Plusieurs clients Apple ont signalé des facturations indésirables suite à des achats d'applications ou de jeux sur iTunes. La boutique en ligne serait la cible d'un piratage visant à siphonner l'argent des clients. Une information qui tombe mal pour Apple, à l'heure où l'entreprise vante les mérites de l'informatique dématérialisée avec iCloud.

C’est une affaire qui tombe au mauvais moment pour Apple. Alors que la firme de Cupertino a présenté lundi lors de la WWDC 2011 sa vision de l’informatique dématérialisée grâce à iCloud, avec Steve Jobs en maître de cérémonie, le site Betanews rapporte que des comptes iTunes sont la cible de pirates. Selon Betanews, Apple est au courant du problème mais n’a pas encore communiqué sur ce sujet.

D’après PC Pro, cité par KraftonZ sur nos forums, le pirate cherche à modifier l’adresse de facturation de la victime, afin de profiter du remboursement proposé par Apple, sans jamais toucher à la carte bancaire lié au compte. Ainsi, le pirate achète des jeux ou des applications sur iTunes avec les données de la victime et demande ensuite le remboursement, prétextant « une erreur ». Les fonds sont alors virés sur un autre compte.

Les premiers signalements datent de 2010, avec un premier sujet de discussion ouvert sur les forums officiels d’Apple le 28 novembre dernier. Depuis, plusieurs internautes se sont manifestés, laissant entendre que le piratage prendrait de l’ampleur. Certains clients ont même été ciblés à plusieurs reprises, sans pouvoir y mettre un terme en changeant le mot de passe ou la question secrète liée au compte.

À en croire les réactions des internautes, Apple est intervenu à plusieurs reprises sur les comptes des victimes afin de restaurer les sommes déboursées. Impossible toutefois de savoir si le problème touche potentiellement tous les clients iTunes ou juste une minorité d’entre eux. Reste que cette information jette un voile sur le développement des services en ligne, surtout lorsque ces derniers ont pour ambition d’héberger toujours plus de contenus.

Ces derniers temps, plusieurs cas de piratage ou de défaillance ont relativisé l’intérêt de l’informatique dématérialisée. Il suffit de se souvenir des messageries Gmail effacées mais finalement restaurées grâce à des sauvegardes sur bande magnétique. Il y a eu également la destruction de données sur le service Amazon EC2, à la suite d’une défaillance.

Avec l’informatique dématérialisée, les utilisateurs vont être de plus en plus amenés à stocker des informations confidentielles et des documents personnels sur des serveurs distants. Il faudra alors offrir une sécurité et une résilience à toute épreuve, car il n’est plus question de savoir s’il existe un risque mais de se demander quand il va se produire. Et comment le service compte le surmonter.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés