Publié par Guillaume Champeau, le Vendredi 18 Novembre 2011

L'étude affligeante d'Ernst & Young sur la propriété intellectuelle

A l'occasion du Forum d'Avignon, qui ouvre ce vendredi, le cabinet Ernst & Young a livré son étude sur la propriété intellectuelle à l'ère du numérique. Un morceau d'anthologie.

Ce vendredi s'ouvre le Forum d'Avignon, où l'Hadopi est persona non grata cette année parmi les intervenants. A cette occasion, les organisateurs ont commandé au cabinet Ernst & Young une étude sur "la propriété intellectuelle à l'ère du numérique", dont le descriptif paraissait prometteur. On y parlait en effet d'une étude "portant sur 16 pays", comme s'il allait s'agir là d'un travail fouillé. En fait, il s'agissait d'un travail fouillis.

Reconnaissons d'ailleurs à Ernst & Young une réelle honnêteté. Dès la première page de son étude, le lecteur est averti que "la présente publication comporte des informations succintes" et "ne saurait se substituer à un travail de recherche approndie". C'est le moins que l'on puisse dire. Le résultat de 28 pages seulement (.pdf), mis en ligne par le Forum d'Avignon, est en effet à bien des égards effarant de raccourcis et de dogmatisme pavlovien. Il suffit pour s'en convaincre d'en citer quelques extraits, honteusement reproduits par nos soins en contournant le DRM du fichier PDF qui interdisait les copier-coller (rappelons à Ernst & Young que le code de la propriété intellectuelle dispose en son article L122-5 que "l'auteur ne peut interdire les analyses et courtes citations justifiées par le caractère critique, polémique, pédagogique, scientifique ou d'information de l'œuvre à laquelle elles sont incorporées").

Dans une étude qui ne comporte absolument aucun chiffrage économique, le cabinet affirme d'emblée que "toute utilisation non autorisée (d'une œuvre) entraîne une diminution des recettes que les créateurs de contenus perçoivent en contrepartie de la vente et de la distribution légales de leurs œuvres". Il ajoute, appréciez la formulation, que l'on "ignore le coût économique exact du piratage numérique pour les créateurs de contenus, mais il est suffisamment élevé pour compromettre gravement l'adoption de nouveaux modèles d'affaires numériques dans plusieurs secteurs des Médias et du Divertissement"

Dans un encart sur les motivations de la consommation illégale de contenus sur Internet, et sans aucune explication, Ernst & Young affirme que "les FAI limitent la production et/ou la distribution de contenus légaux, de sorte que ces derniers sont plus difficiles à obtenir". Ils seront ravis de l'apprendre.
A propos de l'ACTA, qu'il décrit comme s'il était déjà entré en vigueur, Ernst & Young estime que "cet accord, sans être parfait, constitue néanmoins un progrès vers la limitation du piratage en ligne", mais que l'on "peut cependant regretter que la Chine, pays confronté au piratage à grande échelle, ne compte pas au nombre des signataires". Rappelons que le Brésil et l'Inde ne font pas non plus partie des signataires, que le sénat du Mexique l'a rejeté, et que même l'Europe n'est pas encore officiellement signataire. Elle pourrait même ne jamais l'être, la compétence juridique de la Commission étant disputée, comme c'est le cas aussi aux Etats-Unis où la conformité de l'ACTA avec la constitution est incertaine.
Pour Ernst & Young, qui écrit aussi ce rapport dans le contexte du Sommet culturel G8/20 organisé en marge du Forum par Frédéric Mitterrand, l'Hadopi est un modèle à suivre. "Malgré le nombre limité d'affaires transmises au parquet (moins de 60), il convient de ne pas sous-estimer l'impact attendu de cette nouvelle réglementation", assure le cabinet, qui voit un "paradoxe" dans le fait qu'une loi qui sert de modèle à d'autres états soit aussi contestée à l'intérieur-même du pays. Rappelons tout de même, là aussi, que pour le moment aucun pays n'a jamais imité l'Hadopi, et que tous ceux qui s'y sont tentés ont reculé ou traînent des pieds.
Saluant les DRM dont elle souhaite la généralisation, l'étude se félicite de l'avènement des services de Cloud computing qui dépossèdent le consommateur du contenu qu'il achète ou qu'il loue. "Le stockage et les services en nuage offrent de nouvelles sources potentielles de revenus et une plus grande flexibilité
en matière de tarification. Par exemple, le détenteur d'un contenu peut proposer de nouvelles options aux consommateurs : paiement pour une seule utilisation, paiement pour cinq utilisations, paiement pour détention et partage du contenu, etc.". Et tant pis pour le code de la propriété intellectuelle que l'on assassine, en ignorant superbement toutes les exceptions au droit d'auteur qui ne sont plus que théoriques, dans un univers où l'exploitation des œuvres est entièrement contrôlée par l'informatique.
Ernst & Young voit tout de même quelques problèmes au Cloud, dont celui-ci qu'il fallait oser écrire : "les entreprises dans l'incapacité de vendre un même contenu aux consommateurs plusieurs fois (pour différents supports, plateformes) risquent d'accuser des pertes de chiffres d'affaires". Un contenu mis "dans le cloud" pouvant être lu aussi bien sur une tablette tactile qu'une console de jeux ou un ordinateur, les consommateurs n'ont plus besoin d'acheter plusieurs fois la même œuvre pour la lire sur les différents supports. Diantre.
Enfin, applaudissons la conclusion, brillante :"Les différentes parties prenantes mettent trop souvent l'accent sur de faux débats, tels que la liberté d'expression, l'accès à la culture, ou autres arguments les opposant de manière infondée au respect des droits d'auteur. C'est en privilégiant davantage les partenariats, les accords et l'utilisation des technologies, en faisant en sorte que les droits soient protégés et les opportunités de monétisation exploitées que tous les acteurs de ce nouveau marché numérique pourront tirer leur épingle du jeu".

Une bien belle étude qui restera dans les annales.

Publié par Guillaume Champeau, le 18 Novembre 2011 à 11h14
 
50
Commentaires à propos de «L'étude affligeante d'Ernst & Young sur la propriété intellectuelle»
Inscrit le 05/04/2011
1379 messages publiés
Une bien belle étude qui restera dans les annales.

Personnellement, je n'aurais mis qu'un seul "n" à "annales". Mais bon... tout dépend du sens qu'on veut donner...
Inscrit le 08/07/2009
122 messages publiés
A noter qu'avec le lecteur de document fournit dans la xubuntu (mon lecteur par défaut) leur DRM ne fonctionne pas, c'est vachement efficace leur protection
Inscrit le 16/12/2009
943 messages publiés
Le pire c'est le slogan de la boîte "La qualité par principe"... Heu lol?
Inscrit le 16/11/2010
24 messages publiés
jour après jour je me dis qu'on touche le fond, en fait non, ils continuent de creuser
Inscrit le 15/03/2006
1921 messages publiés
On est toujours dans la sacro-sainte règle 1 truc copié = 1 truc pas acheté.
C'est un déni même du libre-arbitre humain.
Et pourquoi pas 1 truc copié = 10 trucs pas achetés tant qu'on y est ?

Pour ma part j'en reste à 1 truc copié ou non = 1 truc pas acheté.

db
Inscrit le 31/10/2008
461 messages publiés
Gourmet, le 18/11/2011 - 11:27

Et pourquoi pas 1 truc copié = 10 trucs pas achetés tant qu'on y est ?

Ben ... justement, ils l'ont osé celle là :
les entreprises dans l'incapacité de vendre un même contenu aux consommateurs plusieurs fois (pour différents supports, plateformes) risquent d'accuser des pertes de chiffres d'affaires
Inscrit le 29/10/2010
151 messages publiés
ccomp, le 18/11/2011 - 11:19
Une bien belle étude qui restera dans les annales.

Personnellement, je n'aurais mis qu'un seul "n" à "annales". Mais bon... tout dépend du sens qu'on veut donner...

+1

C'est un peu la destination de ce rapport =)
Inscrit le 20/09/2011
24 messages publiés
En même temps, ils s'attendaient à quoi en commandant cette étude ?
Ernst & Young c'est un peu le temple du business, du profit à tout prix...

Y'a qu'à voir le :
"les entreprises dans l'incapacité de vendre un même contenu aux consommateurs plusieurs fois (pour différents supports, plateformes) risquent d'accuser des pertes de chiffres d'affaires"
Ah ben oui, c'est sûr, si on a pour optique uniquement de gagner des sous au détriment de tout le reste, ça simplifie le problème.

On gagne toujours plus à être un enc*lé qu'à être un mec honnête, je l'ai toujours dit.
Inscrit le 04/10/2005
1095 messages publiés
Bientôt vont nous faire croire que le filtrage est nécéssaire pour que la france ne perde pas son triple A ou son dernier A.
Inscrit le 27/10/2011
9 messages publiés
les entreprises dans l'incapacité de vendre un même contenu aux consommateurs plusieurs fois (pour différents supports, plateformes) risquent d'accuser des pertes de chiffres d'affaires

Oui, c'est presque çà, enfin l'inverse !

C'est parce que certaines entreprise essaie de nous refourguer plusieurs fois le même contenu (au prix fort à chaque fois) que le gens finissent par ne plus payer la première copie (légal)

Après avoir réussi à nous vendre un album en vinyl, puis le même en CD, puis encore
une fois en version numérique avec DRM pour l'écouter sur un pc, il y a des types qui pensent vraiment que les gens sont assez con pour payer X fois le même contenu, juste pour lire ce contenu sur le téléphone, puis la tablette, puis encore un autre téléphone, etc ... ?

A l'ère numérique ? La blague.

C'est juste encourager le piratage.

Ceux qui pensent çà, finiront par crever (économiquement), parce qu'il n'auront pas su s'adapter (en changeant de métier éventuellement)
Inscrit le 28/11/2008
3151 messages publiés
1) Le PDF entier est rempli de conneries et énormités affligeantes
2) Le PDF en lui-même est très mal réalisé ("protection" du texte, qualité des images pourrie...)
3) Si c'est pour raconter de telles salades et être aussi bien payé, je veux bien faire des PDF qui racontent que tout le monde il va mal et qu'il faut tuer les bébés phoques.

J'ai ris très fort. Et il y a des gens qui vont gober ça ?!
Inscrit le 16/03/2006
86 messages publiés
En même temps, ils s'attendaient à quoi en commandant cette étude ?
Ernst & Young c'est un peu le temple du business, du profit à tout prix...

Y'a qu'à voir le :
"les entreprises dans l'incapacité de vendre un même contenu aux consommateurs plusieurs fois (pour différents supports, plateformes) risquent d'accuser des pertes de chiffres d'affaires"
Ah ben oui, c'est sûr, si on a pour optique uniquement de gagner des sous au détriment de tout le reste, ça simplifie le problème.

On gagne toujours plus à être un enc*lé qu'à être un mec honnête, je l'ai toujours dit.


En même temps, les "industries culturelles" c'est pas des oeuvres de charité hein, leur but c'est avant tout de gagner du pognon, pas de permettre à des oeuvres (d'art ou pas) de rencontrer leur public ...
Inscrit le 28/12/2010
3690 messages publiés
Surréaliste.

Je vomis sur Ernst & Young et sa petite musique propagandaire. Remarquez, ces pauvres clowns ne font que ce pour quoi on les paie. Son rapport fantaisiste n'a ni pertinence ni intérêt, mais qu'il est drôle de lire "la qualité par principe" en cas de la couverture de ce rapport inepte.
[message édité par U. Harkogansk-Malatesta le 06/02/2012 à 13:56 ]
Inscrit le 19/03/2006
328 messages publiés
Une analyse plus intéressante que celle d'Ernst & Young (pas difficile) :
La rareté contre l'abondance (issu du livre Du bon usage de la piraterie ).
[message édité par rom1v le 18/11/2011 à 11:53 ]
Inscrit le 20/09/2009
5723 messages publiés
Euh, Ernst & Young, ce sont eux qui auditaient Lehman Brothers ?
Inscrit le 23/07/2010
106 messages publiés
Il ne faut pas oublie que le forum d'Avignon c'est un peu la conference des grabataires, car l'annee dernieres ils avaient aussi un points de vue abberant, n'hesitez pas a lire le comptes-rendu de l'annee derniere par StreetPress, on y trouve des citations d'intevenant du genre de:
« Comment est-ce qu’on peut faire aussi attractif que le gratuit (… mais en le faisant payer ? », dixit Alain Sussfeld, le directeur général d’UGC

http://www.streetpre...comme-du-yaourt

Osez appliquer son nom et son logo sur un pareil document, ils ont par peur cher Ernst&Young
[message édité par wilnock le 18/11/2011 à 12:04 ]
Inscrit le 31/10/2008
461 messages publiés
Tout de même, d'après mon imaginaire, Ernst & Young me paraissait être un cabinet sérieux et renommé. J'peux me tromper, mais si ils sont effectivement sérieux comme je l'imaginais, ce rapport nous montre que ce que l'industrie de la culture promeut est indéfendable. Je veux dire par là que ce sujet n'est pas neuf, il y a eu des études de réalisées, il y a eu des chiffres; et si rien de tout ça n'est repris par Ernst & Young, c'est p'tet' que, en fait, rien ne va dans le sens de l'industrie musicale, et que pour quand même être payé le cabinet à du pondre ce truc.
Ou alors ce sont des incompétents grassement payé. C'pas impossible non plus.
Inscrit le 25/01/2007
2899 messages publiés
Inscrit le 05/06/2009
527 messages publiés
Gourmet, le 18/11/2011 - 11:27


Et pourquoi pas 1 truc copié = 10 trucs pas achetés tant qu'on y est ?



C'est effectivement brillant. Manifestement, c'est vers ça que l'on s'achemine et j'imagine que la rémunération pour copie privée va pouvoir gonfler grâce à cette analyse (avec un seul "n").

L'étape suivante : payer pour dupliquer le contenu que tu produits toi-même (tes sauvegardes, pour être clair), les revenus allant à une société de répartition qui t'en reversera 1%, les 99% restant allant à leurs frais de fonctionnement, salaires, frais de gestion, financements divers sans rapport avec le gloubiboulga.

Je pense que l'imagination de ces vampires est sans borne.
Inscrit le 20/06/2009
2253 messages publiés
deadalnix (Animateur/Modérateur Actualités) le 18/11/2011 à 11:59
rom1v, le 18/11/2011 - 11:53
Une analyse plus intéressante que celle d'Ernst & Young (pas difficile) :
La rareté contre l'abondance (issu du livre Du bon usage de la piraterie).


Je conseille d'ailleurs la lecture de tout le livre et pas seulement de ce passage !
Inscrit le 06/02/2009
269 messages publiés
"Une bien belle étude qui restera dans les annales"

Anal et plus précisément excréments, voilà ce que m'inspire cette étude qui tient plutôt du PQ !
[message édité par Thnos le 18/11/2011 à 12:01 ]
Inscrit le 31/10/2008
461 messages publiés
calimero988, le 18/11/2011 - 11:57

L'étape suivante : payer pour dupliquer le contenu que tu produits toi-même (tes sauvegardes, pour être clair), les revenus allant à une société de répartition qui t'en reversera 1%, les 99% restant allant à leurs frais de fonctionnement, salaires, frais de gestion, financements divers sans rapport avec le gloubiboulga.


Ben ? C'est pas déjà le cas par le biais de la taxe copie privée ? Tu paye quoique tu mette sur ton support de stockage, les créateurs y compris. Et c'est géré par une société de répartition.

L'horrible futur qu'on s'imagine, c'est maintenant. On y est.
Inscrit le 19/03/2006
328 messages publiés
deadalnix, le 18/11/2011 - 11:59
rom1v, le 18/11/2011 - 11:53
Une analyse plus intéressante que celle d'Ernst & Young (pas difficile) :
La rareté contre l'abondance (issu du livre Du bon usage de la piraterie).


Je conseille d'ailleurs la lecture de tout le livre et pas seulement de ce passage !

Oui, je compte le lire complètement.
Je viens de le découvrir ce matin, et ce passage m'a intéressé car il y décrit le conflit entre l'abondance et l'économie avec quasiment les mêmes arguments que moi . Sauf qu'il l'a fait 7 ans plus tôt et en plus détaillé ;-)
Inscrit le 18/11/2011
1 messages publiés
Impressionnant !
Témoignage affligeant de leur sclérose.
Inscrit le 09/03/2010
1027 messages publiés
Faut les effacer de la terre ces gens là...quand je pense que des lois,des amendements peuvent être pondus ensuite sur la base de leur torche-cul...Je viens de lire que le slogan de cette boite est 'quality in everything we do'....till now ?
Inscrit le 28/05/2011
2 messages publiés
Il y a un contre Forum sur la culture à Avignon demain au cinéma Utopia, à l'initiative de Sud culture et Attac. J'y interviens, je ne manquerai pas de citer cette brillante étude... et de démolir ce forum qui n'est que la atte des margoulins de la finance sur une culture qu'ils veulent rentable.
Inscrit le 08/09/2009
871 messages publiés
Quel bien beau torchon ! Merci Ernst & Young ... Mais que fait le CSA ?
Inscrit le 25/08/2011
9 messages publiés
Wouah ! Ca c'est du rapport qui tue la vie !

Le pire, c'est que ces consultants (j'aurais dû l'écrire en deux mots) se font payer plus de 1000 euros la journée... Je me demande combien de temps ils ont passé à rédigé cette bouse.

D'ailleurs, je propose de leur envoyer un petit mail avec un lien vers cette page pour leur montrer tout le bien qu'on en pense (les contacts sont en fin du pdf).
Inscrit le 11/07/2010
62 messages publiés
Autre bonne lecture : La Longue Traine par Chris Anderson.
Inscrit le 20/09/2011
24 messages publiés
filissart33, le 18/11/2011 - 12:48
Faut les effacer de la terre ces gens là...quand je pense que des lois,des amendements peuvent être pondus ensuite sur la base de leur torche-cul...Je viens de lire que le slogan de cette boite est 'quality in everything we do'....till now ?


A voir sur Wiki la définition de "Qualité" dans ce contexte, avant de faire des phrases :
http://fr.wikipedia...._de_la_qualité
(Je vous préviens c'est un gros morceau, tous les gens en études sup qui se tapent des cours de qualité vous le diront...)
Inscrit le 28/08/2004
6768 messages publiés
Non, sans rire, c'est une blague?


Ou alors...l'étude est volontairement biaisée pour donner au grand public l'impression que "les majors disent vrai, puisque même un grand nom leur donne raison".
On ne serait alors plus dans l'étude, même ratée, mais dans la franche propagande. Les majors ne sont plus à ça près!
Inscrit le 18/11/2011
1 messages publiés
Les remerciements de ce torchon sont vraiment incroyables:

"Nous voudrions vivement remercier, pour leur contribution, les EXPERTS INTERNATIONAUX suivants:
[...] Bayard, Pinault-Printemps-Redoute, The Walt Disney Compagny, [...]"

MOUAHAHAHAH!!!
Inscrit le 20/09/2009
5723 messages publiés
Je vous invite à lire ceci sur Ernst & Young:
http://www.google.co...d2ff9a9527f.a61

Mais c'est seulement le sommet de l'iceberg...


Ce qui m'étonne ce qu'il y a encore des gens qui s'intéressent à ce que raconte Ernst & Young.
Inscrit le 02/09/2009
343 messages publiés
Si ce sont ce genre d'études, et de lois qui au final reste dans l'anal du consommateur .
Inscrit le 28/12/2010
3690 messages publiés
deadalnix, le 18/11/2011 - 11:59
rom1v, le 18/11/2011 - 11:53
Une analyse plus intéressante que celle d'Ernst & Young (pas difficile) :
La rareté contre l'abondance (issu du livre Du bon usage de la piraterie).


Je conseille d'ailleurs la lecture de tout le livre et pas seulement de ce passage !


J'allais le dire. Les travaux de Latrive sont vraiment précieux !
Inscrit le 17/02/2010
1205 messages publiés
Ernst & Young ca me fait penser a Bang & Olufsen. Du "haut de gamme" pour fanboy ignare.
Inscrit le 07/06/2009
226 messages publiés
darken33, le 18/11/2011 - 11:23
A noter qu'avec le lecteur de document fournit dans la xubuntu (mon lecteur par défaut) leur DRM ne fonctionne pas, c'est vachement efficace leur protection


Forcément, si tu utilises un OS non autorisé... Pirate!
Inscrit le 12/08/2011
1165 messages publiés
Pouvoir rime avec connerie ces temps ci.
Inscrit le 06/06/2011
254 messages publiés
SenseiWap, le 18/11/2011 - 13:20
Le pire, c'est que ces consultants (j'aurais dû l'écrire en deux mots) se font payer plus de 1000 euros la journée...

Ils sont pas payés mais facturés 1000€/jour (le prix que le client paye pour cette "étude"). Les consultants, eux sont payés comme des cadres c'est à dire entre 30000 et 50000 euros par an (ce qui est déjà beaucoup mais pas aussi indécent que tu le dis)
Inscrit le 28/02/2008
62 messages publiés
Merci pour cette brève analyse!!
On croit rêvé quand on lit ce ramassis d'idioties...
Inscrit le 12/08/2011
1165 messages publiés
Captain44800, le 18/11/2011 - 15:47
SenseiWap, le 18/11/2011 - 13:20
Le pire, c'est que ces consultants (j'aurais dû l'écrire en deux mots) se font payer plus de 1000 euros la journée...

Ils sont pas payés mais facturés 1000€/jour (le prix que le client paye pour cette "étude"). Les consultants, eux sont payés comme des cadres c'est à dire entre 30000 et 50000 euros par an (ce qui est déjà beaucoup mais pas aussi indécent que tu le dis)


A croire que plus t'es incompétent plus t'es payé. Pourtant à l'école on m'a toujours dit l'inverse.
Inscrit le 17/03/2008
2512 messages publiés
RilaX, le 18/11/2011 - 11:55
Tout de même, d'après mon imaginaire, Ernst & Young me paraissait être un cabinet sérieux et renommé. J'peux me tromper, mais si ils sont effectivement sérieux comme je l'imaginais, ce rapport nous montre que ce que l'industrie de la culture promeut est indéfendable. Je veux dire par là que ce sujet n'est pas neuf, il y a eu des études de réalisées, il y a eu des chiffres; et si rien de tout ça n'est repris par Ernst & Young, c'est p'tet' que, en fait, rien ne va dans le sens de l'industrie musicale, et que pour quand même être payé le cabinet à du pondre ce truc.


En fait tout dépends de qui paye. Ernst & Young, en tant que cabinet, sont là pour écrire ce que que les clients veulent voir. Si ça se trouve ya eu 5 rapports de fait sur le sujet, et 4 refus du client avant de laisser celui-ci paraître.
C'est une opération de comm , rien de plus.

(Il m'est arrivé, en tant que consultant, d'écrire des "rapport d'expertise" sur un sujet technique pour justifier le non-achat d'un certain type de PC, par exemple - en l'occurrence incompatible avec linux - dans le but d'appuyer l'équipe de technicien dans son refus des choix imposés par la DSI... Je suppose qu'on est dans +/- le même cas).

Ou alors ce sont des incompétents grassement payé. C'pas impossible non plus.

Ou alors on y a collé les derniers arrivé aidés de 2 stagiaires, en leur expliquant les grandes lignes de ce que le client voulais (pas bien dur).
Et les mecs ont obtempéré.
Inscrit le 06/04/2011
3769 messages publiés
ccomp, le 18/11/2011 - 11:19
Une bien belle étude qui restera dans les annales.

Personnellement, je n'aurais mis qu'un seul "n" à "annales". Mais bon... tout dépend du sens qu'on veut donner...

Ah Ah , je pensais la même chose
Mais ,diantre , qui a payé cette étude ? non ,non , laissez-moi devinez .
bon , maintenant Ernst & young ,ils ' s ' en foutent pas mal de tout ça
C'est " prends l ' oseille et tires toi "
[message édité par dannyel le 18/11/2011 à 16:37 ]
Inscrit le 29/09/2011
3 messages publiés
"l'étude se félicite de l'avènement des services de Cloud computing qui dépossèdent le consommateur du contenu qu'il achète ou qu'il loue" : quel bel aveu de ce que le "libéralisme" est en train de nous imposer.

La culture n'est qu'un produit marchand comme les autres.

Quelle honte qu'on ait pu, durant des siècles, "prêter" ou "donner" un livre à son voisin ! Enfin ! chacun devra payer pour lire. Ou pour relire le vieux livre qu'on avait acheté jadis.
Inscrit le 06/06/2011
254 messages publiés
Bretwalda, le 18/11/2011 - 16:12
Captain44800, le 18/11/2011 - 15:47
SenseiWap, le 18/11/2011 - 13:20
Le pire, c'est que ces consultants (j'aurais dû l'écrire en deux mots) se font payer plus de 1000 euros la journée...

Ils sont pas payés mais facturés 1000€/jour (le prix que le client paye pour cette "étude"). Les consultants, eux sont payés comme des cadres c'est à dire entre 30000 et 50000 euros par an (ce qui est déjà beaucoup mais pas aussi indécent que tu le dis)


A croire que plus t'es incompétent plus t'es payé. Pourtant à l'école on m'a toujours dit l'inverse.


Je préféré interpréter ça comme une application du Principe de Peter : " tout employé tend à s'élever à son niveau d'incompétence "
[message édité par Captain44800 le 18/11/2011 à 17:21 ]
Inscrit le 10/07/2008
2603 messages publiés
J'adore "les services de Cloud computing qui dépossèdent le consommateur du contenu". Je crois que je vais l'imprimer et l'encadrer. Attendez, je la refais:

"les services de Cloud computing qui dépossèdent le consommateur du contenu". "les services de Cloud computing qui dépossèdent le consommateur du contenu". Ah c'est trop bon!
Inscrit le 02/04/2010
986 messages publiés
Ernst & Young affirme que "les FAI limitent la production et/ou la distribution de contenus légaux, de sorte que ces derniers sont plus difficiles à obtenir". Ils seront ravis de l'apprendre.

Ca fait meme limite diffamation, la.
Inscrit le 28/08/2004
6768 messages publiés
wormlore, le 18/11/2011 - 20:12

Ernst & Young affirme que "les FAI limitent la production et/ou la distribution de contenus légaux, de sorte que ces derniers sont plus difficiles à obtenir". Ils seront ravis de l'apprendre.

Ca fait meme limite diffamation, la.

Carrément. A les lire, on dirait que Free ou Orange nous empêchent d'aller sur l'istore ou Amazon Mp3. Mais bien sûr...
Inscrit le 22/12/2009
458 messages publiés
moi j'avoue que les articles rapportant les délires de ces crétins je ne les lis même plus...

Ils ne sont plus sur le terrain.. bye.. bye...
[message édité par laclape le 19/11/2011 à 08:56 ]
Inscrit le 22/11/2011
1 messages publiés

2) Le PDF en lui-même est très mal réalisé ("protection" du texte, qualité des images pourrie...)

Protection du texte illusoire d'ailleurs... Ouvrir le document avec un bon lecteur de PDF (okular par exemple) et l'imprimer en sélectionnant "Imprimer dans un fichier PDF". Le tour est joué. Affligeant en effet.
De la part d'Ernst & Young, on aurait aimé un peu plus de professionnalisme et d'argumentation.
Répondre

Tous les champs doivent être remplis.

OU

Tous les champs doivent être remplis.

FORUMS DE NUMERAMA
Poser une question / Créer un sujet
vous pouvez aussi répondre ;-)
Numerama sur les réseaux sociaux
Novembre 2011
 
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11