Nous publions un droit de réponse de l'UMP à un article publié sur Numerama, au sujet des SMS envoyés par la formation à certains électeurs lors des élections cantonales de 2011.

Au lendemain du deuxième tour des élections cantonales, nous avions publié sur Numerama un article relayant le témoignage d’un électeur assurant ne pas être membre de l’UMP, qui disait avoir reçu le vendredi 25 mars sur son mobile un SMS signé Jean-François Copé. « Chers amis, ce dimanche 27 mars, j’ai besoin de vous ! Chaque voix compte, alors votez et faites voter UMP ! Merci de votre soutien« , disait le message dont nous avions pris connaissance. Rappelant la position de la CNIL sur ces pratiques, nous nous interrogions alors pour savoir si l’UMP avait effectivement envoyé des SMS pour appeler les électeurs à voter, y compris non adhérents de l’UMP, et dans quelles proportions. Nous avions appelé la fédération du Bas-Rhin d’où était issue le témoignage, et le siège de l’UMP, sans réussir à les joindre (le service presse étant sans doute beaucoup plus occupé, ce jour-là, à commenter les résultats).

Ce lundi, nous avons reçu un courrier recommandé (voir ci-après) du directeur général de l’UMP, Eric Césari, daté du lundi 28 mars. Selon le cachet de la Poste le courrier a été envoyé le 1er avril, distribué le 4 avril, et pour des raisons logistiques c’est uniquement aujourd’hui que nous avons pris connaissance. M. Césari nous demande la publication du droit de réponse ci-dessous, et la suppression de l’article concerné. Si nous publions volontiers cette réponse, il n’est cependant pas question de retirer l’article, que nous mettons à jour pour apporter la réponse de l’UMP. Il en va du respect de la liberté de la presse, que nous défendrons en justice si besoin.

Le droit de réponse :

Dans un article paru le 28 mars 2011, NUMERAMA a publié un article intitulé  » L’UMP a-t-elle envoyé des SMS pour appeler à voter ? « , dans lequel il était indiqué que notre Mouvement aurait envoyé un texto de mobilisation à des électeurs, y compris non adhérents de l’UMP. Ces faits sont inexacts.
Un SMS de mobilisation électorale a bien été envoyé à nos adhérents le vendredi 25 mars comme la loi nous l’autorise. L’allégation selon laquelle ce message aurait été communiqué à des électeurs non membres de l’UMP est totalement inexacte.
Notre formation politique a écrit à ses seuls adhérents qui sont, aux termes de l’article 3 de ses statuts, les personnes ayant acquitté une cotisation individuelle annuelle, étant précisé que la qualité d’adhérent se perd par la démission ou le non renouvellement de la cotisation pendant plus de deux années.
L’UMP connaît parfaitement la délibération n° 2006-228 du 5 octobre 2006 sur la mise en œuvre
de fichiers par les partis politiques. Elle la respecte scrupuleusement et, si elle s’interdit d’envoyer des messages SMS de prospection ou de mobilisation à des personnes qui n’ont pas la qualité de membre au regard de ses statuts, elle n’entend toutefois pas s’interdire de communiquer avec ses adhérents ou correspondants, une telle communication étant inhérente à l’activité politique.
L’article précité de NUMERAMA est donc erroné. Il est regrettable que ce site d’information et son directeur de la publication aient publié un article mettant en cause indûment l’UMP en se basant sur des accusations anonymes qu’il aurait été pourtant facile de vérifier. Le procédé n’est pas digne d’un site d’information sérieux.

Dont acte. Nous laissons nos lecteurs apprécier la réponse et nous abstiendrons de tout commentaire.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés