Le président russe s'est-il vu remettre un iPhone de contrebande ? C'est l'avis d'une représente d'Apple en Russie, qui affirme que le numéro de série du smartphone ne correspond pas avec ceux des iPhone légalement mis en vente.

Véritable fléau en Russie, le marché noir n’épargne véritablement personne. Même le président de la Fédération de Russie, Dmitri Medvedev, est confronté au phénomène. En effet, celui-ci a reçu un iPhone de contrebande pour son anniversaire. Offert par les Medvedev Girls, un groupe de jeunes femmes favorables à sa réélection en 2012, le smartphone était destiné à l’origine au marché nord-américain ou européen.

C’est en tout cas ce qu’affirme une représentante d’Apple en Russie, contactée par l’AFP. « Sur les téléphones introduits légalement en Russie, le numéro de série se termine par les lettres RR/A« . Le problème, c’est que le téléphone offert le 14 septembre au président russe comporte un numéro de série se terminant par les lettres ZA, qui sont celles utilisées sur les modèles vendus en Europe ou aux États-Unis.

« Il s’agit donc sûrement d’un téléphone de contrebande » a-t-elle estimé. Une information confirmée par le journal russe Tvoï Dien ». La boutique qui a vendu l’appareil aux Medvedev Girls a reconnu avoir obtenu le smartphone via un réseau de contrebande. Toutefois, Medvedev ne sera nullement inquiété puisque une loi anti-corruption interdit aux hauts fonctionnaires de recevoir des cadeaux dont la valeur dépasse 3 000 roubles (71 euros).

Le président russe n’est pas le premier président a avoir reçu un cadeau quelque peu embarrassant. Dans un autre genre, l’Electronic Frontier Foundation s’était interrogé en 2009 sur la légalité d’un cadeau de Barack Obama offert à la reine d’Angleterre, Élisabeth II. Celui-ci avait en effet offert un iPod rempli de 40 chansons, au risque d’enfreindre la législation sur la propriété intellectuelle.

Auparavant, le président américain avait offert à Gordon Brown, alors premier ministre britannique, un coffret de 25 DVD qu’il ne pouvait pas visionner à cause des mesures techniques de protection présentes dans les disques. Le cabinet de Gordon Brown a été contraint de le renvoyer vers la Maison Blanche pour des explications sur les « aspects techniques » du problème.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés