Alors qu'il demande son introduction en bourse, Facebook a prévenu les investisseurs que l'action entreprise par Yahoo pour violation de brevets pourrait avoir un impact important sur ses résultats financiers, si le jugement devait être favorable au site fondé en 1995.

En limogeant en début d’année son ancienne présidente Carol Bartz, Yahoo avait promis de changer de stratégie pour remettre le groupe sur pieds. C’est donc avec entrain qu’il a, non pas innové pour séduire les utilisateurs et reconquérir des parts de marché, mais décidé de sortir son portefeuille de brevets pour attaquer Facebook et récupérer quelques deniers grâce au succès d’un réseau social que lui-même n’a pas su développer.

Or Facebook semble redouter un succès de l’action de son concurrent en déclin. L‘AFP rapporte que le site de Mark Zuckerberg a mis à jour son dossier d’introduction en bourse déposé à la SEC, pour avertir les futurs investisseurs de l’impact que pourrait avoir la plainte de Yahoo sur les résultats financiers de Facebook.

« Le 12 mars, Yahoo a porté plainte contre nous au tribunal fédéral de Californie du Nord en affirmant qu’un certain nombre de nos produits portent atteinte à des dizaines de brevets revendiqués par Yahoo, liés à la publicité, aux réseaux sociaux, à la confidentialité des données, à la personnalisation et à la messagerie« , explique Facebook.

« Nous n’avons pas encore fourni de réponse à ces accusations. Nous avons l’intention de nous défendre vigoureusement. Ce contentieux en est encore au stade préliminaire et son issue finale (…) est incertaine« 

Si le jugement était favorable à Yahoo, « l’impact pourrait être important pour notre activité, nos conditions financières et les résultats de nos opérations« , prévient Facebook.

Comme c’est toujours le cas dans ce type d’affaires, Yahoo n’a pas encore quantifié les dommages et intérêts qu’il entend réclamer à Facebook. Lequel se sent désormais obligé de participer lui-aussi à la guerre de dissuasion nucléaire que se livrent les propriétaires de titres de propriété industrielle, en rachetant 750 brevets à IBM.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés