À tort ou à raison, Linux est souvent considéré comme un système d’exploitation austère et compliqué. Pour bon nombre d’utilisateurs, l’univers open-source est intimement lié à des interfaces pas vraiment attractives, où la moindre action implique de rentrer une ligne de code dans l’invite de commande.

Bien entendu, n’importe quel linuxien contestera cette vision rétrograde et guère flatteuse de l’univers open-source. Et il aura raison. Depuis plusieurs années maintenant, des efforts considérables ont été fournis par les adeptes du libre, notamment en matière d’interface graphique. Preuve en est avec Ubuntu, puisque la dernière version (10.04 Lucid Lynx) propose une toute nouvelle identité visuelle à la distribution.

Pourtant, si ces avancées sont à saluer, il reste à convaincre les utilisateurs eux-mêmes afin que l’open-source continue de prendre des parts de marché. Et pour Jim Zemlin, directeur exécutif de la Fondation Linux, il n’y a qu’une seule façon pour y parvenir. Il faut directement concurrencer les leaders dans le domaine de l’expérience utilisateur, à commencer par le leader en la matière, Apple.

« Nous sommes en train de nous diriger vers un monde high-tech où Apple sera d’un côté tandis que tous les autres seront potentiellement de l’autre. Linux doit concurrencer plus efficacement Steve Jobs et la magie d’Apple. Il est important que les produits open-source proposent davantage que le simple argument de la gratuité. L’open-source a aussi besoin d’être fabuleux » a-t-il déclaré dans une tribune publiée sur Businessweek.

« Les commandes obscures et les interfaces vides ont caractérisé Linux depuis son décollage chez les les techniciens dans les années 90. C’est compréhensible dans les secteurs où Linux domine, comme du côté des serveurs. Fournir une bonne expérience utilisateur n’est pas pas vraiment primordial sous les néons des centres de données » a-t-il poursuivi.

« Dans l’électronique grand public, c’est une autre paire de manches. Les vendeurs de produits nomades Linux doivent accroitre leurs investissements techniques en investissant dans des projets-clés afin que chaque composant utilisé dans les appareils sous Linux bénéficie d’une façon ou d’une autre à l’expérience utilisateur. Cela comprend la nécessité de faire des appareils démarrant plus vite, communiquant mieux et affichant une interface plus agréable« .

Mais gare au surpoids. À vouloir trop en faire, il ne faudrait pas que Linux devienne obèse. On se souvient de la déclaration de Linus Torvalds en novembre dernier, trouvant la taille du noyau Linux à la fois « immense et effrayant« . « Nous sommes définitivement loin de la rationalisation et de l’hyper-efficacité du noyau que j’avais imaginé lorsque j’ai commencé à écrire Linux«  s’était-il inquiété.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés