La psychose de l'Hadopi gagne même les conseillers de Numericable, qui croient que le bridage de débit dont se disent victimes certains abonnés est dû aux avertissements qu'ils reçoivent de la Haute Autorité.

Nicolas Perrier, auteur du blog NikoPik.com, rapporte sur son site la curieuse expérience vécue par le dénommé Monsieur Smith, qui a enregistré sa conversation avec un conseiller de Numericable. L’abonné se plaignait d’avoir vu son débit montant sur une offre fibre optique passer de 5 Mega à seulement 1 Mega, sans aucune explication.

Avant-même d’évoquer son cas personnel, l’abonné demande au commercial s’il est vrai que Numericable « passait certains abonnés à 1 Megabits parce qu’ils estimaient que c’était suffisant« . Sans même paraître réfléchir, le conseiller lui répond que « non, en fait c’est uniquement par exemple les clients qui ont reçu un courrier ou un mail d’Hadopi« . « On vous remet à 1 Mega en attendant, parce qu’on a pas le choix, c’est la loi« .

Etonnement du client. « Quand on reçoit un mail d’Hadopi, théoriquement il y a une coupure de l’accès« , demande-t-il. « Non, pas forcément« , nuance le vendeur, « il y a des avertissements aussi. Moi j’ai un ami qui a reçu un avertissement d’Hadopi, ‘au nom de Numericable on vous propose de passer de 5 à 1 Mega' », en général pendant 6 mois et après ils vous repassent l’upload à 5 Mega« .

Evidemment, c’est totalement faux. Numericable a d’ailleurs démenti tout lien entre le débit montant de ses abonnés et la réception d’avertissements de l’Hadopi. Lors des débats parlementaires sur la riposte graduée, un amendement avait bien été déposé pour permettre à la Haute Autorité d’ordonner une limitation du débit chez les FAI pour les abonnés avertis. Mais l’amendement de bridage du débit a été rejeté, et le Conseil constitutionnel a ensuite dépourvu l’Hadopi de tout pouvoir autonome de sanction.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés