Coup d'accélérateur dans le développement de Diaspora. Le réseau social libre, ouvert et décentralisé veut compter et a décidé jeudi d'accélérer l'envoi des invitations pour la version alpha. D'ici fin octobre, toutes les invitations réclamées devraient être envoyées. D'ici là, Diaspora estime avoir déjà un impact sur le réseautage social, en particulier sur Facebook et Google+.

Démarré en mai 2010, le projet d’un réseau social libre, ouvert et décentralisé vient d’entrer dans une nouvelle phase de développement. Dans un billet de blog publié jeudi dernier, les responsables de Diaspora ont annoncé que le nombre d’invitations envoyées pour participer à la version alpha du site a été drastiquement augmenté. L’objectif annoncé est de fournir une invitation à chacun avant la fin du mois d’octobre 2011.

« Nous envoyons des invitations pour la version alpha à tout le monde maintenant, aussi rapidement que nous le pouvons. Si vous êtes sur liste d’attente et que vous n’avez pas obtenu la vôtre, vous la recevrez d’ici la fin du mois d’octobre. Si vous ne l’avez pas déjà fait, inscrivez-vous ici » indique le site. Un coup d’accélérateur bienvenu, à l’heure où Google+ est sous le feu des projecteurs.

Une situation que n’ignore pas Diaspora, mais qui est loin d’être un problème à en croire ses concepteurs. Ces derniers estiment même que leur projet de réseau social libre, ouvert et décentralisé a déjà une influence sur l’orientation prise par Facebook et Google+ ces derniers mois. « Nous sommes déjà en train de faire la différence » assurent-ils. Et d’expliquer comment.

« Il y a eu des annonces importantes dans le monde des réseaux sociaux dernièrement, et nous ne pouvons qu’être satisfaits de constater l’impact que notre travail a eu sur deux des plus grands développements. Nous sommes fiers que Google+ ait imité l’une de nos fonctionnalités fondamentales, les Aspects, avec leurs cercles« . Sur Google+, cet outil permet d’ordonner ses contacts en les répartissant dans des groupes. Une fonctionnalité présente sur Diaspora depuis septembre 2010.

« Et maintenant Facebook est enfin en mouvement dans la bonne direction avec les contrôles en matière de vie privée » analyse Diaspora, même si beaucoup de chemin reste à parcourir. « Un mouvement stimulé non seulement par Google+, mais plus fondamentalement par vous et les dizaines de milliers de membres de la communauté ainsi que par les centaines de milliers d’internautes en lice pour essayer Diaspora » ajoute le site.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés