Il faut s'attendre à un déferlement de militants UMP sur les sites de presse jeudi soir, à l'occasion de l'intervention de Nicolas Sarkozy sur TF1. C'est en tout cas le souhait émis par Jean-François Copé, le président du parti majoritaire, qui invite ses adhérents à "faire face aux campagnes de désinformation" et à commenter en faveur du Président de la République sur les sites d'actualité.

Mise à jour : pour ajouter à l’opération de communication, l’Elysée a décidé de « livetweeter » l’émission Parole de Français sur son compte Twitter officiel, ce jeudi soir.

Article du 8 février 2011 –

Jeudi, le président Nicolas Sarkozy sera sur TF1 pour y affronter la « Parole des Français », dans une émission en prime-time où il aura l’occasion de répondre aux questions soigneusement triées de quelques citoyens. L’occasion pour le chef de l’Etat de tenter d’amorcer une remontée dans les sondages à un an de l’ouverture de la campagne électorale, où il devrait postuler à sa propre succession.

L’enjeu est donc important, et l’UMP le sait. Elle sait aussi que, comme en ont pris l’habitude beaucoup de blogueurs et de journaux, les propos du chef de l’Etat seront décortiqués en direct, et tous ses affirmations vérifiées pour être éventuellement démenties. C’est la crédibilité de Nicolas Sarkozy et du futur candidat qui est mise en danger dans cette soirée du 10 février.

C’est pourquoi Jean-François Copé, le président de l’UMP, rameute les troupes pour soutenir Nicolas Sarkozy. « Vous qui le soutenez avec force et fidélité, vous qui avez compris les enjeux et le courage que la situation de notre pays impose, vous serez les premiers à pouvoir relayer les messages qu’il adressera aux Français« , écrit le chef de la majorité dans une lettre adressée aux adhérents.

« Avec votre soutien, nous serons unis pour faire face aux campagnes de désinformation et de démagogie orchestrées par l’opposition et relayées sans scrupule par certains médias. Je compte particulièrement sur vous pour faire part de vos réactions et commentaires sur les différents sites d’actualité disponibles sur Internet« .

En filigrane, c’est au moins une bonne nouvelle. Jean-François Copé, qui avait menacé les députés UMP qui trainaient des pieds pour voter la loi Hadopi, et prévenu que l’Hadopi n’était qu’un « point de départ » dans la régulation du net, comprend qu’Internet est devenu un média influent et essentiel dans la perspective des campagnes de 2012.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés