L'Islande est en train de réviser sa Constitution. Une Assemblée constituante a été mise en place, mais au lieu de travailler en autonomie, elle s'appuie massivement sur les réseaux sociaux afin de prendre en compte les remarques des Islandais. La nouvelle Constitution, bâtie sur un processus collaboratif, devrait être finalisée en juillet.

C’est indéniablement un processus politique inédit. L’Islande, qui a été durement frappée lors de la crise économique de 2008, a décidé de repartir sur des bases saines en mettant à jour sa Constitution, en vigueur depuis 1944. Et plutôt que de livrer un « produit fini » aux Islandais, les autorités ont choisi de faire participer la population à travers une procédure de révision ouverte, via les réseaux sociaux

Les Islandais peuvent accéder à une page générale dans laquelle ils ont accès à de nombreuses ressources. Ils peuvent visualiser la Constitution actuelle ou consulter le dernier brouillon. Le quotidien britannique Guardian explique que l’Assemblée constituante publie chaque semaine ses derniers travaux, permettant ensuite à la population, depuis avril, de réagir sur les sites communautaires (Facebook, Twitter, YouTube, Flickr).

Facebook et Twitter servent avant tout d’espace de dialogue. Les membres de l’Assemblée constituante peuvent recueillir les retours des citoyens islandais et interagir avec eux, sans filtre médiatique. YouTube et Flickr sont quant à eux des vecteurs de contenus médiatiques. L’Assemblée constituante alimente les deux comptes avec des vidéos et des photos, en toute transparence. Les réunions sont mêmes diffusées en streaming.

« Je crois que c’est la première fois qu’une Constitution est en cours de rédaction essentiellement sur Internet » a commenté Thorvaldur Gylfason, membre du Conseil constitutionnel islandais. « Le public voit la Constitution prendre forme sous leurs yeux… C’est très différent de l’ancienne époque où les constituants trouvaient qu’il était parfois préférable de se trouver hors de portée des remarques« .

Le processus a démarré depuis le mois d’avril et devrait se terminer le mois prochain. Cette nouvelle Constitution sera ensuite soumise à référendum afin de savoir si la majorité des Islandais accepte cette version. Le parlement islandais, l’Althing, n’aura pas le droit d’apporter la moindre modification au document. Si les parlementaires veulent donner leur avis, c’est en qualité de citoyen, via les réseaux sociaux, comme les autres Islandais.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés