Ces dernières années, les licences Creative Commons ont pris une place de tout premier plan dans la façon dont sont gérés certains droits d’une œuvre. Moins limitatives que le droit d’auteur classique, ces licences permettent de préserver les droits de l’auteur tout en introduisant une certaine souplesse d’utilisation pour les autres.

Apparu il y a une petite dizaine d’années, le projet Creative Commons visait donc à fournir un cadre juridique viable, afin de protéger à la fois les droits du créateur tout en permettant une libre circulation des œuvres culturelles. Depuis, l’organisation à l’origine du projet a conçu six contrats différents, chacun apportant des possibilités et des limites bien définies.

Ces licences ont d’ailleurs soutenu l’émergence de certains projets très intéressants. Dans le domaine de la musique par exemple, Jamendo ou Dogmazik proposent l’écoute d’artistes proposant leurs œuvres sous licences Creative Commons.

Même chose du côté de la photographie, avec Flickr (même s’il est possible de publier des photos sans utiliser les Creative Commons), ou du côté de l’édition, avec InLibroVeritas (certaines œuvres sont même tombées dans le domaine public). Et évidemment, citons aussi Wikipédia, puisque l’encyclopédie propose l’ensemble de ses contenus (articles, fichiers multimédias) sous Creative Commons.

Cette fois, c’est au tour de Vimeo de franchir le cap des Creative Commons. En effet, dans un billet de blog publié avant-hier, la plate-forme vidéo a annoncé avoir mis en place de nouveaux réglages dans les paramètres des vidéos. De cette façon, un utilisateur pourra sélectionner l’un des six contrats à associer avec telle ou telle vidéo.

Ceci étant, Vimeo prévient que cette nouvelle fonctionnalité ne doit pas inciter à dupliquer les contenus des autres. En d’autres termes, Vimeo continuera de supprimer les éventuels doublons que l’équipe du site repérera.

« La règle d’or de Vimeo est que vous ne devez pas mettre en ligne de vidéos que vous n’avez pas créé vous-même, donc ce n’est pas une autorisation pour redistribuer les vidéos des autres sur Vimeo. En revanche, c’est une opportunité de construire sur le travail de quelqu’un d’autre votre propre et unique contribution » est-il expliqué.

De toutes les grandes plates-formes vidéos, Vimeo est donc manifestement la plus en avance dans ce domaine. YouTube et Dailymotion ne proposent pas (encore) de tels réglages. Dans le cas de la plate-forme américaine par exemple, les possibilités se limitent aux « options de diffusion et de partage« , avec trois droits d’accès différents (public, non répertorié, privé).

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés