Facebook permet désormais aux utilisateurs de prévenir le réseau social lorsqu'un message posté par un ami laisse craindre qu'il souhaite se suicider.

Est-ce le rôle du plus gros réseau social du monde que d’être l’interlocuteur des utilisateurs qui craignent qu’un ami se suicide ? Dans un reportage de la BBC, la chaîne britannique raconte que Facebook a lancé un système d’alerte qui permet aux utilisateurs de prévenir la plateforme lorsqu’ils pensent qu’un membre peut vouloir mettre fin à ses jours. La personne inquiète est invitée à remplir un formulaire pour détailler ses soupçons, en indiquant les URL des messages suicidaires postés, le nom de la personne en danger, et les détails des réseaux dont elle est membre. Les modérateurs de Facebook seront alors alertés, et vérifieront la crédibilité de l’alerte avant de contacter éventuellement la police. Ce qu’ils feront sans doute souvent pour éviter d’être accusés un jour d’avoir ignoré la gravité d’une alerte, et d’avoir à en répondre médiatiquement, et devant la justice.

« Le système fonctionne en mode expérimental, sans publicité, depuis trois mois« , rapporte la BBC. Plusieurs signalements justifiés auraient été collectés, sans aucune alerte délibérément mensongère. La chaîne explique que Facebook a mis cette procédure en place après qu’une utilisatrice du réseau social s’est donnée la mort le jour de Noël par overdose. Elle avait prévenu de ses intentions sur Facebook, plusieurs amis avaient répondu au message, mais aucun n’avait donné l’alerte. Le réseau social avait alors été fortement critiqué pour ne pas avoir su réagir à temps.

Lorsque l’on recherche « suicide » dans l’aide de Facebook, un message conseille de « contacter immédiatement les autorités si vous trouvez du contenu de nature suicidaire sur Facebook« , et renvoie vers le site Befrienders pour trouver une liste des services de prévention du suicide dans différents pays. Le lien vers la page de formulaire de signalement du contenu suicidaire n’est affichée qu’en toute fin de message. Ce qui montre que Facebook reste encore très prudent avec cette procédure qu’il ne souhaite pas mettre en avant.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés