservées pour le procès.

Les tractations se poursuivent pour déterminer s’il faut conserver ou détruire les fichiers stockés sur les serveurs loués par MegaUpload. Un peu moins de trois mois après la fermeture spectaculaire du site de partage, l’hébergeur Carpathia – qui a loué environ un millier de serveurs à MegaUpload – a décidé de s’en remettre à la justice pour trancher cette question.

Dans un document transmis au tribunal et relayé par Torrentfreak, Carpathia Hostings explique ne pas être en capacité de supprimer ou garder les contenus hébergés sur son serveur sans l’intervention du juge, dans la mesure où les intérêts des différentes parties divergent assez nettement. En attendant, le status quo est conservé et les données restent en place.

« Tandis que le gouvernement américain prétend que sa sélection [de fichiers] est suffisante et qu’aucune autre donnée ne doit être préservée, d’autres parties ont fait valoir que toutes les données sont nécessaires – Mega pour sa défense, l’EFF pour restaurer les données légitimes aux utilisateurs et la MPAA dans le cadre de sa plainte » peut-on lire dans le document.

Fin mars, MegaUpload et Carpathia s’étaient mis d’accord sur le transfert de la propriété du millier de serveurs pour un million de dollars. Selon l’avocat de Kim Dotcom, celui-ci comptait prendre le contrôle des serveurs dans le cadre de sa défense. La transaction a été empêchée, puisque le million de dollars nécessaire est resté bloqué sur les comptes bancaires gelés par les autorités.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés