Le site de la députée UMP Valérie Boyer a été piraté ce dimanche par des hackers turcs. Ils lui reprochent d'être la rédactrice de la proposition de loi pénalisant la négation des génocides, la Turquie étant l'un des principaux pays visés par cette disposition.

Le site Internet de la députée UMP Valérie Boyer, rédactrice de la proposition de loi pénalisant la négation des génocides, a été piraté ce dimanche par des hackers turcs. La Turquie est, en effet, l’un des principaux pays visés par cette loi, celui-ci n’ayant pas reconnu le génocide arménien qui s’est déroulé d’avril 1915 à juillet 1916.

Trois jours après le vote de cette loi au parlement, un message en turc et en anglais fut publié en lieu et place du site de la députée. « Vous, les Français, êtes tellement pitoyables et pathétiques que vous ne tenez pas compte des vérités pour obtenir des voix » écrivent les pirates qui ont signé ce message « GrayHatz ». « Votre parlement devrait avant tout parler du génocide, qui est un crime contre l’humanité, que vous avez commis en Algérie. Vous êtes un pays à ce point respectueux de la liberté d’opinion que vous mettez en prison toute personne qui dit la vérité en disant qu’il n’y a pas de génocide arménien » pouvait-on également lire sur le site avant qu’il ne soit mis hors ligne.

Valérie Boyer ajoute, sur BFMTV, avoir reçu des menaces de mort, de viol et de destruction et ses parents et ses enfants auraient également été visés. Le groupe « GrayHatz » serait lié à « Akincilar », auteurs de l’attaque contre le site de Charlie Hebdo au début du mois de novembre. A l’époque, ce groupe s’était donné pour mission de « lutter contre les publications qui attaquent [leurs] croyances et [leurs] valeurs morales » et les « publications adversaires à la Turquie« , comme le rappelle Le Nouvel Observateur.

Le groupe menace d’ailleurs d’attaquer les sites d’autres députés, dans un message diffusé le 24 décembre. « Nous allons pirater tous les sites web des députés français. Nous nous expliquerons après avoir fini de protester sur les autres sites web« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés