Créés en 2002, les Google Labs vont fermer leurs portes, emportant dans leur tombe de nombreux projets innovants testés sur la plateforme de recherche et développement. Concurrencé par Facebook, menacé par Apple et par Microsoft, Google souhaite désormais se recentrer sur les produits qui ont le plus d'importance stratégique.

La décision était inattendue, mais confirme la tendance qu’a Google à s’éloigner de l’esprit d’innovation qui l’a guidé, pour concentrer ses ressources sur les projets grand public les plus rémunérateurs. Sur son blog, Google a annoncé mercredi qu’il mettait fin à ses célèbres Google Labs, dans le cadre d’une réorientation des priorités. « Même si nous avons énormément appris en lançant des prototypes très précoces dans Labs, nous pensons qu’une plus grande concentration est nécessaire sur nous voulons tirer le maximum des opportunités extraordinaires qui s’ouvrent à nous« , explique la société.

Google Labs avait été lancé en mai 2002, pour tester les technologies inventées par ses ingénieurs, le plus souvent dans le cadre des fameux « 20 % » de temps de temps de travail qu’ils peuvent consacrer à des projets personnels. Ses premiers produits lancés via les Labs avaient été la recherche vocale, la navigation par raccourcis clavier, un glossaire, et un outil de création de pages web. Des projets qui ont tous été intégrés par la suite aux produits officiels.

Actuellement, 56 projets sont listés sur les Google Labs, le plus populaire étant Swiffy (l’outil de conversion du Flash vers le HTML5), suivi par l’étonnant Google Scribe, qui devine ce que vous allez écrire et corrige l’orthographe pour permettre une saisie beaucoup plus rapide.

Google a annoncé qu’il allait fermer la plupart des applications mises en test dans Google Labs, et en incorporer d’autres dans les applications existantes. Les Labs spécifiques à certains sites, comme Gmail Labs et Maps Labs, resteront ouverts.

Cette décision permet à Google de réorienter le temps de développement de ses ingénieurs vers les produits prioritaires pour la stratégie de la société, à commencer par Google+. Ce qui pourrait signifier la fin des « 20 % », totale ou partielle.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés