Entendu par la justice britannique cet après-midi, Julian Assange sera détenu jusqu'à la prochaine audience, prévue le 14 décembre. Le porte-parole de Wikileaks est sous le coup d'un mandat d'arrêt émis par la Suède suite à des accusations de viols et d'agressions sexuelles contre des jeunes femmes suédoises.

La situation se corse pour le porte-parole de Wikileaks. Alors qu’il se rendait ce matin à une convocation dans une affaire de viol et d’agression sexuelle envers une Suédoise, Julian Assange a finalement été arrêté par la police britannique. Déféré devant un juge, l’homme de 39 ans passera les sept prochains jours en détention, jusqu’à la prochaine audience.

Julian Assange est actuellement menacé d’extradition vers la Suède, suite au dépôt de plainte de la part de la Suédoise. L’affaire, qui remonte à cet été, a conduit la Suède à demander à Interpol d’émettre fin novembre un mandat d’arrêt international à l’encontre de Julian Assange. La jeune femme, initialement consentante, reproche à Julian Assange d’avoir voulu une liaison sans préservatif, ce qui constituerait un viol au regard du droit suédois.

Niant totalement les faits présentés par la Suédoise, le porte-parole de Wikileaks suspecte les États-Unis d’avoir piloté cette « chasse à l’homme » à distance en incitant très fortement le gouvernement suédois, et donc le parquet, à lancer un mandat d’arrêt à son encontre. L’accusation est en effet survenue au moment où Wikileaks a diffusé de nombreux documents confidentiels liés aux activités diplomatiques et militaires des USA.

Quel impact l’arrestation de Julian Assange aura sur les activités de Wikileaks ? A priori, aucun. Les quelques 251 000 télégrammes continueront d’être diffusés progressivement dans la presse occidentale. « Concernant tout ce qui se passe actuellement, tout est prévu, tout ça va continuer comme jamais. C’est tout ce que je peux vous dire » a déclaré un journaliste proche de Wikileaks.

« Les actions menées contre notre rédacteur en chef Julian Assange n’affecteront pas notre travail : nous publierons cette nuit d’autres télégrammes, comme d’habitude » a-t-il ajouté. Signe qu’au-delà des individus qui animent le site, Wikileaks est désormais capable de générer un véritable bruit médiatique en se servant des médias traditionnels – ici la presse écrite – comme relai.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés