Quelques semaines après l'annonce de Yahoo d'étendre la durée de conservation des données personnelles de trois à dix-huit mois, la CNIL est sortie de son silence et a regretté le choix du moteur de recherche. La Commission dénonce du même coup une tendance visant à allonger progressivement ce délai, contrairement aux recommandations du groupe de travail des CNIL européennes.

C’est un pas en arrière regrettable. Yahoo a dévoilé le mois dernier un changement profond dans sa politique de conservation des données personnelles, allongeant le délai de détention de trois à dix-huit mois. Le moteur de recherche américain a expliqué ce changement de stratégie en soulignant la « métamorphose d’Internet, du commerce et de la concurrence« , tout en assurant que cette nouvelle politique était aussi une « avancée » pour les utilisateurs.

Pour le G29, cette décision a réduit à néant les efforts de dialogue avec les moteurs de recherche. Depuis 2008, le groupe de travail réunissant les 27 CNIL de l’Union européenne avait entamé des discussions avec Google, Microsoft et Yahoo afin d’amener ces derniers à reconsidérer le délai de conservation des données personnelles. Hormis pour quelques situations particulières, le G29 souhaite que le délai de rétention ne dépasse pas six mois.

« On relève aujourd’hui que les politiques actuelles des moteurs de recherche tendent à augmenter la durée de conservation des données. La CNIL regrette ce recul du respect de la vie privée des internautes » a noté la Commission nationale de l’informatique et des libertés. Fin 2008, les trois moteurs principaux avaient pourtant réduit considérablement le délai de rétention : 9 mois pour Google, 6 pour Microsoft et 3 pour Yahoo.

La CNIL « invite à nouveau l’ensemble des acteurs à suivre les recommandations du G29 et leur demande notamment de modifier leur politique en matière de conservation des cookies. En effet, Microsoft et Google conservent dix-huit mois les cookies et peuvent ainsi connaître les recherches effectuées par leurs utilisateurs pendant une très longue période« .

Pour justifier ce changement, Yahoo a indiqué vouloir « répondre aux besoins de ses consommateurs en termes de personnalisation, de pertinence et de confiance« . Cet allongement à un an et demi entrera effectivement en vigueur d’ici la fin du mois de juillet. En attendant, le moteur de recherche va diffuser de nombreuses informations sur son réseau afin de prévenir les utilisateurs du changement à venir.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés