La date est fixée. C'est le 15 septembre prochain que Diaspora, le réseau social libre et ouvert, ouvrira ses portes au public. Les développeurs rappellent que c'est une première version et que le développement continuera au-delà du lancement.

C’est la dernière ligne droite avant le lancement public. Dans une mise à jour publiée hier sur le blog officiel, l’équipe de développement de Diaspora a dévoilé que l’ouverture du réseau social libre et ouvert se ferait le 15 septembre prochain. Il reste donc un peu moins de trois semaines aux développeurs pour apporter les touches finales au projet débuté en mai dernier.

« Alors que le mois d’Août touche à sa fin, il est temps de faire une mise à jour et d’apporter des réponses à certaines questions. Nous avons codé. Nous avons travaillé sur Diaspora, nous aimons ça et il sera open source le 15 septembre prochain » ont déclaré les quatre responsables du projet.

Dernièrement, l’équipe de développement s’est penché sur la création d’une interface claire et contextuelle permettant de savoir qui partage quoi et avec qui. Les développeurs expliquent en substance que certains contenus sont davantage destinés aux collègues de travail tandis que d’autres ne devraient être vus que par les « compagnons de beuverie ».

Le lancement de Diaspora le 15 septembre prochain ne signifie pas pour autant l’arrêt du développement. L’équipe explique qu’elle continuera à travailler sur le réseau social pour apporter de nouvelles fonctionnalités ou corriger certains problèmes que les membres ne manqueront pas de relever. « Nous continuerons de développer et de maintenir Diaspora comme un projet à long-terme » ont-ils assuré, promettant qu’il ne s’agit pas d’un simple « projet d’été« .

Le projet Diaspora est né mi-mai, peu après les nombreuses polémiques qui ont frappé Facebook. Très populaire, le réseau social fondé par Mark Zuckerberg a souvent été critiqué pour son laxisme en matière de respect de la vie privée des utilisateurs. D’aucuns lui reprochent une intrusion croissante dans la sphère confidentielle pour attirer marques et annonceurs et ainsi soutenir son développement grâce à la publicité.

L’attente des utilisateurs a été particulièrement visible lors de la levée de fonds pour financer le projet. En quelques semaines, plus de 200 000 dollars de dons ont été récoltés. Même Mark Zuckerberg a donné pour soutenir le développement de Diaspora.

Rappelons que Diaspora se veut un réseau social libre et ouvert, basé sur une technologie open-source et très respectueux de la vie privée de ses membres. Toute la question est de savoir si ce jeune concurrent de Facebook parviendra à séduire les curieux et les convaincre de fréquenter Diaspora plutôt que Facebook.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés