Free ouvrira sur la Freebox un jeu de poker où les joueurs pourront parier de l'argent. Traditionnellement opposé au filtrage, l'opérateur n'avait pas protesté contre la loi sur les jeux en ligne qui prévoit de bloquer l'accès aux sites non homologués, donc à ses concurrents.

De tous les opérateurs de télécommunications, Free avait été le plus opposé au filtrage avec la loi Hadopi pour la lutte contre le piratage, et surtout avec la loi Loppsi contre le blocage des sites pédopornographiques. La filiale du groupe Iliad avait expliqué longuement pourquoi toutes les méthodes de filtrage seraient inefficaces voire dangereuses, en démontrant que le seul effet notable sera d’encourager les criminels à déployer toujours davantage de réseaux chiffrés où la lutte contre la criminalité devient très difficile, et beaucoup plus coûteuse. Xavier Niel a encore rappelé en mars dernier que « tant que l’Etat ne financera pas le coût de la loi (Hadopi) pour les FAI, à savoir 70 millions d’euros par an, nous ne bougerons pas. Nous ne ferons rien tant au niveau du filtrage que de la surveillance« .

En revanche, nous n’avions pas entendu Free protester contre le filtrage du net et le déférencement des sites Internet prévus par la loi d’ouverture au marché des jeux en ligne. La loi qui permet de supprimer le référencement et de bloquer les sites de paris en ligne non homologués par l’administration a été adoptée sans que la question soit posée au Conseil constitutionnel, qui n’a donc pas censuré le dispositif.

Or on apprend ce jour que l’Autorité de Régulation des Jeux en Ligne (ARJEL) a donné agrément à cinq opérateurs d’éditeur des jeux de poker en ligne. Aux côtés de LIL Managers Limited, Reel Malta Limited, Electraworks SAS et Partouche Gaming France SAS figure Liliad Gaming SAS, une filiale soeur de Free.

Le groupe de Xavier Niel prévoit l’ouverture des sites Chilipari.fr et Chilipoker.fr, et proposera aux abonnés de jouer et de miser de l’argent sur leurs parties de poker directement sur le téléviseur, à travers la Freebox HD. C’est ce que nous avions prédit dans cet article sur l’ouverture du service de jeux vidéo de la Freebox.

« Faire du filtrage, ça nous coûte moins cher en bande passante. Supprimer des abonnés qui sont de gros consommateurs, c’est un vrai bonheur, ça nous évite des réquisitions. Aller dans le sens de l’Etat, ça n’a que des avantages ; aller contre, ça n’a que des inconvénients« , se défendait Xavier Niel en 2008 dans Le Point. « C’est vraiment un point de vue éthique que nous avons adopté, aussi bizarre que cela puisse paraître dans le monde des entreprises« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés