L'adoption du protocole IPv6 est plus que jamais urgente. Lors d'un discours prononcé en Allemagne, la commissaire européenne Neelie Kroes a appelé les différents acteurs à accentuer leurs efforts pour migrer vers ce nouveau protocole.

Cela fait plusieurs années que l’épuisement des adresses IPv4 est prévu. Pour pallier ce problème et répondre à la demande croissante en adresses, un nouveau protocole réseau a été mis au point. Baptisé IPv6, il offre une capacité d’adressage gigantesque, contrairement à l’IPv4 qui ne pouvait attribuer simultanément qu’un peu plus de 4,29 milliards d’adresses.

Or en 2011, le déploiement de l’IPv6 est encore très limité. L’adoption de ce nouveau protocole est lente et ne concerne aujourd’hui qu’une part infime des internautes. Selon les statistiques IPv6 fournies par Google, il n’y a que 0,35 % des utilisateurs en IPv6 natif. La situation est donc loin d’être idéale, malgré les multiples avertissements formulés ces dernières années.

C’est dans ce contexte que Neelie Kroes, commissaire européenne en charge de la politique numérique de l’Union, a tenu jeudi un discours à Potsdam (Allemagne) sur le déploiement de l’IPv6. La situation est en effet critique, car les derniers blocs d’adresses IPv4 ont été distribués en début d’année et les craintes d’une pénurie se font chaque jour plus grandes.

« Imaginez un instant que plus aucune adresse IP n’est disponible ; imaginez comment cela entraverait le développement de cette ressource mondiale. Hé bien, si nous ne faisons pas la migration vers le protocole IPv6, vous n’aurez pas imaginer tout ça bien longtemps : en Europe, l’épuisement complet des adresses IPv4 est imminent » a-t-elle mis en garde, rappelant que l’IPv6 est une priorité de son mandat.

Neelie Kroes a toutefois reconnu que quelques progrès ont été réalisés ces dernières années sur ce sujet. Les réseaux informatiques dédiés à la recherche et à la science sont ainsi passés à l’IPv6 en natif. C’est en particulier le cas en France du réseau national de télécommunications pour la technologie, l’enseignement et la recherche (RENATER) ou en Europe avec le réseau informatique GEANT.

Le processus doit toutefois prendre de la vitesse. Quitte à laisser les institutions publiques être en pointe. « Tous les organismes publics devraient être accessibles en IPv6 dès que possibe. Le propre site de la Commission européenne l’est déjà, depuis l’opération « World IPv6 Day » qui s’est déroulée cet été partout dans le monde » a rappelé Neelie Kroes.

Lors de cette journée, de nombreuses sociétés et organisations internationales se sont associées à l’initiative promue par l’Internet Society, afin d’encourager la migration des réseaux et des équipements vers le protocole IPv6. Tout au long de la journée, des tests grandeur nature ont été réalisés et des sociétés comme Facebook, Google, YouTube, Akamai, Cisco, Microsoft, le W3C et Orange ont participé.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés