D'après des sources diplomatiques, le porte-parole de Wikileaks pourrait être extradé vers les États-Unis. Plusieurs élus américains réclament que Julian Assange soit condamné pénalement selon les dispositions de l'Espionage Act. Actuellement, Julian Assange est détenu au Royaume-Uni.

Le porte-parole de Wikileaks sera-t-il bientôt jugé aux États-Unis ? D’après des sources diplomatiques citées par The Independant, des officiels américains et suédois auraient engagé « des discussions informelles » autour d’une éventuelle extradition de Julian Assange vers les États-Unis. De nationalité australienne, Julian Assange est poursuivi en Suède pour une affaire de viol.

À l’heure actuelle, le porte-parole de Wikileaks est détenu par la police britannique. Il a été arrêté mardi matin alors qu’il se rendait volontairement à une convocation judiciaire. Suite à son arrestation, il a été entendu mardi après-midi par un juge londonien, puis placé en détention jusqu’à la prochaine audience, prévue le 14 décembre prochain.

Aux États-Unis, plusieurs élus espèrent que le procès, si procès il y a, soit d’une très grande sévérité. C’est le cas de Peter King, un représentant républicain au Congrès. Il a écrit mercredi dernier au procureur général Eric Holder, l’équivalent du garde des sceaux dans l’administration Obama, pour réclamer l’utilisation de l’Espionage Act contre Julian Assange.

Comme le fait remarquer Owni, les États-Unis et l’Union européenne ont signé l’an dernier un accord visant à faciliter l’extradition entre les deux rives de l’Atlantique. Qualifié « d’accord historique » par la ministre de la justice suédoise, ce cadre transatlantique interdit « au gouvernement américain de réclamer la peine de mort contre une personne extradée« .

Wikileaks a d’ores et déjà prévenu que le sort de Julian Assange ne devrait a priori pas affecter ses activités. « Concernant tout ce qui se passe actuellement, tout est prévu, tout ça va continuer comme jamais. C’est tout ce que je peux vous dire » avait expliqué un journaliste proche du site lanceur d’alerte. Ainsi, l’arrestation, l’extradition, voire une éventuelle condamnation de Julian Assange ne devrait pas changer la donne.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés