L'hébergeur OVH, qui officie désormais comme fournisseur d'accès à Internet, prévient qu'il est prêt à fournir de premiers accès à la norme VDSL2 dès que l'Arcep autorise définitivement le protocole validé par son comité d'experts.

Mise à jour : Contrairement à ce que nous écrivions, la validation du Comité d’expert de l’Arcep n’a pas encore été officialisée. Elle pourrait l’être d’ici la fin de l’année (via @nkgl)

Hier, nous rapportions que le Comité d’experts pour les boucles locales cuivre et fibre optique de l’Arcep avait validé le protocole VDSL2, qui permettra aux internautes en zone rurale de bénéficier d’un débit théorique de 100 Mbps symétrique. Le principe est d’installer des NRA intermédiaires, reliés à la fibre optique, et de terminer les liaisons vers l’abonné par la traditionnelle paire de cuivre. Avant de devenir réalité, le VDSL2 devra tout de même obtenir une validation finale de l’autorité de régulation des télécoms.

Sautant sur la bonne nouvelle, OVH a annoncé qu’il était déjà prêt à bondir des starting blocks. « Dès que la norme est validée par ARCEP, en utilisant VDSL2, Ovh pourra vous livrer du 100M symétrique garantis à travers les investissements que nous sommes en train de faire pour dégrouper 170 NRA en France« , explique l’hébergeur, qui a lancé récemment une activité de fournisseur d’accès à internet à bas coût (sans téléphonie ni télévision, l’abonnement No!Box OVH est proposée à partir de 9,98 euros par mois).

« La norme a été validée en interne, nos DSLAMs sont compatibles VSDL2, nous disposons de modems VSDL2
et si on a le « go » cette après midi de la part de l’ARCEP, demain on peut raccorder le 1er client VSDL2+ sur notre réseau
« , assure Octave Klaba, le fondateur et directeur d’OVH.

« Nous avons toujours dit que construire le réseau en fibre optique en France, revient à construire un 3ème réseau en France (1ère c’est le cuivre et le 2ème 2G/3G). C’est très coûteux puis n’avance pas assez vite. Au
lieu de mobiliser l’argent sur la fibre optique, il vaut mieux lancer le VDSL2 puis continuer à dégrouper les NRA partout en France pour proposer dans n’importe lequel village en France, la même qualité d’Internet qu’en ville
« , estime-t-il.

OVH pourrait cependant devoir attendre encore quelques temps. L’ADSL2+ avait été validé par le Comité d’experts en juillet 2007, mais il avait fallu attendre décembre 2010 pour que le feu vert final soit accordé.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés