Yahoo abandonne sa politique audacieuse en matière de confidentialité. Autrefois salué pour avoir mis en place un délai de conservation des données personnelles remarquable, trois mois, le groupe américain fait marche arrière. D'ici fin juillet 2011, ce délai passera à dix-huit mois alors que les recommandations de l'Union européenne évoquent une durée de six mois maximum.

L’Union européenne et Yahoo vont-ils engager un bras de fer sur le délai de conservation des données personnelles ? Alors que le groupe de travail Article 29, un organe consultatif réunissant les CNIL européennes, recommande vivement de limiter cette période à six mois (.pdf), le géant américain souhaite au contraire l’allonger très significativement.

Dans le centre de d’information consacré aux données personnelles, Yahoo annonce que le délai de conservation des données personnelles passera de trois à dix-huit mois. Jusqu’à présent, l’entreprise faisait pourtant figure de bon élève. Le moteur de recherche était parvenu à mettre en place une politique de rétention des données remarquable, en limitant la rétention à 90 jours « pour la plupart des fichiers journaux« .

Selon Yahoo, c’est « la métamorphose d’Internet, du commerce et de la concurrence ces dernières années » qui a poussé l’entreprise à revoir sa politique. Afin de s’adapter aux nouvelles normes de la concurrence, Yahoo a donc annoncé ce lundi que « les fichiers journaux de recherches seront conservés pendant 18 mois« . Auparavant, seules quelques données bien spécifiques étaient conservées plus longuement.

Cette nouvelle politique n’entrera pas en vigueur tout de suite. Pendant quatre à six semaines, Yahoo « publiera de nombreuses notifications sur son réseau […] pour s’assurer que les utilisateurs soient informés de façon claire et compréhensible des prochains changements« . Ensuite, il s’écoulera encore trente jours sans notification. « La mise en place de la nouvelle politique aura lieu d’ici la fin du mois de juillet » précise Yahoo.

Côté européen, la pilule risque de passer avec difficulté. Pour éviter un choc frontal avec les instances européennes, Yahoo assure que cette mesure est « une avancée pour Yahoo et ses utilisateurs« , puisque l’allongement de la durée de rétention offrira « aux consommateurs une expérience encore plus personnalisée tout en continuant à proposer des innovations en matière de transparence et de protection de la vie privée« .

Yahoo a par ailleurs listé quelques ressources devant assurer d’une part la transparence de ses opérations et d’autre part fournir aux internautes des outils pratiques. Le géant américain « envisage l’intégration d’outils Do Not Track dans ses modèles de protection de la vie privée », assurant que la « protection de la vie privée a toujours été une valeur fondamentale de l’entreprise ».

Reste à savoir si le discours de Yahoo suffira à endormir la vigilance des autorités de contrôle européennes.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés