Hotfile subira-t-il le même sort que MegaUpload ? À défaut de mener un raid policier contre la plate-forme, la MPAA s'efforce d'obtenir de la justice américaine la fermeture du site. La MPAA considère Hotfile comme l'une des grandes plaques tournantes du téléchargement illicite sur Internet.

La répression du téléchargement illégal sur Internet est un combat sans fin. À peine MegaUpload a-t-il fermé ses portes que déjà l’attention des ayants droit s’est reportée sur un autre service d’hébergement de fichiers en un clic lui aussi très connu des internautes : Hotfile. Et dans cette affaire, c’est la Motion Picture Association of America (MPAA) qui est à la manœuvre pour obtenir la fermeture de la plate-forme.

En réalité, cela fait plus d’un an que l’association interprofessionnelle en charge de la défense des intérêts de l’industrie cinématographique s’échine à mettre fin à Hotfile. La MPAA prétend en effet que l’hébergeur stocke essentiellement des fichiers piratés et l’accuse par ailleurs de rémunérer ceux qui mettent en ligne des contenus populaires. Une activité qui a convaincu l’association de porter plainte contre Hotfile.

Depuis, l’affaire de MegaUpload est passée par là et a donné du grain à moudre aux industries du divertissement. Considérant que Hotfile a été conçu dans le seul but d’enfreindre la propriété intellectuelle, la MPAA a donc déposé la semaine dernière une demande de jugement préliminaire, en mettant en exergue les points communs que le site partage avec MegaUpload.

« Le modèle économique de Hotfile est indissociable de celui de MegaUpload, qui a récemment été inculpé sur le plan pénal pour s’être engagé dans un chemin également emprunté par Hotfile. Les défendeurs ont même admis qu’ils avaient lancé Hotfile ‘pour rivaliser avec MegaUpload’ » peut-on lire dans la plainte relayée par Torrentfreak.

« Hotfile est responsable de milliards de téléchargements illicites d’œuvres protégées, incluant les propriétés audiovisuelles et cinématographiques des plaignants. À l’image des autres services de piratage qui sont apparus avant lui, de Napster à Grokster en passant par IsoHunt et LimeWire, Hotfile existe pour tirer profit de la violation du droit d’auteur » poursuit la MPAA.

« Plus de 90 % des fichiers téléchargés sur Hotfile violent la propriété intellectuelle et pratiquement chacun des membre du service est impliqué dans une infraction du droit d’auteur » poursuit la plainte, la MPAA cherchant avant tout éviter un long et coûteux procès au profit d’un référé destiné à fermer Hotfile ou, à défaut, pour obtenir son blocage par les FAI américains.

D’où le parallèle fait entre MegaUpload et Hotfile. Il reste à connaître la décision de la justice sur cette affaire, sachant que les ayants droit espèrent un jugement rapide afin d’une part d’éviter les longues procédures judiciaires et d’autre part dégager des moyens pour s’en prendre aux autres sites web du même acabit que MegaUpload et Hotfile.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés